Par curiosité…


Comme j’en consomme régulièrement , pour mes maux de tête , et aussi parce que c’est un anti-coagulant ( phlébite) , j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’aspirine :


1. Du saule à l'aspirine

Son histoire remonte à 2 400 ans, au temps d’Hypocrate où l’on utilisait des décoctions de feuille de saule, réputées pour leur vertus contre la fièvre et les douleurs.

En 1763, un révérend britannique Edward Stone, fait une déclaration devant la « Royal Society », et confirme ainsi les propriétés fébrifuges de l’infusion de feuilles de saule. La « signature » du saule donne même une indication complémentaire: son écorce doit être utile contre les rhumatismes puisqu’elle provient de « branches souples et flexibles se laissant travailler facilement ».

En 1829, Leroux, pharmacien à Vitry le François, isole le principe actif de l’écorce de saule: la SALICINE. Cette dernière sera ensuite extraite d’une fleur, la « reine des prés ».

Ensuite, plusieurs chimistes (en Suisse, France ou USA) transforment la salicine en Aldéhyde, puis en acide salicylique.

En 1853, transformation à Strasbourg en acide acétylsalicylique par Von Gerhardt. L’aspirine est née, mais ce travail est sans suite.

En 1875, utilisation du salicylate de sodium contre les rhumatismes articulaires.

La firm allemande BAYER mobilise sa recherche et crée le premier laboratoire de pharmacie industrielle.

En 1897, Hoffmann reprend les travaux de Gerhardt et met au point un nouveau procédé de fabrication d’aspirine donnant un sûr et stable.

Le 1er Février 1899, l’aspirine était lancée sur le marché, marque déposée par BAYER.

L’origine de ce nom est la suivante:

– A pour Acétyl

– SPIR pour Spirea, nom latin de la famille de la Reine de prés

– RINE, suffixe classique en chimie industrielle (idem morphine, digitaline. . .)

La firme BAYER a gardé le monopole de la marque jusqu’à la première guerre mondiale. Après la guerre de 14-18, les droits de Bayer sont saisis et la marque tombe dans le domaine public.

4 réflexions sur “Par curiosité…

    • Bonsoir Rachel
      En fait , j’en prends aussi parce que c’est un anti coagulant et çà depuis que j’ai eu une phlébite ( suite à un coup à la jambe , une veine a été « touchée » et çà a provoqué cette phlébite ) depuis, quand ma jambe me fait souffrir , je mets un « bas de contention  » et je prends de l’aspirine pour aider la circulation du sang ….Sinon , avec tout ce que je dois déjà prendre pour l’épilepsie , tu penses bien que je ne suis pas « accroc  » à d’autres médocs .
      P.S : Pour les maux de tête , c’est idem :Seulement quand j’ai vraiment mal …

      J'aime

      • normalement les bas de contention pour qu’ils soient efficaces doivent se mettre avant de se lever le matin (enfin en pm pour toi 😉 )

        puis la marche est vraiment indiqué pour les jambes

        Et un de mes frères a souvent fait des phlébites et se soignait avec du chou ..
        il mettait des feuilles de chou sur la jambes et les changeaient quand elles flétrissaient

        J'aime

  1. Oui , par exemple , si j’ai mal au moment de me coucher , je mets le bas en évidence près de mon lit et l’enfile en me levant le matin ….enfin …au réveil…Souvent , je l’ôte dans la journée , mais le mets quand je sors pour faire mes « emplettes  » en marchant ( ainsi , je marche comme il est conseillé )…..
    P.S : Ma grand – mère utilisait aussi les feuilles de chou en emplâtre quand elle avait les jambes gonflées et aussi quand elle avait mal dans le dos (au niveau des reins )

    J'aime

Les commentaires sont fermés.