Mercredi……


Mercredi oblige :

Manu m’a confirmé tout à l’heure qu’il venait partager mon plat de lentilles « maison  » ce mercredi …Alors, je vais me coucher tôt en espérant bien dormir pour qu’il ne s’aperçoive pas du fait que j’ai  » fait  » un malaise important hier ( souvent il le  » sent  » )

  Bonne fin de nuit à vous et bon mercredi …à ce soir certainement…..

« On » oublie trop vite parfois….( mis après avoir vu un reportage ..)


harkis ou suppletifs

Pour ..info , pour moi  ( une de mes tante côté paternel a vécu longtemps en Algérie )

Les harkis avaient été près de 180 000 à choisir le camp de la France. Ils furent massacrés par milliers au moment de l’indépendance et abandonnés par la métropole.
   A l’origine, les harkis sont les membres d’une unité d’auxiliaires musulmans de statut 2… civil rattachée à une unité militaire française en Algérie. Par extension, le mot désigne aujourd’hui tous les supplétifs musulmans, et même tous les  Français musulmans qui ont servi sous le drapeau français pendant la guerre d’Algérie.
     En fait, il faut distinguer les militaires, engagés ou appelés et les diverses catégories de supplétifs : Groupes mobiles de protection rurale puis de sécurité, moghaznis (gardes armés des Sections administratives spécialisées), harkis proprement dits, Unités territoriales et Groupes d’autodéfense.

    Leur nombre a culminé à la fin de 1960 autour de 180 000 hommes, soit beaucoup plus que l’effectif maximum atteint par l’ALN en janvier 1958 (60 000 hommes selon les militaires français, 90 000 selon l’historien algérien Mohammed Teguia).
Ces nombres ont servi à prouver que la grande majorité des musulmans algériens avaient choisi le camp français ; mais l’inégalité en sens inverse des pertes des deux camps jusqu’au 19 mars 1962 dément cette interprétation. Les motivations des harkis ne sont pas moins controversées. Les partisans de l’Algérie française continuent de les glorifier comme des modèles de patriotisme français et l’Algérie de les dénigrer comme des traîtres à leur patrie. Pourtant, les motifs de leur engagement turent très variés.
   Le colonel Schoen, qui s’occupa de leur réinsertion en France, les classait en trois catégories par ordre de fréquence décroissante : la solde, le désir de se venger des injustices et des violences du FLN, enfin le loyalisme envers la France ou le patriotisme français. Leur combativité fut tout aussi diversement appréciée : certains furent accusés de collusion secrète avec les rebelles, et d’autres de brutalité ou de cruauté envers leurs prisonniers.
    En 1958 et 1959, l’armée française intensifia le recrutement des appelés et des supplétifs musulmans pour utiliser leur connaissance du terrain et de la population, pour accélérer le ralliement de celle-ci, et pour faire nombre, au moment où les classes creuses de 1939 à 1945 diminuaient celui des appelés métropolitains. Mais quand le gouvernement français entama des négociations avec le FLN, il freina le mouvement. Dès la conclusion de l’accord préliminaire des Rousses (février 1962), il publia un plan de réduction des effectifs militaires et de licenciement des supplétifs. Les harkis devaient choisir entre le retour à la vie civile avec prime, un contrat provisoire de six mois de personnel civil des armées, ou un engagement dans l’armée dans la limite des places disponibles. Ils pouvaient demander à être transférés en France. Mais la grande majorité des supplétifs préféra être licenciée sur place.

      Les accords d’Évian avaient promis une amnistie générale pour tous les actes de guerre commis avant le cessez-le-feu, et la liberté de circuler entre l’Algérie et la France. Mais tôt ou tard, et surtout dans les mois d’anarchie et de lutte pour le pouvoir qui suivirent la proclamation de l’indépendance, des milliers d’anciens supplétifs ou soldats de l’armée française furent victimes de massacres effroyables qui se voulaient un châtiment exemplaire. Les estimations de leur bilan continuent de varier en fonction des opinions de leurs auteurs, entre 10 000 mort et 150 000 morts.
     Le gouvernement français, obnubilé par la crainte de faire le jeu de l’OAS, avait interdit en mai 1962 les initiatives d’officiers qui tentaient de transférer leurs anciens subordonnés en métropole, et ordonné leur refoulement. Il organisa le transfert des harkis menacés, recueillis dans les camps militaires à partir de juin 1962, tout en tentant de limiter leur admission. Cependant, 43 000 réfugiés furent évacués d’Algérie par l’armée française entre 1962 et 1970 (dont la moitié en 1962). Le recensement de 1968 a compté 85 000 Français musulmans nés en Algérie.

