« Moi, tous ces musulmans ça me fait peur, on en voit partout, c’est dingue », peut-on entendre au démarrage de la vidéo. Une autre voix surenchérit: « Si on ne fait rien, dans 20 ans la France sera musulmane ». Dans le même temps, ces propos racistes sont illustrés par des images d’agression. On y aperçoit un homme d’origine maghrébine se faire passer à tabac par trois hommes blancs, dans la tenue noire des groupuscules identitaires.Six spots ont ainsi été réalisés, toujours sur le même principe, et seront diffusés sur la plupart des chaînes de télévision cette semaine. À l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la discrimination raciale, le gouvernement a donc lancé cette campagne intitulée #TousUnisContrelaHaine pour dénoncer les préjugés. Mais pas seulement.« Le racisme est une réalité très dure et violente. On a voulu la montrer pour provoquer un choc de conscience et que le débat puisse s’installer sur des bases claires », indique Gilles Clavreul, délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme.« Les stéréotypes, on les a tous tellement intériorisés qu’on est à la fois victime et auteur de racisme », a déclaré Najat Vallaud-Belkacem lors d’un déplacement au musée de l’Immigration à Paris. « Ces propos de haine nous mènent droit dans le mur. Il faut se ressaisir », a demandé la ministre de l’Éducation nationale.

Recrudescence en 2015

Après les attentats de janvier et novembre, la méfiance des Français s’est intensifiée et les raccourcis sont vite arrivés.

« C’est bien de les dénoncer mais s’il n’y a pas de campagne pour les démonter, j’ai bien peur que ce ne soit un coup d’épée dans l’eau, voire contre-productif », a réagi sur BFMTV Françoise Dumont, présidente de la Ligue des droits de l’Homme.

En 2015, les actes et menaces racistes et antisémites ont bondi de 22%. Les agressions contre les musulmans ont même triplé en un an, notamment après les attentats de Paris. Au total, 2.032 actions et menaces ont été enregistrées, selon les chiffres de la Dilcra (Délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l’antisémitisme) communiqués en janvier. Soit cinq actes par jour en 2015.

Le site consacré à cette campagne de sensibilisation rappelle aux victimes qu’elles peuvent porter plainte auprès des services de police ou de gendarmerie. Pour les contenus illicites en ligne, le gouvernement invite les internautes à faire un signalement sur la plateforme Pharos.