Ce blog est NOIR

Archives de décembre, 2016

Encore…..


Parce que  Tous les enfants n’ont pas la visite du même père Noël ………..

 

Les paroles :

 

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux
Avec mes copines en classe
On comprend pas tout
Pourquoi des gros dégueulasses
Font du mal partout
Pourquoi les enfants de Belfast
Et d’ tous les ghettos
Quand y balancent un caillasse
On leur fait la peau
J’ croyais qu’ David et Goliath
Ca marchait encore
Les plus p’tits pouvaient s’ débattrent
Sans être les plus morts

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ liberté
Il en a oublié un max
En f’sant sa tournée
Pourquoi des mômes crèvent de faim
Pendant qu’on étouffe
D’vant nos télés, comme des crétins
Sous des tonnes de bouffe

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ tendresse
S’il est sur l’ trottoir d’en face
Dis-y qu’y traverse
J’ peux lui en r’filer un peu
Pour ceux qu’en ont b’soin
J’en ai r’çu tellement mon vieux
Qu’ j’ peux en donner tout plein
J’ veux partager mon Mac Do
Avec ceux qui ont faim
J’ veux donner d’amour bien chaud
A ceux qu’on plus rien
Est-ce que c’est ça être coco
Ou être un vrai chrétien
Moi j’ me fous de tous ces mots
J’ veux être un vrai humain

Dis Papa, tous ces discours
Me font mal aux oreilles
Même ceux qui sont plein d’amour
C’est kif-kif-pareil
Ca m’ fais comme des trous dans la tête
Ca m’ pollue la vie et tout
Ca fait qu’ je vois sur ma planète
Des ‘Inti Fada’ partout

Dis Papa, quand c’est qu’y passe
Le marchand d’ cailloux
J’en voudrais dans mes godasses
A la place des joujoux


Ordinaire ……


Ordinaire

Je suis un gars ben ordinaire
Des fois j’ai pu le goût de rien faire
Je fumerais du pot, je boirais de la bière

Je ferais de la musique avec le gros Pierre
Mais faut que je pense à ma carrière
Je suis un chanteur populaire Vous voulez que je sois un Dieu
Si vous saviez comme je me sens vieux
Je peux pu dormir, chu trop nerveux

Quand je chante, ça va un peu mieux
Mais ce métier-là, c’est dangereux
Plus on en donne plus le monde en veut

Quand je serai fini pis dans la rue
Mon gros public je l’aurai pu
C’est là que je me retrouverai tout nu
Le jour où moi, j’en pourrai pu
Y en aura d’autres, plus jeunes, plus fous
Pour faire danser les boogaloos

J’aime mon prochain, j’aime mon public
Tout ce que je veux c’est que ça clique
Je me fous pas mal des critiques
Ce sont des ratés sympathiques
Chu pas un clown psychédélique
Ma vie à moi c’est la musique

Si je chante c’est pour qu’on m’entende
Quand je crie c’est pour me défendre
J’aimerais bien me faire comprendre
Je voudrais faire le tour de la terre
Avant de mourir et qu’on m’enterre
Voir de quoi le reste du monde a l’air

Autour de moi il y a la guerre
Le peur, la faim et la misère
Je voudrais qu’on soit tous des frères
C’est pour ça qu’on est sur la terre
Chus pas un chanteur populaire
Je suis rien qu’un gars ben ordinaire


Différent…..


Je découvre ! …………..Et je pense à ces enfants en cette période de fête , de Noël …..

L’Enfant différent

J’me cogne la tête contre les murs
J’fais des mouvements incontrôlés
J’entends tout l’temps comme des murmures
J’pars en avant, j’pars sur l’côté

Mes parents me disent pas grand-chose
Sauf que j’ai une maladie rare
Dont ils savent pas quelle est la cause
Mais qui m’empêche pas d’être peinard

Depuis tout p’tit, bébé, déjà
J’suis différent, j’sais pas pourquoi
Faut dire que, souvent, j’comprends pas
Pourquoi j’suis un enfant comme ça

J’parle pas beaucoup, je comprends rien
J’écoute mes vieux, pis j’oublis
Lorsqu’ils m’supplient d’me taire enfin
Après les larmes, après les cris

