» çà ne devrait jamais mourir un enfant « 


Après avoir entendu cette phrase dans une série télé et…..parce que je pense que c’est vrai…..

 

 

Résultat de recherche d'images pour "enfant poignardé illustrations"( photo ne correspond pas ; seulement  comme symbole )

 

L’innocente victime, au terrestre séjour,
N’a vu que le printemps qui lui donna le jour.
Rien n’est resté de lui qu’un nom, un vain nuage,
Un souvenir, un songe, une invisible image.
Adieu, fragile enfant échappé de nos bras ;
Adieu, dans la maison d’où l’on ne revient pas.
Nous ne te verrons plus, quand de moissons couverte
La campagne d’été rend la ville déserte ;
Dans l’enclos paternel nous ne te verrons plus,
De tes pieds, de tes mains, de tes flancs demi-nus,
Presser l’herbe et les fleurs dont les nymphes de Seine
Couronnent tous les ans les coteaux de Lucienne.
L’axe de l’humble char à tes jeux destiné,
Par de fidèles mains avec toi promené,
Ne sillonnera plus les prés et le rivage.
Tes regards, ton murmure, obscur et doux langage,
N’inquiéteront plus nos soins officieux ;
Nous ne recevrons plus avec des cris joyeux
Les efforts impuissants de ta bouche vermeille
A bégayer les sons offerts à ton oreille.
Adieu, dans la demeure où nous nous suivrons tous,
Où ta mère déjà tourne ses yeux jaloux.

André Chénier, Elégies

 

Un enfant a été violemment poignardé ce jeudi après-midi en pleine rue à Joeuf (Meurthe-et-Moselle) avant que son agresseur ne se rende à la police. L’information a été confirmée par la suite par le commissariat de Briey.

Le pronostic vital du petit garçon, rapidement héliporté par les secours à l’hôpital de Nancy pour y être opéré, est engagé, indique BFM TV. «L’enfant a été agressé au pied de son immeuble, a raconté André Corzani, le maire communiste de Jœuf. Le beau-père de l’enfant, alerté, est descendu immédiatement avec un de ses voisins, qui se trouve être un policier. Il a utilisé sa matraque pour désarmer l’individu.»

Le garçon âgé de 7 ans a été poignardé vers 16 heures alors qu’il rentrait de l’école, a précisé Yves Le Clair, le procureur de la République de Briey. Son agresseur lui aurait porté 6 coups de couteau à l’abdomen, avant d’être mis en fuite par le policier.

Merci à Julie …..


Un certain Clément Jean Baptiste
Qui habitait rue Saint-Vincent
Voulant écrire un compliment
Trempa sa plume dans le sang
Qu’elles étaient rouges les cerises
Que nous chantait Monsieur Clément

C’était plus beau qu’un Evangile
C’était des mots de maintenant
Mais il faudrait que nos enfants
N’attendent pas comme on attend
Qu’elles mûrissent les cerises
Que nous chantait Monsieur Clément

Bien sûr c’est difficile
De mourir quand on a vingt ans
Mais pour quelques cerises
Que ne ferait-on au printemps

De République en République
Toujours cocu toujours content
On applaudit les bons truands
Au ventre rond au ventre blanc
Qui nous revendent les cerises
Qu’avait rêvé Monsieur Clément

Tous ces pontifes des Eglises
Tous ces suiveurs de régiments
Voudront nous manger tout vivant
Mais ils se casseront les dents
Sur les noyaux de ces cerises
Du verger de Monsieur Clément

Bien sûr c’est difficile
De mourir quand on a vingt ans
Mais pour quelques cerises
Que ne ferait-on au printemps

Résultat de recherche d'images pour "images barricades mai 1968"