Ahhh! L’Amour!!!!


Oui, mais il l’a fait par amour.

Et de surcroît, il a 107 ans.
Où se situe l’info ?: probablement pas dans le fait qu’il arrête de fumer. Ça doit être parce qu’il le fait par amour. Ou alors parce qu’il a 107 ans.?

107 ans, c’est vrai, au point où il en est il pourrait continuer facileClin d'oeil. Normalement, quand on fume, on se tape toutes sortes de maladies horribles, comme l’emphysème, par exemple, un truc affreux. Lui, il a fumé jusqu’à l’âge de 107 ans, sans en être affecté. Ou alors si, mais il a guéri. Donc, fumer ne tue pas forcément. Enfin je dis ça, je dis rienEmbarrassé. Et puis à 107 ans, sans vouloir aucunement être pessimiste face à un homme d’une telle vitalité, il doit commencer à se dire que……un jour, il arrêterait définitivement de faire quoique ce soit, fumer ou autre chose. On n’est très ami  avec la mort dans notre monde, mais enfin, s’il y a bien un truc dont on est sûr quand on est vivant, c’est qu’un jour on ne le sera plus. Donc, Johannes fume jusqu’à l’âge de 107 ans, il n’en meurt pas le moins du monde, et pourtant, il arrête donc : C’est l’amour.

Voilà, c’est  beau et fou non?.

Et qui est l’objet d’un tel amour ?

Sa femme, l’actrice allemande Simone Rethel. Une « gamine » de 61 ans.Ange

Il y aura,a eu surement  des remarques désobligeantes  faites sur la différence d’âge, de plus de 40 ans.

Johannes, interviewé par Reuters sidéré et cité par L’Express, s’explique : « Je l’ai fait par amour, pour ma magnifique femme. Je devrais rester le plus longtemps possible auprès d’elle ».(Espèrons qu’elle aussi )

Jurés d’assises (suite au film « le 7ème juré »)


Fastidieux,je mets ce billet par curiosité personnelle,je comprendrais que çà n’interesse personne.

Comment peut on être désigné comme juré:

Tout citoyen peut, un jour ou l’autre, être amené à juger l’un de ses pairs. Une lourde responsabilité à laquelle il est important d’être bien préparé…

La cour d’assises (présente dans chaque département) est une juridiction intermittente qui se réunit quatre fois par an (une fois par trimestre). Au cours de chaque session, d’une durée moyenne de quinze jours, neuf ou dix affaires de crime (meurtre, viol, inceste, vol à main armée…) sont jugées par un jury composé de citoyens ordinaires siégeant aux côtés de trois juges professionnels. Vous pouvez, vous aussi, être au nombre de ces citoyens. Il suffit d’avoir une carte d’électeur pour que le hasard vous désigne comme juré.

Pas de lien de parenté

Seule condition exigée : être âgé d’au moins 23 ans, ne pas exercer une profession incompatible avec la fonction de juré (magistrat, militaire, policier, ministre…).Vous ne serez pas non plus retenu si vous avez un lien de parenté avec l’accusé, avec un autre membre du jury ou l’un des magistrats.

Une première lettre à en-tête de votre mairie vous informe que vous êtes mobilisable sur l’année civile à venir. Mais rien ne dit que vous serez effectivement amené à siéger.Il faut encore passer deux filtres : d’abord, un tirage au sort effectué au niveau du département, puis un autre qui désigne les 40 jurés (et 12 suppléants) qui sont retenus pour une session.

Si vous faites partie des 52 noms, vous serez prévenu par le greffier de la cour d’assises quinze jours au moins avant le début de la session. Si vous avez été tiré au sort, une convocation vous est notifiée soit à vous-même, soit à votre domicile par la gendarmerie ou un huissier de justice.

Ce n’est qu’à l’ouverture de l’audience que vous saurez si vous faites partie des 9 jurés (ou 12 en appel) retenus.

Vous serez indemnisé

Un juré risque de voir l’essentiel de son temps monopolisé par sa nouvelle fonction. C’est pourquoi il doit se rendre disponible pendant toute la durée de la session. Si vous travaillez, prévenez votre employeur en lui envoyant une copie de votre convocation. Il ne peut s’opposer à vos absences.

En contrepartie de votre participation à la justice, vous avez droit à plusieurs indemnités que vous devez réclamer (sur justificatifs) au greffe du tribunal de la cour d’assises.

