Anniversaires….Juin ….( 1)


 

 Léo ferré nous quittait, il y a vingt ans… Et tout le monde s’en fout dans les médias obcènes… Ferré, poète de génie, musicien considérable, Ferré qui emmerdait tout le monde, ce monde là des bien pensants qu’il s’est appliqué à dénoncer toute sa vie, sur lequel il a toujours craché… Ferré  auquel les beaux esprits de la gauche dyslexique trouvait toujours quelque chose à redire, à critiquer… En ces temps, il ne  sortait plus de sa Toscane refuge que pour venir à Marseille chez son ami Richard Martin .

 Léo n’en finissait pas , assis sur le bord de la scène, déclamant des poèmes inverses, clamant sa tristesse, sa colère, racontant, aussi son enfance… »Dans le silence de la nuit, il y a comme un balancement maudit qui te met le coeur à l’heure…. » « MuB es sein, es muB sein, cela doit il être?, cela est… »  » Et ce sourire dis donc, qu’est ce que sourire à l’intérieur de la tête , comme une ride intelligente… »

  Mr Ferré, qui avait écrit peu avant sa mort, comme poussé par une prescience de l’ineluctable:  » Hier soir, j’ai reçu un coup de téléphone:

-Allo, Ferré, c’est la Mort, j’aime bien ce que vous faites…

Alors, j’ai répondu: « Moi aussi!! » « 

Putain Léo, comme tu me manques, comme je t’écoute encore les soirs de solitude amère un peu: « Il n’y a plus rien, plus plus rien, et ce rien, on vous le laisse, foutez vous en jusque là si vous pouvez, nous, on peut pas »….