Il y avait longtemps …


  Cet après midi , j’étais bien , suis allé faire mon petit tour habituel ….J’ai même fait de la couture lol ( un pantalon trop long pour moi ) ….Bref , sans raison apparente, un malaise s’est déclaré .J’ai cru qu’ il allait s’arrêter sans que je ne prenne de médicament , mais ……J’ai du prendre le comprimé prévu en cas de crise , crise qui   » a suivi son cours  » :En effet , là , j’ai perdu connaissance pendant plus d’une heure ….(C’est Fripon qui était  » à mes côtés »  , miaulant qui semble m’avoir  » réveillé ») …..Evidemment le reste de la journée fut agrémenté d’un mal de tête ..Bahhh il suffit d’être habitué …

Ensuite, j’ai regardé un excellent ( pour une fois ) film à la télé :  » cellular »  , magnifique par le suspens et en quelque sorte l’idée originale de  » rendre hommage  » aux cellulaires  » , téléphones portables ….

  Maintenant , après vous avoir fait partager les petits riens de la journée d’un solitaire épileptique , je vais me retourner vers la télé , puis……selon mon état , reviendrais ou non…

Désolé

Plaidoyer d’actualité …….


Magnifique plaidoyer

La femme grillagée P.Perret
Écoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait su mieux faire
Elle se veut discrète et légère
Un frisson d’eau sur de la mousse
C’est la complainte de l’épouse
De la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen Âge
Que la honte les éclabousseQuand la femme est grillagée
Toutes les femmes sont outragées
Les hommes les ont rejetées
Dans l’obscuritéElle ne prend jamais la parole
En public, ce n’est pas son rôle
Elle est craintive, elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
À ne pas contrarier son maître
Elle n’a droit qu’à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

Elle respecte la loi divine
Qui dit, par la bouche de l’homme,
Que sa place est à la cuisine
Et qu’elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu’elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

Jusqu’aux pieds, sa burqa austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

Jeunes femmes, larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l’obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en, mettez les voiles

Effrayant !


J’ai lu un article à ce sujet dans un magazine…. » La viol ence…. »

Si nous pensions avoir tout lu sur les atrocités dans le conflit syrien, l’article paru dans « Le Monde », « Le viol, arme de destruction massive en Syrie », montre bien que nous sommes encore loin de prendre toute la mesure de la situation des populations locales.

Il est aujourd’hui difficile d’affirmer que les viols sont utilisés comme une arme de guerre tant le tabou est grand dans une société où la pureté de la femmes est inhérente à l’honneur de sa famille et de son mari.

Pourtant, Annick Cojean, suite à des entretiens avec des Syriennes, donne des éléments probants au regard notamment d’autres cas de viols massifs lors d’autres conflits. On pense bien sûr à la Bosnie où 20.000 à 50.000 femmes auraient été violées ; le conflit au Rwanda aurait engendré 250.000 à 500.000 viols ; en République Démocratique du Congo (RDC) il y aurait près de 500.000 victimes depuis 1996 mais le chiffre est dur à évaluer, le phénomène s’étalant sur une quinzaine d’années.

 

Le viol, une arme courante en temps de guerre

Le viol a de tout temps été utilisé comme arme de guerre. Tite Live, dans son « Histoire des Romains »(Livre I), est un des premiers auteurs de l’Antiquité à décrire des situations de violences sexuelles en temps de conflit. Son témoignage montre que bien que les violences sexuelles ne sont pas inhérentes à la guerre, les viols, rapts, esclavage sexuel et autres violences sexuelles sont souvent un des maux générés par les situations de conflits.

 

L’historien Stéphane Audoin Rouzeau avait montré dans ses travaux que la Première Guerre Mondiale avait entraîné un nombre important de viols, identifiant ainsi ce caractère de guerre totale et de perte de neutralité du civil, propre aux conflits contemporains.

 

Encore aujourd’hui, le viol est largement utilisé à des fins de terreur et de répression politique en Colombie, Birmanie, Pérou, Guatemala et Haïti.

 

En 2010, l’Unesco avait organisé un colloque sur les viols en situation de guerre et l’une des interventions établissait même un lien entre le pillage des ressources naturelles et les viols. En effet, Hseng Noung Lintner, membre du réseau Shan Women’s Action Network (SWAN) en Birmanie, a montré au cours de son intervention que le viol était utilisé comme terrorisme d’Etat pour garder le contrôle des régions les plus riches et pousser certaines communautés à fuir.

