Constipé?


Un Canadien accusé d’avoir volé puis ingéré un diamant d’une valeur de 20 000 dollars restera incarcéré jusqu’à ce que la police puisse récupérer la pierre

 

Cette affaire se déroule au Canada, un homme de 52 ans a été filmé le 10 mai par des caméras de vidéosurveillance en train d’avaler un joyau d’1,7 carat dans une bijouterie de Windsor dans l’Ontario.

 

L’homme est détenu dans une cellule sans toilettes, a expliqué le sergent Brett Corey.

« On lui a donné un contenant (un seau) et nous surveillons ses défécations. Nos officiers de médecine légale passent au peigne fin chacune de ses selles » a détaillé M. Corey. « Mais jusque là nous n’avons rien trouvé ».

 Excuses pour ceux qui sont en train de manger…

Le sommeil…….


Prière au sommeil

Somme, doux repos de nos yeux.
Aimé des hommes et des dieux,
Fils de la Nuit et du Silence,
Qui peux les esprits délier,
Qui fais les soucis oublier,
Endormant toute violence.

Approche, ô Sommeil désiré !
Las ! c’est trop longtemps demeuré :
La nuit est à demi passée,
Et je suis encore attendant
Que tu chasses le soin mordant,
Hôte importum de ma pensée.

Clos mes yeux, fais-moi sommeiller,
Je t’attends sur mon oreiller,
Où je tiens la tête appuyée :
Je suis dans mon lit sans mouvoir,
Pour mieux ta douceur recevoir,
Douceur dont la peine est noyée.

Hâte-toi, Sommeil, de venir :
Mais qui te peut tant retenir ?
Rien en ce lieu ne te retarde,
Le chien n’aboie ici autour,
Le coq n’annonce point le jour,
On n’entend point l’oie criarde.

Un petit ruisseau doux-coulant
A dos rompu se va roulant,
Qui t’invite de son murmure,
Et l’obscurité de la nuit,
Moite, sans chaleur et sans bruit,
Propre au repos de la nature.

Chacun hors que moi seulement,
Sent ore quelque allégement
Par le doux effort de tes charmes :
Tous les animaux travaillés
Ont les yeux fermés et sillés,
Seuls les miens sont ouverts aux larmes.

Si tu peux, selon ton désir,
Combler un homme de plaisir
Au fort d’une extrême tristesse,
Pour montrer quel est ton pouvoir,
Fais-moi quelque plaisir avoir
Durant la douleur qui m’oppresse.

Si tu peux nous représenter
Le bien qui nous peut contenter,
Séparé de longue distance,
Ô somme doux et gracieux !
Représente encore à mes yeux
Celle dont je pleure l’absence.

Que je voie encor ces soleils,
Ce lis et ces boutons vermeils,
Ce port plein de majesté sainte ;
Que j’entr’oie encor ces propos,
Qui tenaient mon coeur en repos,
Ravi de merveille et de crainte.

Le bien de la voir tous les jours
Autrefois était le secours
De mes nuits, alors trop heureuses ;
Maintenant que j’en suis absent,
Rends-moi par un songe plaisant
Tant de délices amoureuses.

Si tous les songes ne sont rien,
C’est tout un, ils me plaisent bien :
J’aime une telle tromperie.
Hâte-toi donc, pour mon confort;
On te dit frère de la Mort,
Tu seras père de ma vie.

Mais, las ! je te vais appelant,
Tandis la nuit en s’envolant
Fait place à l’aurore vermeille :
O Amour ! tyran de mon coeur,
C’est toi seul qui par ta rigueur
Empêches que je ne sommeille.

Hé ! quelle étrange cruauté !
Je t’ai donné ma liberté,
Mon coeur, ma vie, et ma lumière,
Et tu ne veux pas seulement
Me donner pour allégement
Une pauvre nuit tout entière ?

T’as choisi ……


Texte de Monsieur S.Ternoise (éxcrivain indépendan « libertaire? »)…..Possible qu’il soit déjà mis sur mon blog:Tant pis)

T’as choisi
De pas vivre comme tes parents
De pas vivre comme les enfants
Avec qui, tu as grandi

T’as choisi
Tu prétends que dire amen
Dans un bureau trois semaines
Ça t’a largement suffit

T’as choisi
De partir dans le Quercy
Là où il vécu Nino
Un parmi les marginaux

*
Mais jamais n’oublie
Que toujours on suspecte se méfie
De celui qui vit
En dehors des chemins établis
*

T’as choisi
De vivre, de tes produits
D’élever poules et dindons
Canards lapins et pigeon

T’as choisi
De faire de la poterie
Des oiseaux en pierres taillées
Sur les marchés t’installer

*
Mais jamais n’oublie
Que toujours on suspecte se méfie
De celui qui vit
En dehors des chemins établis
*

T’as choisi
Tu dis n’plus pouvoir vivre
Sans dévorer des livres
T’y passes même toutes tes nuits

*
Mais jamais n’oublie
Que toujours on suspecte se méfie
De celui qui vit
En dehors des chemins établis