J’suis un enfant qu’on dit autiste
Telle est ma singularité
J’pense que ma vie est même pas triste
C’est ma vie, pour rien j’la changerais

J’vis comme dans une espèce de bulle
Et j’m’épanouis dans ma famille
Même si des p’tits cousins trop nuls
M’voient comme un chien dans un jeu d’quilles

J’suis partagé entre l’absence
L’indifférence de mon prochain
J’me réfugie dans le silence
Souvent j’me blottis dans un coin

Et puis j’dis rien pendant des plombes
Jusqu’à ce que mon papa déboule
Il a toujours peur que je tombe
Dans ce vertige qui le chamboule

Alors, j’pars la tête en arrière
Les yeux tout ouverts au grand ciel
M’arrive parfois d’faire des prières
J’ai bien un dieu, oui, mais lequel ?

J’suis un enfant qu’on dit autiste
Telle est ma singularité
J’pense que ma vie est même pas triste
Pour rien au monde, je la changerais

C’qui m’fait venir des larmes aux yeux
C’qui m’éblouit dans ma galère
C’est pas l’cinoche, c’est pas les jeux
Surtout quand les jeux, c’est la guerre

Non, c’qui bouscule mon quotidien
C’est d’écouter, d’entendre aussi
Un p’tit Prélude de Chopin
Du Mozart ou du Vivaldi

J’secoue ma maman comme une bête
J’pousse des colères pour qu’elle s’décide
A m’refiler toutes ses cassettes
Qui me font frissonner le bide

Alors, pour un temps, je m’évade
Loin des contraintes de la vie
De cette vie un p’tit peu crade
J’connais enfin le mot envie

J’suis un enfant qu’on dit autiste
Telle est ma singularité
J’pense que ma vie est même pas triste
C’est ma vie, pour rien j’la changerais

J’suis un enfant qu’on dit autiste
Telle est ma singularité
J’pense que ma vie est même pas triste
Pour rien au monde, je la changerais


Ode au chat………


ODE AU CHAT ( Pablo Neruda )
Au commencement
les animaux furent imparfaits
longs de queue,
et tristes de tête.

Peu à peu ils évoluèrent
se firent paysage
s’attribuèrent mille choses,
grains de beauté, grâce, vol…
Le chat
seul le chat
quand il apparut
était complet, orgueilleux.
parfaitement fini dès la naissance
marchant seul
et sachant ce qu’il voulait.

L’homme se rêve poisson ou oiseau
le serpent voudrait avoir des ailes
le chien est un lion sans orientation
l’ingénieur désire être poète
la mouche étudie pour devenir hirondelle
le poète médite comment imiter la mouche
mais le chat
lui
ne veut qu’être chat
tout chat est chat
de la moustache à la queue
du frémissement à la souris vivante
du fond de la nuit à ses yeux d’or.

Il n’y a pas d’unité
comme lui
ni lune ni fleur dans sa texture:
il est une chose en soi
comme le soleil ou la topaze
et la ligne élastique de son contour
ferme et subtil
est comme la ligne de proue d’un navire.
Ses yeux jaunes
laissent une fente
où jeter la monnaie de la nuit.

Ô petit empereur
sans univers
conquistador sans patrie
minuscule tigre de salon,
nuptial sultan du ciel
des tuiles érotiques
tu réclames le vent de l’amour
dans l’intempérie
quand tu passes
tu poses quatre pieds délicats
sur le sol
reniflant
te méfiant de tout ce qui est terrestre
car tout est immonde
pour le pied immaculé du chat.

Oh fauve altier de la maison,
arrogant vestige de la nuit
paresseux, gymnaste, étranger
chat
profondissime chat
police secrète de la maison
insigne d’un velours disparu
évidemment
il n’y a aucune énigme
en toi:
peut-être que tu n’es pas mystérieux du tout
qu’on te connaît bien
et que tu appartiens à la caste la moins mystérieuse
peut-être qu’on se croit
maîtres, propriétaires,
oncles de chats,
compagnons, collègues
disciples ou ami
de son chat.

