Soirée angoisse……


Ce soir,n’ayant que peu d’inspiration ,d’envie pour le net,j’ai l’intention de me régaler en regardant quelques films « d’horreur » sur les D.V.D passés par mon fils (presque tous tirés de romans de Stéphen King)! Un régal…..

Possible que je repasse plus tard sur les blogs …..Si pas cette nuit,ce sera demain…..

Qu’est ce que tu crois? (J’adhère au texte!)


 

Y a des gens qui s’battent qui s’battent
Pour se faire un jour un grand nom
Et qui s’battent et puis qui s’débattent
Et qui combattent sacré nom de nom

(Refrain)
On devrait dire à ces gens là
Mon pauvre vieux qu’est ce que tu crois ?
Tu n’es qu’un maillon de la chaîne
Tu n’es qu’un moment de la vie
Un moment de joie de misère
Et puis on t’enterre et puis c’est fini
Un moment de joie de misère
Et puis on t’enterre et puis c’est fini

Y a des gens qui luttent qui luttent
Pour devenir de gros potentats
Et qui luttent et puis qui se disputent
Et puis qui culbutent sacré nom de d’là

(au Refrain)

Y a des gens qui peinent qui peinent
Pour gagner beaucoup de gros sous
Et qui peinent et puis qui se démènent
Et puis qu’on amènent un soir dans un trou

(au Refrain)

Paroles: Robert Lamoureux.


 
Il y a peu être 150 millions de galaxies
contenant chacune 120, 150 millions d’étoiles…
A des centaines de milliers d’années lumières…
Il y a des centaines d’autres galaxies
contenant encore des milliards d’étoiles…
Poussière dans un Sahara d’étoiles…

malgré les grands yeux du néant
c’est pour mieux nous manger enfant
et les silences et les boucans…
faut vivre

bien qu’aveugles sur fond de nuit
entre les gouffres infinis
des milliards d’étoiles qui rient…
faut vivre…

malgré qu’on soit pas toujours beau
et que l’on ait plus ses seize ans
et sur l’espoir un chèque en blanc
faut vivre…

malgré le cœur qui perd le nord
au vent d’amour qui souffle encore
et qui parfois encore nous grise
faut vivre…

malgré qu’on ait pas de génie
n’est pas Rimbaud qui peu pardi
et qu’on se cherche un alibi
malgré tous nos morts en goguette
qui errent dans les rues de nos têtes
faut vivre…

malgré qu’on soit brave et salaud
qu’on est des complexes à gogo
et qu’on les aime c’est ça le pire
faut vivre…

malgré l’idéal du jeune temps
qui c’est usé au nerf du temps
et par d’autre repris en chantant
faut vivre…

malgré qu’en s’tournant vers l’passé
on est effrayé de s’avouer
qu’on a tout de même un peu changer
faut vivre…
malgré qu’on soit du même voyage
qu’on vive en fou, qu’on vive en sage
tout finira dans un naufrage
faut vivre…

malgré qu’au ciel de nos poitrines
en nous sentinelle endormie
dans un bruit d’usine gémit
le cœur aveugle qui funambule
sur le fil du présent qui fuit
faut vivre…

malgré qu’en nous un enfant mort
parfois si peu sourit encore
comme un vieux rêve qui agonise
faut vivre…

malgré qu’on soit dans l’engrenage
des notaires et des héritages
ou le cœur s’écœure et s’enlise
faut vivre…

malgré qu’on fasse de l’humour noir
sur l’amour qui nous en fera voir
jusqu’à ce qu’il nous dise au revoir
faut vivre…

malgré qu’à tous les horizons
comme un point d’interrogation
la mort nous regarde d’un œil ivre
faut vivre…

malgré tous nos serments d’amour
tous nos mensonges jour après jour
et bien que l’on ait qu’une vie
une seule pour l’éternité
malgré qu’on la sache ratée….

Faut vivre…