Pour mon plaisir……


Encore un artiste peu connu  que j’aime….

Les paroles :

J’ai le contraire du rire dans la peau
J’arrive pas à le faire sortir
Il y a toujours une petite tristesse perdue
Dans un pli de mon âme {x3:}

Je ne sais pas comment le contraire du rire
Est entré dans ma peau
J’étais un enfant aimé, très très beau {x2}

J’ai vécu neuf mois sur une île
Au milieu de l’eau
Puis j’ai dû partir
Tenter ma chance tout seul {x3}

Et peut-être est-ce à ce moment-là
Que dans les plis de mon âme
Se sont glissées des pensées chagrines
Petites comme des gouttes de pluies fines
Mais régulières et taraudeuses
Et mangeuses de bonne humeur horlogère

Parfois une jeune femme vient me voir, elle me dit
« Je suis l’océan, tu es l’île » {x2}
Je suis heureux et elle est heureuse
Et je suis heureuse et elle est heureux

Mais le contraire du rire attend à la porte de moi
Et dès qu’elle est partie, il profite d’un moment d’inattention
Pour se glisser subrepticement, subrepticement en moi

Toi qui passes ici si tard, compagnon de la marjolaine
Pourquoi le contraire du rire, au cœur même de mon empire ? {x2}

J’ai le contraire du rire dans la peau
J’arrive pas à le faire sortir
Il y a toujours une petite tristesse perdue
Dans un pli de mon âme {x3:}

En savoir un peu plus sur ce monsieur ?

C’est à la suite du meurtre de sa compagne Loulou (Louise-Hélène France) par un déséquilibré, à la Chandeleur 1975, que son style devient encore plus profondément humaniste. Il écrit cette nuit-là une lettre ouverte, analysant la culpabilité de la société qui arme les mains des assassins, assorti d’un appel à « reboiser l’âme humaine » par « l’amour, l’amitié et la persuasion ». Nombre de ses chansons et de ses textes se rapportent à cette « séparance », comme il dit. Après ce drame, il voyagera, en particulier au Québec et renforcera ses liens avec les chanteurs francophones de la culture du Kébek, selon la graphie du poète Raoul Duguay . À la mort du roi Bauduin , il a été choisi comme symbole du peuple belge pour chanter un hommage au roi défunt. Cet artiste qui a proposé un hymne national wallon aux paroles simples et pacifiques a par ailleurs été anobli  en juillet 2002 par le Roi Albert II et peut porter le titre de Chevalier. Il a aussi signé le Manifeste pour la Culture Wallonne en 1983.