Banalités du jour…..( pour dire que je suis toujours en vie …..)


  Après une nuit perturbée par un violent orage , je me suis éveillé , levé vers 14 h…..( me demandant quel jour nous étions ! ) …..Après le petit déjeuner / déjeuner ( vu que je ne mange qu’au lever et le soir ) …..Je me décidais à monter au super-marché  (frigo et placards vides obligent ) …Mais à mi-chemin l’orage repris avec une pluie abondante  ce qui me stoppa Résultat de recherche d'images pour "images ciel d'orage sous la pluie"……je m’arrêtais donc à mon ancienne superette …Où je fis les quelques achats prioritaires à ma survie ( dont le café et quelques conserves )….de là , je passais à la pharmacie pour renouveler mon ordonnance ( vitale  aussi car il ne me reste que de quoi  » tenir  » jusqu’à lundi.)….Mais là : Porte close !!! pfffff => j’y retourne lundi …….Après l’achat des cigarettes , je rentrais dans mon antre …Le pain était accroché à ma porte comme d’habitude ….( brave boulangère ! ) ….Ensuite , un café bien chaud et…..un peu de ménage ….la télé ( sans intérêt )…..Puis essai de téléphoner à ma soeur sans résultat …….

Voilà ; passionnant n’est ce pas ? Maintenant , je vais rejoindre mon lit espérant que l’orage qui gronde toujours me laissera dormir ……

La solitude…… ( Vu et pris sur un blog dont je ne me souviens plus du nom : Mes excuses à son auteur)


La pire des solitudes est la solitude intérieure. On peut ne pas être seul dans la réalité de la vie, être entouré, avoir des amis, des relations, avoir un métier, un métier intéressant même…

Et Pourtant ! Pourtant tu ressens ce sentiment de désolation intérieure, ce sentiment naît de cette distance toujours ressentie entre soi et le monde, entre soi, et les autres…

Décalage involontaire et douloureux, car, malgré tous les efforts, on continue à se sentir si seul. Loin des autres. Incompris aux creux de soi par les autres. Même par ceux qui, de toutes, leurs forces, avec tout leur amour, tentent de comprendre. Tentent de s’approcher. En vain…

Et tu retrouves cet ennui  incisif, dérangeant, culpabilisant.

Un ennui qui survient trop souvent sans prévenir.  Son apparition favorite : quand tu te trouves en compagnie. C’est l’ennui le plus terrible car il demande une grande énergie : Il faut faire semblant de trouver ces conversations intéressantes,  toutes les vies de ces gens si passionnantes, toutes les anecdotes de leur quotidien si palpitantes. Et,  s’intéresser à leur métier, à leurs enfants, à leur conjoint…

Tu fais des efforts. Tu leur parles, tu fais semblant de t’intéresser à leur propos, à leurs histoires. Tu leur réponds. Tu essaies d’être sociable. Mais cela te demande de la concentration et beaucoup d’énergie.

Et tout d’un coup, presque sans t’en rendre compte, tu décroches. Ton regard devient flou, ton attention flotte, tu es ailleurs.

Parfois tu parviens à te reconnecter avec beaucoup d’efforts. Une grande comédie humaine…

Finalement, une forme de lassitude s’installe, les plaisirs se fanent, les événements perdent leur éclat, et les sentiments se décolorent…

Vide…………


Ce fut une journée magnifique du point de vue météo ( un beau soleil )….Cependant , mon esprit lui est loin d’être ensoleillé : Aucune idée , inspiration pour un billet cette nuit …..De plus , Manu vient manger demain …et rien n’est prêt  !!!

  Je me demande si je ne ferais pas mieux d’abandonner mes blogs devenus insipides …….

Bonne continuation à vous…..

Paresse…..


Je suis un paresseux !

 Je remets toujours au lendemain ce que j’aurais du faire la veille ….Ce fut le cas aujourd’hui : R.A.S ! Esprit vide , envie de rien ……Se planter devant la télé béatement ……Puis……Nous verrons plus tard  ou  demain……

Soyez bien……

Peu de choses


Ce fut une journée calme , banale……

sauf….

Je ne sais plus si c’était sur ce blogs ou l’autre ( même si j’en avais parlé lol ) : J’ avais vu une annonce proposant des chatons déjà stérilisé (e) s à adopter ….Comme Fripon n’est toujours pas réapparu , j’ai décidé de téléphoner pour en adopter un ou une ….J’ai donc appelé tout à l’heure , mais…..Tous ont déjà été adoptés ( il y en avait quatre ! ) pffffff…Dommage …

  A part çà , comme je disais : La routine  , une promenade d’une heure environ sous un beau soleil …puis achat cigarettes et pain….

Peut-être une petite anecdote : A la boulangerie , comme souvent quand il n’y a que moi comme client , ma charmante  » marchande de pain  » et moi avant échangé quelques mots ….je ne sais plus exactement comment c’est venu , mais mes cheveux longs et mon âge  » avancé  » sont entrés dans la discussion …..

En fait , c’est elle qui a commencé en me disant :  » alors toujours pas été chez le coiffeur ?  » ce à quoi j’ai répondu  :  » j’ai horreur de me faire couper les cheveux  » ….Elle :  » Il faut dire qu’ils sont beaux !!! pfff ( gêné moi ) et pas de cheveux blancs à votre âge  » ( merci pour  » à votre âge  » lol ) ..

Et là , je ne sais pas pourquoi , je lui ai expliqué le  » pourquoi » de cette sorte de phobie ….

En effet , au début , quand on a diagnostiqué l’épilepsie ( vers 14 ans je crois ) , il a été question de m’opérer …Et opération implique trépanation…qui elle même entraine  » rasage  » du crâne avant ouverture de celui-ci !……Depuis cette époque , je ne passe chez le coiffeur qu’une à deux fois par an …

La trépanation : Vidéo:

La chanson des barricades ……( Les misérables )


Les paroles :

La faute à Voltaire

Gavroche:
Je suis tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Je ne suis pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Je suis petit oiseau, c’est la faute à Rousseau

Tous:
Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Si tu n’es pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau

Gavroche:
Je suis tombé sur terre
Même Dieu ne sais pas comment
Je n’ai ni père, ni mère
Qui m’reconnaissent leur enfant
Je m’suis fait une famille
Avec ce qui n’en ont pas
Joyeux drilles en guenilles
Avec un coeur gros comme ça

Tous:
Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Joie est ton caractère, c’est la faute à Voltaire
Misère est ton trousseau, c’est la faute à Rousseau

Gavroche:
Je suis un va-nu-pieds
Mais, nu, le pied va quand même
Je prends ce qui me plaît
Pour payer, pas de problème
Je fais des pieds de nez
Aux marchands et à leurs dames

Tous:
Et pour te rattraper
Il leur faut plus qu’un gendarme

Gavroche:
On me connaît partout
De Clignancourt à Belleville
Je suis aimé par tous
Sauf par les sergents de ville
Je vis de ce qui vient
Et de ce qui ne vient pas
Sans savoir à l’avance
Menu du prochain repas
Misére est mon trousseau

Tous:
C’est la faute à Rousseau
On est laid à Nanterre

Gavroche:
C’est la faute à Voltaire

Tous:
Et bête à Palaiseau

Gavroche:
C’est la faute à Rousseau

Tous:
Si tu n’es pas notaire

Gavroche:
C’est la faute à Voltaire

Tous:
Tu es petit oiseau

Gavroche:
C’est la faute à Rousseau

Tous:
Il est tombé par terre, c’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Rousseau
Si tu n’es pas notaire, c’est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau
Tu es petit oiseau, c’est la faute à Rousseau