 

Ainsi, si le viol n’est pas inhérent à tous les conflits, il est largement utilisé par des régimes autoritaires dans des situations d’exception ou à des fins politiques ou économiques. C’est certainement en ce sens que Boris Cyrulnik définit le viol non pas tant comme un acte sexuel mais comme un acte social. Celui-ci montrant qu’il y a toujours derrière le viol un sentiment de puissance et de domination conféré par un rang social ou une situation d’impunité telle qu’en génère la guerre.

 

Le viol, une arme au service du régime de Bachar Al Assad ?

Pour autant, pouvons-nous affirmer que les violences sexuelles sont commanditées par le sommet de l’Etat ? Annick Cojean explique en effet dans son enquête pour le « Monde » que l’on manque de témoignages sur des actes commis par des rebelles.

 

En revanche, les témoignages qu’elle a recueilli montrent bien qu’il y a une évidente organisation derrière ces actes : prise de stimulants sexuels par les militaires, pilules contraceptives données aux femmes emprisonnées, viols dans le cadre des interrogatoires devant la famille, etc.

 

Là encore, il est possible d’établir un triste corollaire avec le conflit en RDC, où de nombreux témoignages, notamment d’anciens miliciens, montrent que le viol était institutionnalisé. Les chefs de milice expliquaient que le viol d’une fille devant son père, ou d’une femme devant son mari, était un moyen de pression pour obtenir des informations ou de l’argent. Avant de partir en raids dans les villages, les soldats prenaient des « pilules » ou « des herbes de la brousse » (voir notamment le livre de Louis Guinamard sur ce sujet).

La virilité des hommes est volontairement exacerbée, poussée à l’extrême et les témoignages de femmes montrent bien que le viol est accompagné de coups et d’insultes.

L’objectif est de détruire la femme, et donc tout le groupe social

 

Ce qui rend le viol de masse finalement si efficace, c’est qu’au-delà de l’horreur de l’acte en lui-même il attaque directement le tissu social en son cœur. Dans des cultures où la femme est la garante de l’honneur de sa famille, où la virginité avant le mariage est un pré requis, où l’adultère de la femme est puni de mort, le viol engendre nécessairement un effondrement des valeurs qui structurent la famille.Les victimes de viols ressentent généralement un sentiment de honte, de souillure, de culpabilité.

 

Mais dans des pays comme la Syrie ou la RDC, le viol est aussi synonyme de rejet par sa famille et de forte stigmatisation. Raison pour laquelle les femmes refusent souvent de parler.

 

Prenons le cas de la société congolaise où le viol est particulièrement tabou car il est souvent associé à un adultère. A l’origine, la société a préétabli que les liens sexuels ne peuvent être partagés qu’avec une seule personne intime qu’est le mari. Les femmes sont donc systématiquement stigmatisées par leur communauté. Elles sont souvent rejetées par leurs maris qui considèrent qu’elles sont devenues les femmes des autres et se retrouvent donc seules avec leurs enfants.

 » Si c’était vrai « ? ………il suffit d’y croire ………


Pour m’endormir en rêvant : Un texte ( poème ) de Mr Brel :Jacques Brel
Dites, dites, si c´était vrai
S´il était né vraiment à Bethléem, dans une étable
Dites, si c´était vrai
Si les rois Mages étaient vraiment venus de loin, de fort loin
Pour lui porter l´or, la myrrhe, l´encens
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai tout ce qu´ils ont écrit Luc, Matthieu
Et les deux autres,
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai le coup des Noces de Cana
Et le coup de Lazare
Dites, si c´était vrai
Si c´était vrai ce qu´ils racontent les petits enfants
Le soir avant d´aller dormir
Vous savez bien, quand ils disent Notre Père, quand ils disent Notre Mère
Si c´était vrai tout cela
Je dirais oui
Oh, surement je dirais oui
Parce que c´est tellement beau tout cela
Quand on croit que c´est vrai.

P.S: Il y a une vidéo , mais de mauvaise qualité ……….

A lire jusqu’à la fin !!!!


Bien  » vu  »  mal « vu » par un dieu par moi méconnu ….La bible par Baudelaire !!!! J’adhère !

Poème de Charles Baudelaire:

Race d’Abel, dors, bois et mange;
Dieu te sourit complaisamment.

Race de
Caïn, dans la fange
Rampe et meurs misérablement.

Race d’Abel, ton sacrifice
Flatte le nez du
Séraphin!

Race de
Caïn, ton supplice
Aura-t-il jamais une fin?

Race d’Abel, vois tes semailles
Et ton bétail venir à bien;

Race de
Caïn, tes entrailles

Hurlent la faim comme un vieux chien.

Race d’Abel, chauffe ton ventre
A ton foyer patriarcal ;

Race de
Caïn, dans ton antre
Tremble de froid, pauvre chacal!

Race d’Abel, aime et pullule !
Ton or fait aussi des petits.

