Liberté


 » Je suis né sans le demander, je vais mourir sans le vouloirimages-homme-mort . Alors laissez moi vivre comme je l’entends : « images-accouchement

Publicités

Prière..????? / Souhait !!!!!!


voltaireTu ne nous as point donné un cœur pour nous haïr, et des mains pour nous égorger ; fais

  • que nous nous aidions mutuellement à supporter le fardeau d’une vie pénible et passagère ;
  • que les petites différences entre les vêtements qui couvrent nos débiles corps, entre tous nos langages insuffisants, entre tous nos usages ridicules, entre toutes nos lois imparfaites, entre toutes nos opinions insensées, entre toutes nos conditions si disproportionnées à nos yeux et si égales devant toi ; que toutes ces petites nuances qui distinguent les atomes appelés hommes ne soient pas des signaux de haine et de persécution ;
  • que ceux dont l’habit est teint en rouge ou en violet, qui dominent sur une petite parcelle d’un petit tas de la boue de ce monde, et qui possèdent quelques fragments arrondis d’un certain métal, jouissent sans orgueil de ce qu’ils appellent grandeur et richesse, et que les autres les voient sans envie : car tu sais qu’il n’y a dans ces vanités ni de quoi envier, ni de quoi s’enorgueillir.

   Puissent tous les hommes se souvenir qu’ils sont frères ! Qu’ils aient en horreur la tyrannie exercée sur les âmes, comme ils ont en exécration le brigandage qui ravit par la force le fruit du travail et de l’industrie paisible ! Si les fléaux de la guerre sont inévitables, ne nous haïssons pas, ne nous déchirons pas les uns les autres dans le sein de la paix, et employons l’instant de notre existence à bénir également en mille langages divers, depuis Siam jusqu’à la Californie, ta bonté qui nous a donné cet instant.

  Voltaire

Aux lecteurs de » juger « 


  Après qu’une caissière a fait une fausse couche sur son lieu de travail, accusant sa direction de négligence, « l’Obs » a recueilli les témoignages d’autres salariés de ce supermarché de Tourcoing, qui ont saisi l’inspection du travail.image-caissiere

   Le magasin Auchan City de Tourcoing accumule les scandales .
La première fois que le coordinateur l’a appelé « Singe-man », « pour rigoler », Farid, 27 ans, s’est forcé à sourire. L’employé de supermarché, affecté à la boulangerie, venait d’être embauché à l’Auchan City de Tourcoing (Nord). « Je n’ai pas osé le prendre mal ». Mais ensuite, de « Singe-man », on est passé à « macaque » puis « bonobo », « plusieurs fois par jour ».
Lorsqu’il décide de se syndiquer, en janvier 2015, pour se « protéger », les choses ont empiré : Farid écope toujours des semaines les plus longues, des week-ends travaillés au-delà du quota annuel.

« En plus de ça, j’étais jamais assez rapide pour eux, mes coordinateurs me demandaient toujours plus que les autres. »

Plus tard, quand il informe ses supérieurs de son mariage et demande à poser une semaine de congés, légale, c’est sa manager qu’il entend râler, que « son mariage, c’est pour les papiers ». En mars 2016, « à bout », Farid décide de saisir l’inspection du travail pour « harcèlement » puis dépose une plainte, en novembre 2016 pour « harcèlement », « diffamation » et « injure à caractère racial ».

« Sale arabe »

  Le délégué CGT du magasin, Habib Hamdoud, affecté aux « liquides », en cave, a lui-aussi porté plainte au pénal pour « harcèlement moral et discriminations et injures à caractères raciales ». Dans son procès-verbal, que « l’Obs » a pu consulté, l’homme de 37 ans accuse sa hiérarchie de l’avoir surnommé le « terroriste », entre autres vexations, intimidations comme ce jour où, « Romain D., dans la réserve, m’a dit : ‘Si tu continues à faire le malin, on va te mettre une fiche S' ».
Des sous-entendus lourds de connotations attestées par le témoignage d’un de ses collègues qui affirme avoir entendu l’un de ses supérieurs lui lancer : « Je suis pas raciste, moi, sale arabe ». Mohamed*, 46 ans, un ancien agent de sécurité employé par Auchan pendant deux ans, explique, lui-aussi, avoir entendu des remarques discriminantes, comme ce directeur technique qui lui a dit un jour : « Moi je suis chez toi, toi t’es pas chez toi ».

« Un jour, mon chef m’a demandé de surveiller le délégué syndical de la CGT pour lui trouver des fautes. Je lui ai répondu que j’étais pas là pour ça ».

Le jour où Mohamed décide de se syndiquer (à la CFDT), les choses ont, là encore, empiré. « Ma hiérarchie a fini par monter un dossier contre moi pour me licencier et je vais aujourd’hui les poursuivre aux prud’hommes ». Le 3 octobre 2016, Mohamed a lui-aussi déposé une plainte contre ses supérieurs pour « dénonciations calomnieuses ».