Moi non.
Je ne souscris pas.
Je ne connais pas le chat.
Je sais tout de la vie et de son archipel
la mer et la ville incalculable
la botanique
la luxure des gynécées
le plus et le moins des mathématiques
le monde englouti des volcans
l’écorce irréelle du crocodile
la bonté ignorée du pompier
l’atavisme bleu du sacerdoce
mais je ne peux déchiffrer un chat.

Ma raison glisse sur son indifférence
ses yeux sont en chiffres d’or.

P1000271


Pour …………moi..


 

Je voudrais tant que tu sois là 
Pour te dire ma solitude
Pour te dire ma lassitude
De te savoir si loin de moi

Je voudrais tant que tu sois là 
Pour te dire mon espérance
Et le prix que je paie d’avance
De t’avoir un jour toute à  moi

Dans mon désert y a pas de fleurs
Pas d’oasis et pas de vent
Et si tu venais plus souvent
Ça ferait du bien à  mon cœur
Mon pauvre cœur

Je voudrais tant que tu sois là 
Pour réveiller mes fleurs éteintes
Ton absence comme une plainte
Vient toujours me parler de toi

Je voudrais tant que tu sois là 
A l’heure où les nuages passent
Tu élargirais mon espace
Rien qu’à  te blottir contre moi

Dans mon désert y a pas de fleurs
Pas d’oasis et pas de vent
Et si tu venais plus souvent
Tu comprendrais pourquoi j’ai peur
Parce que j’ai peur

Je voudrais tant que tu sois là 
Pour mettre du rouge à  mes roses
Et pour que serve à  quelque chose
Ces mots que je pleure à  mi-voix

Je voudrais tant que tu sois là 
Pour partager la chambre close
Où mon avenir se repose
En attendant que tu sois là 

Et dans cet univers borné
Où tout est vide et décevant
Je pourrais me sentir vivant
Près de toi pour qui je suis né
Toi qui ne m’aime pas assez


Sans doute déjà mise mais….


   Je ne sais si c’est moi qui suis idiot , ça me touche, m’interpelle toujours autant….

 


………………



« Qu’est ce que ….Camille voudra faire quand elle sera  » grande « ?


Logan Laplante est un jeune garçon âgé de 13 ans. Il aime apprendre et pourtant, il a décidé d’arrêter l’école pour devenir un « hacker de l’école ». Effectivement, Logan a laissé le système scolaire traditionnel de côté pour la scolarisation à domicile. Non seulement il peut apprendre avec sa famille mais il peut aussi choisir ce qu’il veut apprendre en fonction de ses centres d’intérêts et ce qui le passionne le plus. C’est un peu un programme personnalisé, sur-mesure. Il explique en quoi le fait d’avoir quitté le système scolaire traditionnel l’aide à avancer.


Brume ,


   Ce dimanche le brouillard a été présent toute la journée à l’extérieur .brouillard

En moi aussi : impossible de me concentrer sur quoique ce soit , envie de rien => Télé en fond sonore toute la journée ( sans même regarder vraiment ) ….Le ras le bol  s’insinue à nouveau en moi ….et avec lui , l’envie de tout arrêter  ,d’être enfin débarrassé de tout ce qui m’emm…

  Ne me manque que….le courage !suicide


Papiers……


  Un amas de papiers s’accumule dans l’appartement  ….Des papiers /documents dossierà compléter pour mon dossier retraite grrrrrr!  J’en expédie , d’autres arrivent il manque toujours quelque chose !Et ,comme le classement et moi ne faisons pas bon ménage , les retrouver demande du temps et de la patience bahhhh , je me suis mis en grève/ trêve de Noël , je verrais après les fêtes ….l’an prochain …

Puis il y a aussi les papiers  » cadeau  » qui m’ attendent pour le cadeau prêt pour Camille ( ça c’est moins désagréable )papier-cadeauPar contre ,pour Manu et Lise ???Pas d’idée …….Dommage , car eux pensent toujours à moi  ( il y a quelques temps  , pour Noël , ils m’avaient offert Fripon ! Fripon  qui m’a laissé , a repris sa liberté …..) Bofff comme je devrais être de garde chez eux pour le 1er janvier , ce sera un cadeau lol .