Epitaphe d’une chatte (d’après J.Du Bellay)

elle me manquePetit museau, petites dents,

Yeux qui n’étaient point trop ardents,

Mais desquels la prunelle perse

Imitait les couleurs diverses

Qu’on voit en cet arc pluvieux

Qui se courbe au travers des cieux ;

De la tête à la taille pareille,

Le col gracieux,courte l’oreille,

Et dessous un nez d’ébène

Autour duquel était plantée

Une barbichette  argentée,

Armant d’un petit poil follet

Son museau « damoiselet » ;

La gorge douillette et mignonne,

La queue longue à la gueunonne,

Mouchetée diversement

D’un naturel bigarrement :

Telle fut Moumoun la gente bête

Qui des pieds jusques à la tête,

De telle beauté fut pourvue

Que sa pareille on n’a point vue.

Une réflexion sur “Epitaphe d’une chatte (d’après J.Du Bellay)

Les commentaires sont fermés.