Anniversaire (il y a 50ans)


Le mur de Berlin « mur de la honte » pour les Allemands de l’ouest et « mur de protection antifasciste  » d’après la propagande est-allemande, est érigé en plein Berlin  dans  la nuit du 12 au 13 aout 1961 par la République démocratique allemande (RDA), qui tente ainsi de mettre fin à l’exode croissant de ses habitants vers la République fédérale d’Allemagne (RFA). Le mur sépare physiquement la ville en Berlin-Est et Berlin-Ouest pendant plus de vingt-huit ans, et constitue le symbole le plus marquant d’une Europe divisée par le Rideau de fer. Plus qu’un simple mur, il s’agit d’un dispositif militaire complexe comportant deux murs de 3,6 mètres de haut avec chemin de ronde, 302 miradors et dispositifs d’alarme, 14 000 gardes, 600 chiens et des barbelés dressés vers le ciel. Environ 160 ressortissants de la RDA perdent la vie en essayant de le franchir, les gardes-frontière est-allemands et soldats soviétiques n’hésitant pas à tirer sur les fugitifs.

Vue du mur en 1986, la partie ouest couverte de graffitis et de peintures murales.

Reste du mur de Berlin, 2004

Entrée du secteur américain sur le Glienicker Brücke, 1985

Panneau indicateur de l’ancienne division allemande

L’affaiblissement de l’Union soviétique, la perestroïka conduite par Mikhaïl Gorbatchev et la détermination des Allemands de l’Est, qui organisent de grandes manifestations, provoquent, le 9 novembre 1989, la chute du « mur de la honte », suscitant l’admiration incrédule du « Monde libre » et ouvrant la voie à la réunification allemande. Presque totalement détruit, le Mur laisse cependant dans l’organisation urbaine de la capitale allemande des cicatrices qui ne sont toujours pas effacées aujourd’hui. Le mur de Berlin, symbole du clivage idéologique et politique de la Guerre froide, a inspiré de nombreux livres et films. Aujourd’hui, plusieurs musées lui sont consacrés.

2 réflexions sur “Anniversaire (il y a 50ans)

  1. Un mur de la honte ! J’étais loin , très loin d’ici quand il est tombé mais je me souviens encore de cette joie immense qui m’a saisi , ce genre d’instant où tu ressens fort que parfois l’humain peut être autre chose que con et mauvais , que la Liberté retrouve toujours ses droits , je lisais un truc l’autre jour qui parlait de la génération « résilience » pour les allemands et l’holocauste , une page s’est tournée avec la fin de ce mur , celle de la guerre froide mais vite hélas remplacée par un nouvel « ennemi » … la peur de l’Autre par … cette nouvelle montée anti-islamiste !
    Kissousssss !

    J'aime

  2. Coucou Diane,merci pour ton passage
    Moi aussi je me souviens de ce jour de joie…devant la liberté reprenant ses droits..

    Malheureusement,comme tu en fais la remarque,on dirait que l’homme ,une société ne peut vivre sans la peur…..
    F.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.