Je vis encore lol


La neige est tombée ,la gelée la fait tenir…..Mais ,le gel semble avoir aussi engourdi mon P.C ! Alors,je me suis affalé dans mon canapé devant la télé et ai regardé quelques épisodes de Sherlock  Holmes …..Maintenant ,Fripon insiste pour que nous allions nous coucher ,je vais donc le suivre ….

Me réchauffer………..


   Vue l’heure et le manque (non pas d’absinthe lol) mais de cigarette ,je vais de ce pas me glisser sous les draps en compagnie de Fripon mon mignon petit chat….Qui m’appaisera de ses « ron rons »

   Incorrigible et honteux,je n’ai encore que peu de blogs visités cette nuit!!!!

Clin d’oeuil à une Amie ….


J’ai passé un très agréable moment avec une amie au téléphone aujourd’hui…..Agréable pour moi ,et je l’espère pour elle car elle avait besoin de parler …..Nous avons parlé de choses très sérieuses en fait ..Je pourrais résumer en deux mots:  » harcèlement téléphonique » ……Genre de « harcèlement » qui arrive plus fréquemment aux filles qu’aux gars je crois…..Du genre « drague »  à outrance sans « réciproque »  (suis je clair? ,je ne sais, mais je sais que si cette amie me lit,elle comprendra….)..Ce qui suis ,sous forme de divertissement résume ,je crois , la situation.

   –En classe , l’institutrice décide d’interroger un élève: Dis moi …. »Toto » on va voir si tu as bien retenu la dernière leçon de français : » Tu vas me citer une dizaine de verbes du 1er groupe « ..

   Après quelques minutes ,le gamin se lance: « Rencontrer,téléphoner,inviter,accepter,diner,embrasser,déshabiller…. »

    Furieuse,la maitresse lui dit: »Si tu oses me dire une grivoiserie ,je te mets un zéro et une heure de colle! »

Alors,le gamin ,tout triste continue sa liste de verbes:  » Décourager,rhabiller,énerver,rentrer et zapper  » !

Cette histoire drôle est en fait une sorte de mode d’emploi pour décourager le genre de gars dont nous avons parlé ….En espérant qu’elle comprendra et sourira….

Zola dans l’atmosphère de la mine


Pour que son ouvrage » Germinal » décrive de la façon la plus réaliste possible le monde de la mine, Émile Zola vint se documenter dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, du 23 février au 2 mars 1884, alors que commençait la grande grève des mineurs d’Anzin. Pendant huit jours, il a parcouru les corons d’Anzin et de Bruay. Il est descendu dans la fosse Renard de la Compagnie des mines d’Anzin à Denain

Il interrogea les mineurs, porions et ingénieurs sur leur vie quotidienne et rencontra en particulier Émile Basly, meneur de la grève. Rentré à Paris, il continua de suivre les évènements par la presse, et compila toute cette documentation dans Mes notes sur Anzin.

Le film entier sur You tube kliker sur le lien   :http://youtu.be/Ik-b-JHk0R0

Je ne pouvais pas rater……


Pour une fois que la télé « offre » un film de qualité : Germinal !!!! Je suis devant deux écrans simultanément ,alors après le film ,je tente de repasser sur le Net. (Si « çà » fonctionne car ces derniers jours…pffffff!)

Tous pareils?


Vous, vous êtes et nous, nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Mêmes cœurs entre les mêmes épaules
Qu’est-ce qu’on vous apprend à l’école
Si on y oublie l’essentiel ?
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes…

Moi, j’ai des îles, j’ai des lacs
Moi, j’ai trois poissons dans un sac
Moi, je porte un crucifix
Moi, je prie sur un tapis
Moi, je règne et je décide
Moi, j’ai quatre sous de liquide
Moi, je dors sur des bambous
Moi, je suis docteur-marabout

Et nous sommes
Des hommes pareils
Plus ou moins loin du soleil
Blancs, noirs, rouges, jaunes, créoles
Qu’cent ans dans deux jours
Moi, j’ai jamais fait l’amour
Nous, enfants neveux et nièces
On dort tous dans la même pièce

