^^eee^^aaaa


  Encore un ennui !!!!

 çà m’est déjà arrivé , mais je ne sais plus comment j’avais  » réparé  » : Si je veux mettre un accent circonflexe : 2 apparaissent => comme ^^e a^^  grrrrrrrrrr! Nul l’ermite 

Oups !!! Voilà , j’ai retrouvé : êâëetc….yessssssssssss! ( dur tout de même ces pertes de mémoire ) 

Publicités

Banalités…..


de ces derniers jours ….Histoire de montrer que je suis toujours en vie ….

   Tout d’abord le temps ( pas celui qui passe , mais la météo ), quoi de plus banal me direz vous ! En effet sauf qu’ici , depuis plusieurs jours , il est  » à l’orage  » et pour moi , orage implique mal, voir malaise épileptique  et ce fut le cas ce mardi soir …..Je me suis couché avec un fort mal de tête  qui persistait ce matin ….migraineCe qui fait que le repas pour Manu: Berkkkkk! Mais lui ; toujours chouette, n’a pas fait de remarque à ce sujet ( par contre , il a noté que j’avais une  » sale tête  » ). Mais dans la journée , une fine pluie est tombée qui a bien rafraichi l’atmosphère  oufff!

  A propos d’ Emmanuel : Il a de nouveau changé d’auto ! Cette fois, c’est un break Citroen ou Renault?….,de couleur noir ( acheté d’occasion, mais en parfait état )BreakBreak :Logique étant donnée la venue de ma seconde petite – fille .

A propos de petite fille : Camille ira à la maternelle dès la rentrée scolaire ; d’après Manu , elle n’y vois pas d’inconvénient  lol maternelle

Sinon, R.A.S….Je remets toujours beaucoup de choses à faire aujourd’hui à demain , c’est le cas pour l’envoi de mon ancienne box SFR  entre autre ….Mais çà , ce n’est pas nouveau ( j’ai déjà fait un gros effort en classant mes documents  :C’est clean maintenant !)

 

A l’aide ….


   Pas de panique  : J’ai besoin d’un renseignement …

Depuis quelques temps , j’ai changé de fournisseur internet : De S.F.R , je suis passé à Free .

Si quelqu’un est ou a été chez S.F.R , pourrait il ( elle ) me donner l’adresse postale se S.F.R ( ils me demandent de leurs renvoyer ma box box sfr ) et…évidemment, le brouillon que je suis a perdu cette adresse …..Alors…

Manu venant ce mercredi , je lui demanderais si il l’a mais ????

 

Inauguration du nouveau look :


  Il est évident que seul je ne serais arrivé à rien , mais une amie  a pris  un long moment de son temps cet après-midi pour m’aider via le téléphone …( Il lui a fallu une grande patience car je ne comprenais pas la plupart des mots qu’elle employait ! ) .Je lui ai donc laissé mes données perso  sur W.P et ….Elle a tout fait !

  Je ne sais ce que vous en pensez , mais  moi ce nouvel aspect de  » sur l’écran noir de mes nuit blanches  » me satisfait pleinement….m^^eme si l’écran n’est plus  vraiment noir ( c’est encore mieux à mon avis ) .

Bref , je la remercie sincèrement pour sa patience et sa gentillesse . ( je ne cite pas son nom , elle le fera sur un commentaire si elle le désire ) 

 

Je présume que vous ne connaissez pas Mr J. Debronckart ( C’est un marginal …)

Une de ces nombreuses chansons :

Encore la télé !


Hier ( je crois ) , j’ai regardé un magnifique film ( à mon avis ) avec M.Serrault dans un rôle inhabituel :  « Monsieur Léon  » :

Résumé de Monsieur Léon
  Pendant l’occupation. Yvon, jeune Parisien de 10 ans, part avec sa mère Irène voir son grand-père Léon qui vit dans une petite ville de province. Léon n’a pas vu son petit-fils depuis plusieurs années car depuis le décès de son fils, mort sur le front, il ne porte pas Irène dans son coeur ; il la tient pour responsable de l’engagement de son fils dans l’aviation alors qu’il aurait aimé qu’il devienne médecin comme lui. Yvon appréhende de rester chez Léon et lorsqu’il voit le portrait de Pétain dans le bureau, il lui semble encore plus étranger.

  Sous des dehors de notable pétainiste, Monsieur Léon est en réalité un chef local de la Résistance 

Revu à la télé aujourd’hui ( Film  » La traque ) …


 Chacun pense ce qu’il veut , moi je crois que les Klarsfeld  sont de grands personnages  et qu’il ne faut pas oublier les horreurs nazis ( toujours présents sous des noms différents , comme le F.N en France )

 

C’est un nom définitivement associé à la chasse aux nazis. Les Klarsfeld ont mené ce combat toute leur vie. Beate et Serge Klarsfeld. De leur rencontre à Paris en 1960 à la traque incessante des responsables de la Shoah, ils livrent un témoignage fort et nécessaire.

   Leur rencontre n’était pas évidente. Elle est la fille d’un soldat de la Wehrmarcht et lui, un juif d’origine roumaine dont le père est mort à Auschwitz. Et pourtant, à Paris en 1960, la magie opère sur le quai du métro. Ces deux-là ne se quitteront plus. La jeune allemande n’avait pas vraiment conscience de la responsabilité de son pays pendant la seconde guerre mondiale. Elle ne l’a pas appris à l’école. C’est donc Serge qui se charge de transmettre à Beate ce qu’il sait sur cette période sombre de l’histoire. Elle le confie  » C’est lui qui m’a enseigné l’histoire, et les événements nous ont conduit à agir ». 

Une vie de combat que ce couple hors du commun n’avait pas vraiment envisagé de raconter. Il a fallu que les éditeurs insistent. Car Serge Klarsfeld l’avoue : « J’ai écrit beaucoup sur les victimes et les événements historiques. Donc on a pas tellement envie d’écrire sur soi quand on a fait ce genre de travail ». 

Pourtant, leur témoignage est nécessaire et toujours d’actualité. 

Très vite, avec le soutien de Serge, Beate Karsfeldlivre en Allemagne un combat acharné pour empêcher d’anciens nazis d’accéder à des postes à haute responsabilité.

   Sa méthode : le coup d’éclat permanent. Elle traite ainsi de nazi le chancelier Kurt Georg Kiesinger en plein parlement, puis le gifle en public lors d’un meeting à Berlin, geste qui lui vaut de devenir le symbole de la jeune génération allemande. Leur combat les conduit aux quatre coins du monde. En France, ils traînent Klaus BarbieK.Barbie devant les tribunaux et ont un rôle central dans les procès Bousquet, Touvier, Leguay et Papon. Ni les menaces ni les arrestations – notamment lors de leur tentative d’enlèvement de Kurt Lischka, ancien responsable de la Gestapo – ne parviennent à faire ployer un engagement sans cesse renouvelé jusqu’à aujourd’hui. Dans une  autobiographie croisée, Beate et Serge Klarsfeld reviennent sur quarante-cinq années de militantisme, poursuivant par ce geste leur combat pour la mémoire des victimes de la Shoah.