Leçons de morale !!!!!!!!


Info trouvée sur le Net……

Le ministère de l’Éducation nationale nous ressort ses bonnes vieilles leçons de morale. Il devrait balayer devant sa porte.

Luc Chatel à l'école
Luc Chatel à l’école | Montage

Le ministère de l’Éducation nationale nous ressort les bonnes vieilles leçons de morale à l’école primaire. Déjà Xavier Darcos en 2008 avait relancé les maximes d’autrefois du genre « qui vole un oeuf vole un boeuf », mais devant le peu d’enthousiasme des enseignants à revenir à l’école de grand-papa, Luc Chatel reprend le flambeau.

Entre Nadine Morano qui souhaite que l’on rediffuse Skippy le kangourou pour régler les problèmes de violence et Luc Chatel qui souhaite le retour de la morale, on voit que nos ministres font preuve d’une imagination des plus novatrice pour régler les problèmes du 21ème siècle .

Il se pourrait que demain Claude Guéant nous ressorte « les brigades du tigre » pour lutter dans les quartiers difficiles, avec cours de « savate » à l’appui.

Pour l’historien Jacques Gimard, « réintroduire les maximes de morale au tableau et les apprendre par cœur est une fausse bonne idée. C’est totalement dépassé ! », explique-t-il dans Le Figaro.

Et puis pourquoi leur donner ces leçons de morale lorsque l’on voit le comportement des adultes et des politiques en particulier ?

Quelques « maximes  » de morale:

Pour les adeptes de l’ultra-libéralisme qui se goinfrent en permanence :

« Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger » (Socrate).

Pour certains propos tenus par des politiques:

« La violence est le dernier refuge de l’incompétence » (Asimov).

« Toute vérité n’est pas bonne à croire » (Beaumarchais).

« Ce qui me bouleverse, ce n’est pas que tu m’aies menti c’est que désormais je ne pourrai plus te croire » (Nietzsche).

Celle-ci que l’on peut adapter également aux politiques  :

« La guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires » (Clémenceau).

Pour terminer :

« Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent » (Sartre).

« Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument » (Machiavel).

On se rend compte  que si l’on devait réinstaller la morale, ce n’est peut-être pas chez les plus jeunes que l’on devrait l’instaurer en priorité, mais tout d’abord pour ceux qui sont aux commandes politiques et financières.