Quelque soit le prix qu’on se donne
On nage dans le même aquarium
On partage le même royaume
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes
Où nous sommes des hommes pareils
Plus ou moins nus sous le soleil
Tous tendus vers l’espoir de vivre

Qu’est-ce qu’on vous apprend dans les livres
S’il y manque l’essentiel…?
S’il y manque l’essentiel…?
J’aime mieux ce monde polychrome
Où vous, vous êtes et nous, nous sommes…
Des hommes pareils…
Des hommes pareils…est-ce qu’on vous apprend à l’école
S’il y manque l’essentiel ?
Semblables jusqu’au moindre atome
Vous, vous êtes et nous, nous sommes…

Moi, je me teins et je me farde
Moi, mes chiens montent la garde
Moi, j’ai piégé ma maison
Moi, je vis sous des cartons
Moi, j’ai ………..

Si j’habitais Gap ,je serais condamné !!!!!


Une pétition circule sur le net à se sujet:

Depuis peu, à Gap, nourrir un chat libre est sanctionné de 450€ amende. Cette décision n’est pas conforme à la Déclaration Universelle des Droits de l’Animal, et va à l’encontre de la plus élémentaire éthique. Cet arrêté municipal doit être retiré au plus vite. Mobilisons-nous pour que les habitants puissent continuer librement de nourrir ces animaux !

 

La pétition :Adresse ci-dessous (au cas où….)

 

http://www.mesopinions.com/petition/animaux/retrait-immediat-arrete-municipal-monsieur-roger/9475

Bi-valence ,ressemblance………..


Lisez jusqu’à la fin s’il vous plait …..

« La patiente est incapable de parler ni de comprendre le moindre mot. Il lui arrive parfois de proférer des sons inarticulés et incohérents durant des heures. Elle n’a aucun sens des personnes, des lieux et du temps. Elle réagit cependant à l’énoncé de son propre nom.
Il y a six mois que je m’occupe d’elle, mais elle montre toujours une totale indifférence à son aspect physique et ne fait aucun effort pour aider aux soins qu’on lui donne.
Il faut la laver, l’habiller, lui donner à manger. Comme elle n’a pas de dents, il faut lui écraser ses aliments. Elle bave sans arrêt de sorte que, devant, sa chemise est presque toujours sale.
Elle ne peut pas marcher.
Ses heures de sommeil sont totalement irrégulières. Elle s’éveille souvent au milieu de la nuit et réveille son entourage par ses cris.
La plupart du temps elle est gentille et de bonne humeur, mais plusieurs fois par jour, elle s’agite sans cause apparente, se met à pleurer et ne cesse de crier que si quelqu’un vient la consoler.
C‘est par la description de ce cas clinique que je commençai un jour une conférence à des infirmières déjà diplômées, sur « les aspects physiques du vieillissement ».
Je leur demandais ensuite quels sentiments elles éprouveraient à s’occuper de cette patiente. Les mots qui revinrent les plus souvent dans leurs réponses furent : désespérant, déprimant, pénible.
Je leur déclarai alors que j’avais grand plaisir à soigner cette personne et qu’elles en auraient autant que moi
Devant leur regard incrédule, je fis passer à la ronde une photo, celle de mon bébé de six mois.
Pourquoi est-il donc tellement plus difficile de s’occuper d’une femme de quatre-vingt-dix ans que d’un nourrisson ?
À l’évidence, ce n’est pas seulement une question de poids. La raison en est plus profonde.
Le bébé, et sur ce point toutes les infirmière furent d’accord avec moi, représente l’espoir et des possibilités quasiment infinies.
N‘y aurait-il pas lieu de changer d’attitude, afin de donner à ceux qui achèvent leur vie dans l’impuissance de la vieillesse les mêmes soins qu’à ceux qui la commencent ? »

Dr Paul E. Ruskin, Journal of American Medical Association, 1984.

P.S: J’ai pensé à Emmanuel et à ma grand-mère …