» ce journal est une feuille de chou  » ?????


Après avoir mis un billet sur l’aspirine , une amie m’a mis un commentaire sur les vertus  « médicinales  » du chou en emplâtre , par association d’idée : J’ai voulu chercher pourquoi on qualifiait parfois un journal de  » feuille de chou  »  et..:

Signification : Journal insignifiant, de faible intérêt

Origine : Expression française de la fin du XIXème siècle qui se baserait sur le sens figuré de ce légume servant à qualifier tout ce qui manque d’intelligence et tout ce qui est médiocre, ceci se retrouvant dans plusieurs expressions comme bête comme chou. Par contre la question qui se poserait serait de savoir le pourquoi un tel choix et pour ce légume en particulier. Généralement, nombreux sont les dictons utilisant les images des  légumes car la population française d’antan serait principalement paysanne et sa nourriture serait composée le plus souvent de légumes et surtout des moins chers comme le chou. De ce fait, le chou en question serait l’ingrédient principal des repas français. Comme ce légume est considéré comme étant peu valeureux les gens prirent pour habitude de le comparer à tout ce qui serait insignifiant, dérisoire et sans valeur.

Par curiosité…


Comme j’en consomme régulièrement , pour mes maux de tête , et aussi parce que c’est un anti-coagulant ( phlébite) , j’ai eu envie d’en savoir plus sur l’aspirine :


1. Du saule à l'aspirine

Son histoire remonte à 2 400 ans, au temps d’Hypocrate où l’on utilisait des décoctions de feuille de saule, réputées pour leur vertus contre la fièvre et les douleurs.

En 1763, un révérend britannique Edward Stone, fait une déclaration devant la « Royal Society », et confirme ainsi les propriétés fébrifuges de l’infusion de feuilles de saule. La « signature » du saule donne même une indication complémentaire: son écorce doit être utile contre les rhumatismes puisqu’elle provient de « branches souples et flexibles se laissant travailler facilement ».

En 1829, Leroux, pharmacien à Vitry le François, isole le principe actif de l’écorce de saule: la SALICINE. Cette dernière sera ensuite extraite d’une fleur, la « reine des prés ».

Ensuite, plusieurs chimistes (en Suisse, France ou USA) transforment la salicine en Aldéhyde, puis en acide salicylique.

En 1853, transformation à Strasbourg en acide acétylsalicylique par Von Gerhardt. L’aspirine est née, mais ce travail est sans suite.

En 1875, utilisation du salicylate de sodium contre les rhumatismes articulaires.

La firm allemande BAYER mobilise sa recherche et crée le premier laboratoire de pharmacie industrielle.

En 1897, Hoffmann reprend les travaux de Gerhardt et met au point un nouveau procédé de fabrication d’aspirine donnant un sûr et stable.

Le 1er Février 1899, l’aspirine était lancée sur le marché, marque déposée par BAYER.

L’origine de ce nom est la suivante:

– A pour Acétyl

– SPIR pour Spirea, nom latin de la famille de la Reine de prés

– RINE, suffixe classique en chimie industrielle (idem morphine, digitaline. . .)

La firme BAYER a gardé le monopole de la marque jusqu’à la première guerre mondiale. Après la guerre de 14-18, les droits de Bayer sont saisis et la marque tombe dans le domaine public.