Et on se moque des Belges!


WATERLOO – Un SDF namurois s’est encore fait pincer dans un restaurant de Waterloo. Après y avoir pris un excellent repas, l’homme annonce simplement qu’il n’a pas de quoi payer. C’est la huitième fois en quelques jours…

A chaque coup, il fait pareil. Il s’installe à une petite table dans un coin. Puis il commande un excellent menu et une bonne bouteille de vin. Après avoir mangé de bon appétit, l’homme se commande un petit digestif qu’il sirote tranquillement. Puis à l’heure de l’addition, il explique courtoisement qu’il n’a pas un euro en poche. Le restaurateur appelle la police, laquelle emmène le SDF.

Ce scénario s’est encore produit hier dans un restaurant de la chaussée de Bruxelles. Et les policiers n’ont pas manqué de reconnaître l’homme qu’à sept reprises, ils avaient dû aller interpeller dans d’autres établissements de Waterloo.

Grivèlerie

Comme les fois précédentes, les policiers ont pris la déposition du Namurois, l’ont gardé quelques heures en cellule (le temps d’une petite sieste digestive…) puis l’ont relâché.

L’enquête a permis de savoir que ce SDF est bien connu de des restaurateurs namurois où il avait déjà commis le même scénario à plusieurs reprises. C’est parce que sa notoriété devenait encombrante à Namur que l’homme a déplacé son périple gourmand à Waterloo, dont il est originaire.

Il devrait être prochainement cité devant le tribunal correctionnel de Nivelles pour tous ces faits que le code pénal qualifie de grivèlerie.

Les gouttes de bonheur :S.Utgé-Royo


 Les gouttes de bonheur….                                                 (  C’est magnifique!!!!! Un grand monsieur peu connu!)
Un juif et deux chrétiens habitent dans ma rue ;
Ils passent chaque jour sur le trottoir d’en face.
Ils se parlent parfois, et moi je les salue ;
Comme de bons voisins, nous partageons l’espace.
Ils ont des dieux intimes qui bornent leurs chemins,
 Des sortes de héros sévères et distants ;
 Ce ne sont pas les mêmes, et c’est chacun le sien
 Qui tourne dans le ciel, avec des éclairs blancs.
Moi, je salue la vie comme un cadeau du temps.
La Terre est un miracle dans la nuit de la peur.
Je guette les sourires de tous les continents
 Et je remplis mes yeux de gouttes de bonheur…
 Dans le rue de la Lune vivent des musulmans ;
Ce sont des gens discrets qui gardent leurs secrets ;
 Et plane aussi sur eux une ombre de géants
Qu’ils saluent chaque jour avec un grand respect.
 Quels sont les dieux absents de la jeune Asiatique
 Qui promène son frère sur un vélo d’enfant ?…
Et Marie la Française, cette amie romantique,
Que dit-elle à Bouddha, tout bas, en se cachant ?
Moi, je salue la vie comme un cadeau du temps.
La Terre est un miracle dans la nuit de la peur.
Je guette les sourires de tous les continents
Et je remplis mes yeux de gouttes de bonheur…
Vivez, frères humains, comme vous le pouvez ;
Chacun fait comme il sait, de l’hiver au printemps.
 Cachez vos désespoirs sous des rites sacrés
 Si vous tremblez d’effroi en songeant au néant…
 Mais, je vous le demande, laissez ma liberté
Danser comme un oiseau dans le jour qui va naître.
Ne priez pas pour moi, j’ai besoin d’amitié…
Je vous aime sans dieu et vous souhaite sans maître.
 Moi, je salue la vie comme un cadeau du temps.
 La Terre est un miracle dans la nuit de la peur.
Je guette les sourires de tous les continents
 Et je remplis mes yeux de gouttes de bonheur…
Je te salue la vie

Lire la suite: http://www.greatsong.net/PAROLES-SERGE-UTGE-ROYO,DES-GOUTTES-DE-BONHEUR,209924.html#ixzz1gICaClYV