Rassuré !


  Comme je l’écrivais , Camille a un souffle au cœur ; j’avoue que j’étais inquiet : Le diagnostique d’un docteur généraliste  me semble léger dans ce cas . Mais tout à l’heure, Emmanuel m’a envoyé un texto pour me dire qu’ils étaient allés chez un cardiologue  . Après examen approfondi , ce dernier leurs a assuré qu’il n’y avait rien à craindre  !

=> suis toujours aussi con mais là   » con  tent  » !

Congelé…


Con : Cela ce n’est pas nouveau , mais encore cette nuit ça s’aggrave :

Je n’avais plus rien qui fonctionnait sur ce bidule de mer… : Connexion à Facebook ultra difficile ( pas très grave vu ma  » Facebook activité  » )

  Ensuite : Plus de connexion à Outlook  = > Changement d’adresse

Maintenant : francis.marin03@outlook.com ( et  fr ?!!)

Gelé ,ben oui : La température est largement en dessous de zéro à l’extérieur et , comme cet antre pourrie n’est pas isolée le froid pénètre par le moindre interstice , le chauffage est au maxi ( la note le sera aussi ) , mais …..de deux maux , je choisis le moindre lol

Bien , sur ces quelques mots sans intérêt , je vais rejoindre mon lit  » douillet  »

A bientôt .

Soyez bien ……..

Parce que Manu….


   M’a dit que Camille en a un ( après visite médicale )

  Le diagnostic d’un souffle au coeur chez un enfant affole souvent les parents. S’agit-il d’une grave maladie cardiaque ? Faut-il lui interdire toute activité sportive ? Dans la grande majorité des cas, ces troubles sont bénins et disparaissent d’eux-mêmes avec le temps.

 
 

Les souffles au coeur sont extrêmement fréquents à la naissance. On estime que 90 % des nouveau-nés et qu’un tiers des jeunes enfants connaissent ce phénomène entre 3 et 7 ans. Ils peuvent se manifester par de la fièvre ou une anémie. Mais seul l’examen du coeur par un médecin généraliste, un pédiatre ou un cardiologue permettra de porter le diagnostic.

Malformation cardiaque ou défaut temporaire ?

Le souffle au coeur chez l'enfant Lorsqu’ils résultent d’une altération du fonctionnement de l’organe (troubles fonctionnels), les souffles au coeur sont bénins et disparaissent avec la croissance. Mais certains peuvent être d’origine organique, c’est-à-dire lié à une cause anatomique. Ces pathologies sont souvent le résultat d’une malformation congénitale qui apparaît au stade embryonnaire.

Ces maladies concerneraient environ 7 naissances pour 1 000. La recherche des antécédents néonataux et familiaux permet généralement de lever le doute. « Dans les cas les plus graves, grâce au dépistage néonatal, ces bébés peuvent être pris en charge médicalement et bénéficier d’une intervention chirurgicale réparatrice précoce » précis le Dr Anne Lavergne.

Quand le médecin n’écoute que votre coeur

Muni de son stéthoscope, le médecin écoute le flux du sang dans le coeur. Son passage d’une cavité à l’autre est rythmé par l’ouverture et la fermeture des valves cardiaques. Le souffle est un bruit inhabituel lié à un défaut de fonctionnement temporaire de ces valves ou à une malformation cardiaque.

Comme l’explique le Dr Emmanuel Cusin, « Le sang qui circule dans le coeur est un liquide qui peut être comparé à l’eau d’un ruisseau. Si le fond du ruisseau est plat, il n’y a pas de remous et l’eau s’écoule quasiment sans bruit. Quand le fond est rempli de rochers et que le courant est fort, il y a des remous et l’eau fait du bruit ».

Une écoute attentive

Le médecin cherche :

  • A localiser le souffle pour définir son origine pathologique ou non  ;
  • A percevoir son intensité qui détermine la gravité de l’anomalie ;
  • Les radiations pour connaître la direction du souffle selon la valve qui est touchée ;
  • Le ton et le moment où il entend le bruit dans le cycle cardiaque.

Dans le cas d’un jeune enfant, l’auscultation se fera de préférence pendant son sommeil de façon à éviter que ses pleurs ne perturbent l’écoute. Pour confirmer et préciser son diagnostic, le médecin pourra demander des examens complémentaires, tels qu’une radiographie du thorax, un électrocardiogramme (ECG), voire une échocardiographie.

Des risques maîtrisés

Un souffle non traité risque de fatiguer petit à petit le coeur auquel on demande un surcroît d’effort et d’entraîner, dans les cas extrêmes, une mort subite. Cependant, les malformations cardiaques sont aujourd’hui prises en charge très tôt, grâce au diagnostic anténatal ou à l’échocardiographie chez le nouveau-né.

