messages de détresse …cachés

Des messages de détresse cachés dans des vêtements Zara
 
Des ouvriers d’une usine textile ont été contraints de laisser un mot sur des vêtements vendus en Turquie par la marque Zara. Le but est d’interpeller les acheteurs sur leurs conditions de travail déplorables.
Nouveau scandale pour la chaîne espagnole Zara. En octobre dernier, un jeune Polonais avait alerté les habitants de Varsovie sur les réelles conditions de travail des ouvriers dans les usines localisées dans les pays en développement grâce à des affiches publicitaires détournées. Une histoire similaire a été révélée vendredi 3 octobre. Selon Associated Press, des ouvriers turcs ont déposé des petits messages dans les vêtements vendus par Zara afin que la marque finisse par les payer. “J’ai fabriqué cet article chemiseque vous vous apprêtez à acheter et je n’ai pas été rémunéré”, ont pu lire plusieurs clients de la chaîne à Istanbul. Serait en cause l’usine Bravo Tekstil, un sous-traitant de Zara, qui aurait fermé ses portes du jour au lendemain. Cette dernière employait près de 140 ouvriers et travaillait pour Inditex (Zara, Massimo Dutti, Bershka, Mango et Next). Selon les travailleurs, cela fait trois mois qu’ils n’auraient pas été payés. Ils réclament également une indemnité de départ. “S’il vous plaît, dites à Zara de nous payer”, implorent les travailleurs sur l’étiquette.
Une pétition a déjà recueilli plus de 90 000 signatures
  L’histoire remonte à juillet 2016. L’usine Bravo ferme subitement ses portes. “Un jour, le patron n’était plus là […]. A la place, des sociétés de créanciers sont venues. Le surlendemain, quand nous sommes allés à la fabrique, il n’y avait plus rien, tout avait été saisi”, déplore l’une des ouvrières, rencontrée par le quotidien de gauche Birgün, dont les propos ont été repris par Libération. Après un an de négociations entre le syndicat et les dirigeants européens de ces grandes marques de vêtements, ces dernières ont décrété qu’elles ne paieraient rien. “En d’autres termes, les marques ont accepté leur responsabilité mais elles ont pensé que nous ne méritions pas plus que leurs restes”, lit-on dans une pétition lancée par les ouvriers. Cette dernière a d’ailleurs déjà récolté pas moins de 95 600 signatures.
  Le groupe Inditex a contacté 20 Minutes mardi 8 novembre en indiquant que “le groupe a payé toutes ses obligations contractuelles à la société Bravo Teksti”. La filiale française de Zara a également contacté la presse et a expliqué à Libération qu’Inditex a bel et bien payé ce qu’il devait.

4 réflexions sur “messages de détresse …cachés

  1. Je suis d’accord, c’est une honte que des hommes (ou femmes) soient exploités pour notre goût immodéré de la consommation à bas prix.
    Ci-dessous l’article que j’ai lu il y a qq jours sur Libé
    http://www.liberation.fr/planete/2017/11/06/turquie-dites-a-zara-de-nous-payer_1608270

    On le sait toutes et tous que ça existe. De même les conditions de travail, le travail des enfants, les produits nocifs entraînant des malformations chez les nouveaux nés et des maladies pour les parents. La surpêche qui détruit les fonds marins, les bijoux en or dont l’extraction qui polluent les rivières et les sols des paysans qui ont le malheur de vivre sur place, le pétrole qui pollue au quotidien à quel stade qu’il soit utilisé etc. etc. etc.

    C’est une honte, qu’en tant que consommateur l’on continue
    – d’acheter du Made in China, Turquie…
    – de rouler au diesel,
    – acheter de bijoux à bas pris et j’en passe … et ça ne nous indigne pas !!!

    Nous sommes responsables de cet état de fait car en achetant, nous créons le besoin que des multinationales s’empressent de combler en allant s’enrichir au détriment des très très pauvres de la planète.

    Au quotidien, j’essaie de supprimer de mes achats tous ces pays que je sais exploiteurs de la misère humaine, mais je sais que c’est peine perdue car la loi autorise à déclarer made in France, des produits qui sont (j’exagère à peine) emballés en France … et donc on perd la provenance du produit et même si l’on veut lutter contre on a du mal à s’en assurer

    Bon je m’arrête car je m’excite et ça ne sert pas à grand chose lol

    Bisous l’artiste

    Aimé par 1 personne

Les commentaires sont fermés.