Un sourire qui date ….et oui encore..


LES PALÉTUVIERS
Paroles et musique: Moises Simon, H. Duvernoy

L’amour ce fruit défendu vous est donc inconnu
Oui
En cela se peut-il joli petit bourgeon d’avril
Non je ne l’ai jamais vu, jamais vu ni connu
Mai[ A | B | C | D | E | F | G | H | I | J | K | L | M | N | O | P | Q | R | S | T | U | V | W | X | Y | Z | 0-9 ] Le-Parolier.Net
Paroles de chansons
Contact
Partager | Paroles / Lyrics: Christian Borel et Caroline Cler
LES PALÉTUVIERS
Paroles et musique: Moises Simon, H. Duvernoy

L’amour ce fruit défendu vous est donc inconnu
Oui
En cela se peut-il joli petit bourgeon d’avril
Non je ne l’ai jamais vu, jamais vu ni connu
Mais mon coeur ingénu veux rattraper vois-tu tout le temps perdu
Ah rien ne vaut pour s’aimer les grands palétuviers chère petite chose
Ah si les palétuviers te font tant frétiller je veux bien essayer

Ah viens sous les « pa »
J’y vais de ce pas mais j’y vais pas à pas
Suis-moi veux-tu?
Je ne suis pas têtu sous les grand « palétu »
Viens sans hésiter
Allons gazouiller sous les palétuviers
Ah oui je n’ai pas de papa, de papalétuvier, sous les palétuviers
Ah je te veux sous les « pa » je te veux sous les « lé »
Les palétuviers roses
Aimons-nous sous les « patu »
Prend moi sous les « létu »
Aimons-nous sous les « viers »

Ah ton coeur me semble encore hésiter cher trésor
Mais je veux tout oser pour un petit, tout petit baiser
Ah un baiser, je m’éblouis, un baiser c’est exquis
Mais dès qu’il l’aura pris je vais être pour lui l’objet de mépris
Non le mépris te t’en prie ce n’est pas dans mes prix car je suis pris mignonne
Mon coeur est aux abois tu peux prendre o mon roi mon coeur au fond des bois

REFRAIN:
Ah viens sous les « pa »
J’y vais de ce pas mais j’y vais pas à pas
Suis-moi veux-tu?
Je ne suis pas têtu sous les grand « palétu »
Viens sans hésiter, allons gazouiller sous les palétuviers
Ah oui sous les « pa », les papas, les papas, les tutus, sous les palétuviers
Ah je te veux sous les « pa » je te veux sous les « lé », les palétuviers roses
Aimons-nous sous les « patu »
Prend moi sous les « létu »
Aimons-nous sous les « viers »

Près des arbres enchanteurs viens goûter les senteurs
Ce cocktail où se mêlent le gingembre avec la cannelle
Oui c’est l’effet (d’un optique) qui me pique qui me pique
Je sens le muscadier, je sens les néfliers, et les orangers
Le parfum des néfliers et des doux pistachiers ne vaut les palétuviers roses
Tous ces arbres tropicaux nous invitent au bécot allons y mon coco

REFRAIN

Si je comprends bien tu me veux mon chien
Sous les grands palé-tu viens!

s mon coeur ingénu veux rattraper vois-tu tout le temps perdu
Ah rien ne vaut pour s’aimer les grands palétuviers chère petite chose
Ah si les palétuviers te font tant frétiller je veux bien essayer

Ah viens sous les « pa »
J’y vais de ce pas mais j’y vais pas à pas
Suis-moi veux-tu?
Je ne suis pas têtu sous les grand « palétu »
Viens sans hésiter
Allons gazouiller sous les palétuviers
Ah oui je n’ai pas de papa, de papalétuvier, sous les palétuviers
Ah je te veux sous les « pa » je te veux sous les « lé »
Les palétuviers roses
Aimons-nous sous les « patu »
Prend moi sous les « létu »
Aimons-nous sous les « viers »

Ah ton coeur me semble encore hésiter cher trésor
Mais je veux tout oser pour un petit, tout petit baiser
Ah un baiser, je m’éblouis, un baiser c’est exquis
Mais dès qu’il l’aura pris je vais être pour lui l’objet de mépris
Non le mépris te t’en prie ce n’est pas dans mes prix car je suis pris mignonne
Mon coeur est aux abois tu peux prendre o mon roi mon coeur au fond des bois

REFRAIN:
Ah viens sous les « pa »
J’y vais de ce pas mais j’y vais pas à pas
Suis-moi veux-tu?
Je ne suis pas têtu sous les grand « palétu »
Viens sans hésiter, allons gazouiller sous les palétuviers
Ah oui sous les « pa », les papas, les papas, les tutus, sous les palétuviers
Ah je te veux sous les « pa » je te veux sous les « lé », les palétuviers roses
Aimons-nous sous les « patu »
Prend moi sous les « létu »
Aimons-nous sous les « viers »

Près des arbres enchanteurs viens goûter les senteurs
Ce cocktail où se mêlent le gingembre avec la cannelle
Oui c’est l’effet (d’un optique) qui me pique qui me pique
Je sens le muscadier, je sens les néfliers, et les orangers

Le parfum des néfliers et des doux pistachiers ne vaut les palétuviers roses
Tous ces arbres tropicaux nous invitent au bécot allons y mon coco

REFRAIN

Si je comprends bien tu me veux mon chien
Sous les grands palé-tu viens!

Le blé en herbe …….Pour finir ma journée


Un vieux film en « noir et blanc »,mais belle histoire d’Amour

 Le film (tiré d’un roman de Colette)

Se déroule dans les années 20-25:


 Comme chaque année les Ferret et leurs deux filles Vinca et Lisette passent leurs vacances sur une plage bretonne en compagnie de leur amie Mme Audebert et de son fils Philippe

 Afin de ne plus penser à Vinea, il devient l’amant d’une élégante estivante de trente ans son aînée, Mme Dalleray. Elle est belle, elle a vécu et souffert.

 Phil trouvera auprès de  » la dame en blanc  » la maturité qui jusque-là lui manquait. Mais celle-ci craignant de s’attacher à son jeune partenaire, qui sera peut-être sa dernière conquête, préfère disparaître.

 Vinca qui a tout compris se donne à Phil. Les vacances prennent fin. Il faut se quitter, mais se retrouveront-ils ?

 Phil et Vinca ont vécu jusqu’à présent comme frère et sœur, mais cette année-là ils viennent d’avoir 16 et 15 ans. Ils ont atteint l’âge où l’on n’est plus tout à fait des enfants. Les disputes de camarades de jeux se transforment sans qu’on y prenne garde en querelles d’amoureux.

 Il y a une sorte de cap à passer ,mais comment ? Dans ce tournant les parents ne sont d’aucun secours. S’ils se sentent attirés l’un vers l’autre, Phil est plus réservé que son amie.