Notamment, une indemnité journalière de session et, si vous travaillez et que cette indemnité ne couvre pas votre perte de salaire, une indemnité complémentaire, correspondant au Smic horaire , dans la limite de 8 heures par jour.

S’ajoutent une indemnité journalière de séjour, ainsi qu’une indemnité de transport.

Comment doit se comporter un juré ?

La veille de la première audience, vous devrez regarder une cassette vidéo destinée à vous informer de l’importance de votre fonction ainsi que sur la conduite à tenir. Vous serez prévenu : même perturbé par ce que vous entendez ou voyez, vous ne devez absolument pas vous laisser submerger par vos émotions ni manifester la moindre opinion.

Pas question non plus de somnoler ou de feuilleter discrètement votre journal. Un juré se doit d’écouter chaque affaire avec la même concentration. Mieux vaut prendre des notes afin d’avoir des idées claires au moment de rendre votre décision.

Une fois les débats terminés,  jurés et magistrats s’isolent dans une pièce et n’en sortent qu’après avoir rendu leur verdict par un vote à bulletin secret.

Vous pouvez être récusé

Dernier obstacle, vous pouvez encore être « récusé », c’est-à-dire que certaines parties prenantes au procès peuvent refuser votre participation pour des raisons qui leur sont personnelles. L’accusé ou son avocat peut récuser 5 jurés tirés au sort et le ministère public 4 sans avoir à se justifier (en appel, le nombre est respectivement de 6 et de 5).

Pouvez-vous refuser d’être juré ?

Il est en principe impossible de refuser d’être juré. Seuls cas de dispense admis : avoir plus de 70 ans, ne plus habiter le département où se déroule l’affaire, avoir déjà été juré dans le même département au cours des cinq dernières années, ou être atteint d’une maladie grave (justifiée par un certificat médical) incompatible avec le rôle de juré (surdité, impossibilité de rester assis longtemps…).Si vous êtes dans l’un de ces cas, il faut adresser une demande de dispense au président de la cour d’assises, dès réception de votre convocation.

Si la dispense est refusée, vous n’avez alors plus d’autre choix que de remplir au mieux votre mission… Non sans avoir prêté serment auparavant.

 

 

 

Le Juré est le coupable!!!


Ce soir,j’ai regardé la télé: »Le 7ème juré »  Ce film pose intelligemment la question de la justice dans notre système social……J’ai l’intention de développer le sujet ici plus tard (comment sont choisis les jurés? Quel est leur rôle reel?;est ce que le système judiciaire a évolué et depuis quand?

1962. Le respectable Grégoire Duval est pharmacien dans une petite ville de province. Un dimanche après-midi, alors qu’il est en train de pêcher avec son ami, le capitaine Valard, il entend les cris d’une femme, puis voit un homme s’enfuir au loin. Cherchant d’où vient ce tumulte, il entre dans une grange et découvre une jeune femme apeurée. Pris d’une pulsion incontrôlable, il perd la tête et tente de l’embrasser. Mais celle-ci le repousse. Elle se débat, appelle à l’aide. Pris de panique, Grégoire l’étrangle. Kader Boualam, l’amant de la jeune femme, est accusé du crime. Ouvrier agricole algérien, il fait figure de coupable idéal : le racisme ambiant est palpable. Ironie du sort, Grégoire est convoqué comme juré au procès de Kader…

Je lis beaucoup mais…


« Il ne s’agit pas de beaucoup lire, mais de bien lire »
ARISTIPPE DE CYRÈNE
 
Disciple de Socrate, fondateur de l’école cyrénaïque. Les écrits d’Aristippe de Cyrène sont tous perdus, mais on possède à son sujet de nombreuses anecdotes (« chries ») ou paroles fameuses prononcées dans une situation typique. Diogène Laërce, qui en a conservé beaucoup (Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, II, 65) donne la raison du succès de ces histoires : « Il était capable de s’adapter parfaitement aux temps, aux lieux, aux personnages. » Et, surtout, il ajoute cette formule qui résume toute la pensée d’Aristippe : « Il savait jouir du plaisir du moment présent ; il évitait la souffrance que l’on rencontre lorsqu’on cherche à jouir des choses qui ne sont pas présentes. » L’art de jouir de l’instant présent, l’adaptation aux circonstances, le mépris du superflu, la liberté de l’individu à l’égard des choses extérieures caractérisent à la fois l’enseignement et le genre de vie d’Aristippe.