Les progrès chirurgicaux permettent une intervention dès les premières semaines de vie. Par ailleurs des techniques moins agressives, basées sur le passage d’un cathéter dans les vaisseaux, facilitent le traitement de certaines anomalies. Les souffles au coeur ne sont donc plus une fatalité, qui interdisent systématiquement toute pratique sportive.

…………..


Les paroles :

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y’en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas
On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l’histoire
Et s’en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n’en est pas question
Non, non, non, non
Il n’en est pas question
Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment
Le travail est nécessaire
Mais s’il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien… on s’y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l’amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L’amour ne serait rien
Non, non, non, non
L’amour ne serait rien
Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n’est plus qu’un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D’un coeur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n’irait pas plus loin
Un enfant vous embrasse
Parce qu’on le rend heureux
Tous nos chagrins s’effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu…
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos coeurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l’amour
Règne l’amour
Jusqu’à la fin des jours

Gospel ( quand un « mécréant  » …est curieux )


Les paroles : (traduites en français )……..Un peu  » répétitives « ?????

(Oh Jour Heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Lavé de tous mes péchés (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Lalalalalala lalalalala…
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand mon Jésus m’a lavé (Mon Jésus m’a lavé)
Lavé de tous mes péchés (oh jour heureux)
Lalalalalala lalalalala…
Il m’a montré à regarder (regarder) regarder, me battre et prier (me battre et prier)
Et il m’a dit comment vivre en appréciant (appréciant) chaque (chaque) chaque jour
Oh jour heureux
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Oh jour heureux (oh jour heureux)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé)
Quand Jésus m’a lavé (quand Jésus m’a lavé) de tous mes péchés (oh jour heureux)
Je parle du jour heureux
(Oh jour heureux)
Il m’a montré comment (comment) oh ouais
Comment (regarder) regarder (me battre et prier)
Chante-le, chante-le allez et chante (me battre et prier)
Et comment vivre (en appréciant), allez tout le monde
(Chaque jour, chaque jour) chante-le comme tu le sens.
(Oh jour heureux) Oh jour heureux (oh jour heureux)
Je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Allez je parle desjours heureux (oh jour heureux)
Oh jours heureux (oh jour heureux)
Oh je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Oh je parle des jours heureux (oh jour heureux)
Chante-le chante-le chante-le (oh jour heureux)
Oh jour heureux !

 

La musique sacrée noire américaine est l’expression originale d’une culture marquée par l’histoire.

Déracinés, contraints d’abandonner leurs anciennes croyances, les noirs américains trouvent en la foi chrétienne et dans les cantiques de ses maîtres une source d’inspiration et un mode d’expression unique. Le Gospel et son ancêtre le Negro Spiritual sont le fruit de ce mariage hors du commun.

Le terme Gospel venant de « God / Spell » signifie la parole de Dieu ou l’Evangile et fait référence aux chants interprétés dans les églises afro américaines. Le Negro Spiritual fait exclusivement référence à l’Ancien Testament. C’est au fil de l’histoire que va se forger cette culture musicale et religieuse dont la beauté naturelle et la force expressive permettra sa diffusion dans le monde entier.

Aux racines…

Le Negro-spiritual apparaît au 18eme siècle en Amérique, où se développe à grande échelle la traite des noirs. Les esclaves désirent s’évangéliser. Grâce au mouvement du Grand Réveil religieux, dont le but premier était la simplification de la liturgie, et une plus grande accessibilité des textes et chants sacrés, les noirs américains se sentent de plus en plus concernés par l’expression de leur foi et se mettent à fréquenter de plus en plus les offices religieux des églises blanches qui pratiquent la ségrégation raciale. Durant cette période difficile, les esclaves noirs se sont identifiés aux hébreux captifs en Egypte. C’est une des raisons pour lesquelles on retrouve des thèmes et personnages de l’Ancien Testament. La libération du peuple d’Israël est vécue de manière concrète, la terre promise est, pour les Noirs opprimés, le Canada où l’esclavage n’est pas autorisé. Les chants negro-spiritual présentent une parenté mélodique et rythmique avec les chants d’Afrique occidentale. La diffusion des Negro spiritual et sa reconnaissance universelle seront grandement facilitées, au lendemain de la Guerre Civile (1861/1865) par la fondation des premiers établissements universitaires noirs tels que Hampton en Virginie, ou de Fisk à Nashville dans le Tennessee. Des ensembles vocaux se forment et seront les premiers à ‘exporter’ ces chants à travers le monde.

Au début du 20ème siècle, le terme de spiritual se trouve supplanté par celui de gospel, expression commerciale du spiritual moderne. Le gospel song est un chant religieux dérivé de l’Evangile, interprété dans la tradition afro-américaine dont la première apparition date de 1870. Le gospel trouve son origine dans les chants religieux et dans les mélodies de la musique populaire. Il fait exclusivement référence au Nouveau Testament. Au cours du 20ème siècle, gospel et negro-spiritual donnent naissance au Blues, Rythm and Blues et la Soul.