Déporté ..VOLONTAIREMENT !


   Il s’appelle Witold Pilecki. Rien ne le prédestinait à devenir un héros, sauf peut-être une histoire de famille. Les Pilecki sont des propriétaires terriens, qui rêvent d’une Pologne libre et indépendante. Seulement voilà, ce n’est pas dans l’air du temps : les armées allemande et russe envahissent le pays en septembre 1939, conséquence de l’alliance tactique entre Hitler et Staline. La capitulation de l’armée polonaise, le 28 septembre, est une claque pour les Pilecki. Le fils Witold, 39 ans, refuse cette fatalité et entre en résistance.

Le camp d’Auschwitz près de Cracovie vient d’ouvrir ses portes. Witold Pilecki veut savoir ce qu’il s’y trame. Il sait qu’il y a des rafles à Varsovie ; d’après les rumeurs, les personnes arrêtées sont directement envoyées à Auschwitz. C’est décidé : Pilecki se glisse dans une rafle et devient le premier déporté volontaire d’Auschwitz. Numéro 4859.v

Pilecki a une mission à Auschwitz : créer un réseau d’entraide et d’information. Mais l’horreur et la barbarie qu’il y découvre le pétrifie. Voici les premières lignes du rapport qu’il publiera plus tard : « Je suis supposé décrire seulement les faits bruts. Mes amis le souhaitent : « Plus tu t’en tiendras aux faits en les relatant sans commentaires, plus cela aura de la valeur. » Je pourrais essayer, mais n’oublions pas : nous n’étions pas faits de bois et encore moins de pierre. Et même n’a-t-il semblé que les pierres pouvaient se briser dans cet enfer. »

Witold Pilecki résiste de l’intérieur, envoie des informations précises sur l’extermination des juifs dans les chambres à gaz de Birkenau, monte une radio, réussit à acheminer des médicaments ou encore, infeste de poux certains SS. Mais s’il arrive à fédérer un réseau de près de mille personnes à l’intérieur du camp, il ne peut compter sur aucun soutien extérieur, car personne ne le croit. Il décide alors de s’échapper et y parviendra en 1943.

En 1945, Il commence à rédiger son rapport. Là encore, Pilecki se heurte à porte close. Personne ne veut savoir. 
Le 25 mai 1948, il est arrêté par les communistes, au pouvoir en Pologne depuis de la fin de la guerre. Witold Pilecki est condamné pour espionnage et sera exécuté à 47 ans dans une prison de Varsovie. Jusqu’en 1989 et la chute du communisme, Witold Pilecki reste dans les tiroirs de l’histoire polonaise.

A ce jour, il reste le seul homme connu pour s’être fait enfermer de son propre gré dans ce camp de concentration, où plus d’un million de personnes ont trouvé la mort.camp-concentration

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s