Je lis beaucoup mais…


« Il ne s’agit pas de beaucoup lire, mais de bien lire »
ARISTIPPE DE CYRÈNE
 
Disciple de Socrate, fondateur de l’école cyrénaïque. Les écrits d’Aristippe de Cyrène sont tous perdus, mais on possède à son sujet de nombreuses anecdotes (« chries ») ou paroles fameuses prononcées dans une situation typique. Diogène Laërce, qui en a conservé beaucoup (Vies, doctrines et sentences des philosophes illustres, II, 65) donne la raison du succès de ces histoires : « Il était capable de s’adapter parfaitement aux temps, aux lieux, aux personnages. » Et, surtout, il ajoute cette formule qui résume toute la pensée d’Aristippe : « Il savait jouir du plaisir du moment présent ; il évitait la souffrance que l’on rencontre lorsqu’on cherche à jouir des choses qui ne sont pas présentes. » L’art de jouir de l’instant présent, l’adaptation aux circonstances, le mépris du superflu, la liberté de l’individu à l’égard des choses extérieures caractérisent à la fois l’enseignement et le genre de vie d’Aristippe.