Race de
Caïn, cœur qui brûle,
Prends garde à ces grands appétits.

Race d’Abel, tu croîs et broutes
Comme les punaises des bois!

Race de
Caïn, sur les routes
Traîne ta famille aux abois.

Ah! race d’Abel, ta charogne
Engraissera le sol fumant!

Race de
Caïn, ta besogne
N’est pas faite suffisamment;

Race d’Abel, voici ta honte :
Le fer est vaincu par l’épieu !

Race de
Caïn, au ciel monte,
Et sur la terre jette
Dieu!

çà va mieux !


   Comme prévu , je me suis levé relativement tôt et suis allé à la poste (ma banque ) , il m’ a fallu du courage : Un temps froid, vent et pluie aurait pu me décourager ….Mais dans le bureau de poste , la chaleur régnait car il y avait  foule ! Parmi les personnes présentes , il y avait un homme avec la tête et une partie du visage enveloppés de bandages ..Apparemment , il me connaissait , moi , je ne me souviens pas de lui …Il a engagé la conversation en faisant allusion à mes cheveux longs :. » Moi , je ne suis pas près de les avoir comme vous  »  . Alors , je lui ai répondu que je gardais les cheveux longs depuis le jour , il y a longtemps ( j’avais 13/14  ans ) , le jour donc où j’étais hospitalisé après une crise d’épilepsie avec perte de connaissance  « prolongée  » …..et qu’il avait été question de m’ouvrir le crâne pour voir si il y avait une  » solution chirurgicale  » ….Finalement, j’y avais échappée …et m’étais juré de garder les cheveux longs quelque soit la mode lol .

  Lui m’a dit qu’il sortait de l’hôpital et avait été opéré pour une tumeur au cerveau ….Bref , nous avons échangé nos impressions sur le personnel hospitalier et les traitements, médicaments après ce genre de choses …..

Et , pour finir , j’ai laissé tout le monde passer avant moi pour  » discuter  » avec la dame au guichet ….En effet , il me reste un petit « pécule » sur un compte épargne , ce qui m’a permis de combler mon découvert bancaire , et ressortir bien couvert dans le froid et sous la pluie …Après être passé prendre des cigarettes , payer mes dettes  » tabagiques  »  et faire quelques courses nécessaires à ma survie , je suis rentré dans mon antre boire un bon café chaud .

  Oups , j’oubliais : J’avais un avis dans ma boite aux lettres : Un colis à prendre à la poste , j’ai profité de l’occasion pour le prendre  pendant que j’y étais pour mes histoires d’argent : C’était un téléphone portable !!!!!!??????????

Je ne me souviens pas du tout d’en avoir commandé un ….Il faudra que je demande à Manu ( ou c’est pour lui , ou un cadeau de sa part ?) ….C’est amusant : Je n’y connais rien , ben oui….pas à la mode moi ! , c’est un « machin  » si minuscule que pour taper sur les touches , c’est la galère pour moi ! Enfin , comme tout achat de ce genre , il y a un délai de 7 jours pour le renvoyer : Je verrais donc avec Manu si c’est lui ou non …..

Demain il me reste encore quelque chose à faire pour une question d’argent à recevoir ! C’est pas beau çà !!!!lol

Si vous avez eu le courage de lire ce résumé en entier , vous êtes de vrai(e)s ami(e) ,sinon , je comprends…..Dans tous les cas , moi , je suis mieux que ces derniers jours ….

Déconnecté mais….


      Toujours en vie , après une très longue nuit de sommeil profond , je me suis éveillé vers 16h30 !!!

Quand j’écris   » déconnecté  » , çà signifie que je me suis efforcé de ne pas penser aux  » choses réelles  » dont celles dont je parlais ici hier ….(La banque ,administration etc….)….En fouillant placards et réfrigérateur , congélateur j’ai trouvé de quoi manger ….Puis j’ai regardé la télé car il n’y a rien de mieux comme soporifique …Fripon est rentré quelques minutes , le temps de  » prendre une petite collation  » , un rapide câlin et puis il est ressorti …..

Demain , je me replonge dans la réalité : J’irais à la banque en priorité ( je suis sur que j’ai de l’argent placé sur un compte épargne : Je vais en retirer et çà ira …..)….Pour ce faire , il faut que je sois en forme au réveil , donc que je me couche tôt …..Donc , je vous laisse à demain soir .

  P.S : Merci à vous pour vos interventions après mon délire morbide , pessimiste d’hier …..

  L’ amitié , quelque soit la forme sous la quelle elle se manifeste est le meilleur « dopant  » qui soit .

  Inutile de dire que le temps est toujours aussi froid , pourri …