Après Signy-le- Petit (Les Ardennes)=> Fourmies

Moins évident pour trouver  quelque chose sur ma seconde ville de résidence : un site….

<iframe width= »420″ height= »315″ src= »http://www.youtube.com/embed/NJc_Xwtztfk &raquo; frameborder= »0″ allowfullscreen>

Fourmies est située en « grande Thiérache », région qui géologiquement appartient aux Ardennes, dans l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe à l’extrême sud-est du département du Nord. Historiquement cette région dépendait du Comté de Hainaut.

Fourmies jouxte le département de l’Aisne. Elle se trouve à 10 km de la frontière belge et à 22 km département des Ardennes et fait partie du Parc naturel régional de l’Avesnois.

Fourmies se trouve à vol d’oiseau à 15 km de la sous-préfecture Avesnes-sur-Helpe, à 30 km de Maubeuge, 50 km de Mons, environ 60 km de Charleroi, Charleville-Mézières, Cambrai et Valenciennes, à une centaine de kilomètres de Lille, la préfecture, et de Bruxelles, et à 180 km de Paris.

Vieille cité industrielle du Nord de la France, la ville de Fourmies atteint son apogée industriel et démographique à la fin du XIXe siècle grâce au textile. Elle compte alors 15 000 habitants, en majorité des ouvriers. La distance la séparant de Paris n’est que de 200 km. À plusieurs reprises, des grèves éclatent, en particulier le 1er mai. En effet, suite au massacre de Haymarket Square à Chicago, consécutif à une manifestation pour la journée de 8 heures, la Seconde Internationale décide de créer, en juillet 1889, la manifestation internationale du 1er mai, dite « fête du travail ».

L’appel à la grève à Fourmies

Dans le Nord de la France, les socialistes guesdistes, très implantés dans la région, tentent d’y organiser les ouvriers. L’un des fondateurs du Parti ouvrier français, créé en 1893, Paul Lafargue (gendre de Karl Marx), alors l’un des dirigeants nationaux des socialistes guesdistes, incite à la grève générale du 1er mai consacrée à la revendication de la journée de 8 heures et à la hausse des salaires.

Préparation de la riposte : le 30 avril 1891

Pour montrer leur opposition aux revendications, les patrons font apposer sur les murs de Fourmies, une affiche affirmant leur détermination à ne pas faire de concessions. Sous leur impulsion, le maire de la ville demande l’envoi de deux compagnies d’infanteries du 145e régiment de ligne au sous-préfet d’Avesnes

Récit de la journée

Disposition des acteurs du drame.

Dès le départ, la manifestation doit se dérouler dans une ambiance festive et pacifique. À 10 heures, les ouvriers doivent porter leurs revendications à la mairie. Des festivités l’après-midi et un bal en soirée sont inscrits au programme.

« Le plus grand calme est recommandé, pas de tumulte, pas de récriminations personnelles », affirme Culine

À 9 heures, après une échauffourée avec les gendarmes à cheval, quatre manifestants sont arrêtés. Des renforts sont demandés à la sous-préfecture qui envoie deux compagnies du 145e de ligne caserné à Maubeuge. Le 84e RI d’Avesnes est déjà sur place.

Dès lors le premier slogan, « c’est les huit heures qu’il nous faut », est suivi par « c’est nos frères qu’il nous faut ».

18 h 15 : 150 à 200 manifestants arrivent sur la place et font face aux 300 soldats équipés du nouveau fusil Lebel qui contient 9 balles (une dans le canon et huit en magasin) de calibre 8 mm. Ces balles peuvent, quand la distance n’excède pas 100 mètres, traverser trois corps humains sans perdre d’efficacité. Les cailloux volent ; la foule pousse. Pour se libérer, le commandant Chapus fait tirer en l’air. Rien ne change.

Il crie : « Baïonnette ! En avant ! »

Collés contre la foule, les trente soldats, pour exécuter l’ordre, doivent faire un pas en arrière. Ce geste est pris par les jeunes manifestants pour une première victoire. Kléber Giloteaux, leur porte drapeau s’avance. Il est presque 18 h 25… le commandant Chapus s’écrie : « Feu ! feu ! feu rapide ! Visez le porte-drapeau ! ».

Bilan : neuf morts, trente cinq blessés (au moins) en quarante cinq secondes.

 

eco musée de fourmies eco musée de fourmies
Photo du 16 Février 2007
Photographe : loupiot
Photo de la ville de Fourmies ou des communes voisines
mairie de fourmies mairie de fourmies
Image du 16 Février 2007
Prise par : loupiot
Image de la ville de Fourmies ou des environs
Lac Golf Fourmie, France, Concert Myriam ABEL Lac Golf Fourmie, France, Concert Myriam ABEL
Prise le 21 Juillet 2007
De : Olivier LABOISSIERE
Vue de la ville de Fourmies ou des alentours
Fourmies Fourmies
Date : 25 Janvier 2008
Auteur : C.H.D
Photo de la ville de Fourmies ou des communes proches
étang des moines étang des moines
Photo du 16 Février 2007
Photographe : loupiot
Photo de la ville de Fourmies ou des communes voisines
Jour d'automne Jour d’automne
Image du 16 Juillet 2008
Prise par : marc_antoine
Image de la ville de Fourmies ou des environs
Photo Fourmies Photo Fourmies
Prise le 22 Janvier 2012
De : koum-maria
Vue de la ville de Fourmies ou des alentours
Etang de moines Etang de moines
Date : 21 Novembre 2010
Auteur : Chahubari
Photo de la ville de Fourmies ou des communes proches
Ciel de feu Ciel de feu
Photo du 13 Juillet 2011
Photographe : freeman059
Photo de la ville de Fourmies ou des communes voisines
Fourmies Fourmies
Image du 03 Avril 2007
Prise par : tichxx
Image de la ville de Fourmies ou des environs
Etang des Moines Etang des Moines
Prise le 21 Novembre 2010
De : Chahubari
Vue de la ville de Fourmies ou des alentours
Etang de moines Etang de moines
Date : 21 Novembre 2010
Auteur : Chahubari
Photo de la ville de Fourmies ou des communes proches
Etang des Moines Etang des Moines
Photo du 21 Novembre 2010
Photographe : Chahubari
Photo de la ville de Fourmies ou des communes voisines
Musée du Textile et de la Vie Sociale, Fourmies Musée du Textile et de la Vie Sociale, Fourmies
Image du 16 Novembre 2010
Prise par : Dominique du Rouge Cloître
Image de la ville de Fourmies ou des environs

2 réflexions sur “Après Signy-le- Petit (Les Ardennes)=> Fourmies

Les commentaires sont fermés.