…………..


Les paroles :

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas
On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l’histoire
Et s’en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n’en est pas question
Non, non, non, non
Il n’en est pas question
Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment
Le travail est nécessaire
Mais s’il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien… on s’y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l’amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L’amour ne serait rien
Non, non, non, non
L’amour ne serait rien
Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n’est plus qu’un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D’un coeur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n’irait pas plus loin
Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos coeurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours

Gospel ( quand un « mécréant  » …est curieux )


Les paroles : (traduites en français )……..Un peu  » répétitives « ?????

(Oh Jour Heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Lavé de tous mes péchés (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Lalalalalala lalalalala…
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand mon Jésus m’a lavé (Mon Jésus m’a lavé)
Lavé de tous mes péchés (oh jour heureux)
Lalalalalala lalalalala…
Il m’a montré à regarder (regarder) regarder, me battre et prier (me battre et prier)
Et il m’a dit comment vivre en appréciant (appréciant) chaque (chaque) chaque jour
Oh jour heureux
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé) de tous mes péchés (oh jour heureux)
Je parle du jour heureux
(Oh jour heureux)
Il m’a montré comment (comment) oh ouais
Comment (regarder) regarder (me battre et prier)
Chante-le, chante-le allez et chante (me battre et prier)
Et comment vivre (en appréciant), allez tout le monde
(Chaque jour, chaque jour) chante-le comme tu le sens.
(Oh jour heureux) Oh jour heureux (oh jour heureux)
Je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Allez je parle desjours heureux (oh jour heureux)
Oh jours heureux (oh jour heureux)
Oh je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Oh je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Chante-le chante-le chante-le (oh jour heureux)
Oh jour heureux !

 

La musique sacrée noire américaine est l’expression originale d’une culture marquée par l’histoire.

Déracinés, contraints d’abandonner leurs anciennes croyances, les noirs américains trouvent en la foi chrétienne et dans les cantiques de ses maîtres une source d’inspiration et un mode d’expression unique. Le Gospel et son ancêtre le Negro Spiritual sont le fruit de ce mariage hors du commun.

Le terme Gospel venant de « God / Spell » signifie la parole de Dieu ou l’Evangile et fait référence aux chants interprétés dans les églises afro américaines. Le Negro Spiritual fait exclusivement référence à l’Ancien Testament. C’est au fil de l’histoire que va se forger cette culture musicale et religieuse dont la beauté naturelle et la force expressive permettra sa diffusion dans le monde entier.

Aux racines…

Le Negro-spiritual apparaît au 18eme siècle en Amérique, où se développe à grande échelle la traite des noirs. Les esclaves désirent s’évangéliser. Grâce au mouvement du Grand Réveil religieux, dont le but premier était la simplification de la liturgie, et une plus grande accessibilité des textes et chants sacrés, les noirs américains se sentent de plus en plus concernés par l’expression de leur foi et se mettent à fréquenter de plus en plus les offices religieux des églises blanches qui pratiquent la ségrégation raciale. Durant cette période difficile, les esclaves noirs se sont identifiés aux hébreux captifs en Egypte. C’est une des raisons pour lesquelles on retrouve des thèmes et personnages de l’Ancien Testament. La libération du peuple d’Israël est vécue de manière concrète, la terre promise est, pour les Noirs opprimés, le Canada où l’esclavage n’est pas autorisé. Les chants negro-spiritual présentent une parenté mélodique et rythmique avec les chants d’Afrique occidentale. La diffusion des Negro spiritual et sa reconnaissance universelle seront grandement facilitées, au lendemain de la Guerre Civile (1861/1865) par la fondation des premiers établissements universitaires noirs tels que Hampton en Virginie, ou de Fisk à Nashville dans le Tennessee. Des ensembles vocaux se forment et seront les premiers à ‘exporter’ ces chants à travers le monde.

Au début du 20ème siècle, le terme de spiritual se trouve supplanté par celui de gospel, expression commerciale du spiritual moderne. Le gospel song est un chant religieux dérivé de l’Evangile, interprété dans la tradition afro-américaine dont la première apparition date de 1870. Le gospel trouve son origine dans les chants religieux et dans les mélodies de la musique populaire. Il fait exclusivement référence au Nouveau Testament. Au cours du 20ème siècle, gospel et negro-spiritual donnent naissance au Blues, Rythm and Blues et la Soul.