Pénombre


Oui pénombre (je sais :C’est souvent sombre ici lol )….Mais ,en fait ce serait plus « tamisée » le bon mot:C’est l’éclairage dans ma pièce qui est ,par obligation tamisé…Le fait est que l’ampoule du « lampadaire »  qui principalement la pièce éclaire est grillée….Ampoule-tube halogène  (pas hallucinogène!)…..De ce fait,j’ai réuni toutes les lampes disponibles dans l’appartement et les ai branchées ici et là :D’où la lumière tamisée…Ce serait parfait si une câline compagne était ici..Mais…ce n’est pas le cas…

En plus pour trouver ce type d’ampoule dans le patelin,ce ne va pas être simple!Pour lire non plus d’ailleurs.

Un dimanche à Lurcy….


Voilà,voici..çà finit ici….

Pas le blog  »dieu »? merci

Mais il est passé le samedi.

Lui ,il est là en revanche

He oui,ce fichu dimanche

Certains ont chanté le dimanche à Orly,

Si ils savaient ce qu’est ce jour à Lurcy:

Bien plus ennuyant qu’une nuit blanche….

Un jour sans fin,sans « pain sur la planche »

Une journée sans fin mais pas sans faim.

Cette faim entrainant toujours le besoin

Faim de nourriture « celeste » pour certains

Qui iront à la messe avant le dominical festin

Festin qui  n’aura rien de celeste,de saint..

Après l’hostie c’est l’âme sereine

 Qu’ils se rempliront la bedaine.

D’autres feront « mess » seuls chez eux

Faisant « fi » de leur dieu……….

Lesquels seront plus heureux?

Evident:Je suis l’un d’eux!

Mais n’ai nul besoin de dieu.

Pour être heureux ou » mal heureux »

« Bien heureux », »mal heureux »

De différence il y en a peu.

 

Ce ne sera pas la béatitude

Ce ne sera que l’habitude.

La nuit se termine,c’est la fin

c’est le début de demain..

Pour eux ,pour moi,la vie suit son cours…

Parallèles ,diffèrents sont nos cours.

Cour des petits,cour des grands

Comme dans les écoles d’entan…

Le cours de la vie,lui,pourtant

Nous mène tous au même confluent..

Délire de la nuit ,chatte ronronnant

M’emmène vers des domaines lointains.

Mon esprit s’évadant via des rêves incertains.

Néo et sa mandragore m’accompagnent ,j’y tiens…

Délire sans lyre,pas délirium:Délire d’homme….

Délire menant vers le sommeil en somme….

 

Il est doux savez vous d’être dans les bras de Morphée

Quand d’autres sont encore devant le repas attablés….

Le cours de la vie se suit aussi « à contre courant »

Dormir, je vais aller maintenant,assurément..

Moumoun,ma compagne de la nuit m’attend…

 

 

 

C.D.D mais indéterminé!


250   CDD
Une ex-employée de la Poste a cumulé 250 contrats à durée déterminée (CDD) en 23 ans. Le conseil des prud’hommes de Bordeaux a alors condamné début février la Poste a lui verser 56 125 euros de dommages et intérêts. Aujourd’hui à la retraite, l’ancienne guichetière avait saisi en 2009 le syndicat Sud afin de réparer le préjudice subi pour avoir cumulé 23 ans de CDD entre 1975 et 1998. La Poste a déjà été condamnée plusieurs fois pour CDD abusifs. En décembre dernier, une guichetière avait déjà obtenu un dédommagement de 22 000 euros pour avoir été employée 15 ans en CDD.

Pas encore dans les bras de Morphée!



Finalement,je ne suis pas parvenu à m’endormir comme je le voudrais,alors,je me suis reconnecté.Et là,je m’apperçois que de nombreux commentaires paraissent sur ce blog et que je ne les avaient même pas lus.
(Il est vrai que je suis plus passé sur mon second blog ces derniers temps)…..
Là,il faut absolument que je dorme,mais tout à l’heure,je passerais à nouveau ici et reverrais ces commentaires afin de « rendre visite » à leurs auteurs….Bon W.E à vous