Vu il y a peu et….émotion …


L enfant De Buchenwald (film 2015 ) tiré d’une histoire vraie .

   En avril 1943, alors que sa femme attend un enfant, Hans Pippig est déporté au camp de concentration de Buchenwald. À son arrivée, le Kapo André Hofel (à la tête d’un réseau de résistants au sein du camp) le prend sous son aile, en souvenir de l’amitié qu’il portait à son père. Deux années passent et au printemps 1945, les alliés passent le Rhin. Quelques semaines avant la libération de Buchenwald, un Polonais, Marian, arrive au camp avec une valise dans laquelle Hans découvre un enfant juif de 3 ans, Stefan. Sa découverte par les SS entraînerait inévitablement sa mort. Hans, le Kapo Hofel et un groupe de prisonniers décident de le protéger au péril de leurs vies. Hofel et Marian sont torturés pendant des semaines par un SS sadique, sans jamais rien avouer concernant l’enfant et ses protecteurs. Malgré le danger de mort qui pèse sur lui, Hans est prêt à tout pour sauver Stefan dans lequel il voit l’enfant qu’il aurait dû avoir avant d’être déporté. L’enfant devient alors le symbole de l’espoir et de l’avenir dans l’enfer de la captivité…

 

Si je me souviens bien , dans ce film l’enfant juif se lie d’amitié avec le fils du nazi commandant du camp ….à travers la clôture ils se parlent ( le gamin allemand comprend mal mais apporte chaque fois que possible de quoi manger au gamin juif ) , à la fin , le fils du nazi se rase le crâne et met le même pyjama que les déportés => colère de son père . Et ( si je me souviens bien ) , il finit par être mis dans un train avec les déportés ….

Bref ,chacun en pense ce qu’il veut , mais moi je suis pour le fait que ce genre de film soit diffusé et qu’on oublie pas ……( en faisant attention à ne pas amalgamer tous les allemands et les nazis /néo nazis…)

Faut bien payer ses dettes !


Illustration. Le braqueur, accompagné d'un complice, se rendait dans les banques dans les banques avec une perruque et une arme factice.
Le braqueur, accompagné d’un complice, se rendait dans les banques dans les banques avec une perruque et une arme factice

Braquage à l’italienne:

   Un entrepreneur italien de 36 ans est accusé d’avoir braqué douze banques, pour un total de 92 000 euros, avec un pistolet en plastique afin d’éponger une dette au fisc.

 
 

Il comparait jeudi devant le tribunal  dans le nord du Portugal

L’homme est un entrepreneur installé près de Porto, où il possède plusieurs pizzerias. Mais début 2015, les affaires marchent mal et les dettes s’accumulent. Pour payer ses dettes, le patron décide alors d’écumer les banques du nord au centre du pays, aidé par un complice serrurier, Italien lui aussi, entre février et septembre 2015.

Deux braqueurs peu prudents

  Au fil des mois, le principal suspect utilise le butin pour rembourser presque l’intégralité de son ardoise à l’Etat portugais : une dette aux autorités fiscales, à la Sécurité sociale et quelque 17 000 d’euros d’amendes pour non-paiement des autoroutes.

   A chaque forfait, les deux acolytes, peu prudents, se rendent sur place avec la voiture personnelle de l’entrepreneur !. Portant une perruque ou une cagoule, ils brandissent l’arme factice et vident le coffre sans un mot. La police finit par coincer les malfaiteurs, qui avouent immédiatement leurs crimes. Mais selon l’avocat  du braqueur italien, ce dernier compte bien présenter à l’audience tous les reçus de paiement effectués à l’Etat portugais.