K.O………..


Ce n’est pas la peine que j’insiste , je suis vraiment dans un état lamentable ce soir : Mal de tête , fièvre , froid ….Bref , je laisse TOUT tomber  , j’abandonne

A plus…peut -être

Soyez bien.

P.S : En plus , je ne sais plus si Manu vient manger ce mercredi ou si il est encore en congé  pffff …..

Quand les appareils me lachent……….


sommeil enrhuméNouvel "opium du peuple"Déjà que je suis fiévreux ,enrhumé….ce qui me « brouille  » les idées , voilà que depuis quelques heures maintenant , la télé m’a laissé tomber !

   Ce n’est pas qu’elle soit d’une importance capitale , mais le soir quand je suis devant cette écran est que règne le calme dans l’appartement , son bruit de fond module le silence de mon logement………Ben entendu , je me suis penché sur le problème et j’en ai conclu que çà vient du cable d’antenne ……..(Les embouts furent déjà l’objet de manipulations de ma part  )…..Bref ne me reste plus qu’à rester calme  ,je verrais çà demain …peut-être …

Hier , c’était le réfrigérateur qui « faisait des siennes  » : J’avais mal refermé la porte , ce qui avait provoqué une augmentation intempestive du froid => de la glace même dans le compartiment frigo !…..Je pense que je ne vais pas tarder à monter me coucher en espérant que le sommier ne va pas , lui aussi me laisser tomber lol …Ce mardi , si mon état de santé et le temps le permettent , je verrais s’il est possible de trouver les éléments nécessaires à la réparation dans ce patelin désert !

Passionnant n’est ce pas ? Allez mieux que je monte au lit de ce pas ……

Encore……….Caussimon/Ferré


 

Le texte :

Texte de Jean-Roger Caussimon

Ne chantez pas la Mort, c’est un sujet morbide
Le mot seul jette un froid, aussitôt qu’il est dit
Les gens du « show-business » vous prédiront le « bide »
C’est un sujet tabou… Pour poète maudit
La Mort!
La Mort!
Je la chante et, dès lors, miracle des voyelles
Il semble que la Mort est la soeur de l’amour
La Mort qui nous attend, l’amour que l’on appelle
Et si lui ne vient pas, elle viendra toujours
La Mort
La Mort…

La mienne n’aura pas, comme dans le Larousse
Un squelette, un linceul, dans la main une faux
Mais, fille de vingt ans à chevelure rousse
En voile de mariée, elle aura ce qu’il faut
La Mort
La Mort…
De grands yeux d’océan, une voix d’ingénue
Un sourire d’enfant sur des lèvres carmin
Douce, elle apaisera sur sa poitrine nue
Mes paupières brûlées, ma gueule en parchemin
La Mort
La Mort…

« Requiem » de Mozart et non « Danse Macabre »
(Pauvre valse musette au musée de Saint-Saëns!)
La Mort c’est la beauté, c’est l’éclair vif du sabre
C’est le doux penthotal de l’esprit et des sens
La Mort
La Mort…
Et n’allez pas confondre et l’effet et la cause
La Mort est délivrance, elle sait que le Temps
Quotidiennement nous vole quelque chose
La poignée de cheveux et l’ivoire des dents
La Mort
La Mort…

Elle est Euthanasie, la suprême infirmière
Elle survient, à temps, pour arrêter ce jeu
Près du soldat blessé dans la boue des rizières
Chez le vieillard glacé dans la chambre sans feu
La Mort
La Mort…
Le Temps, c’est le tic-tac monstrueux de la montre
La Mort, c’est l’infini dans son éternité
Mais qu’advient-il de ceux qui vont à sa rencontre?
Comme on gagne sa vie, nous faut-il mériter
La Mort
La Mort…

La Mort?…