Les oiseaux déguisés (Louis Aragon)

LouisAra gon  (jeune)

Tous ceux qui parlent des merveilles

 Leurs fables cachent des sanglots

Et les couleurs de leur oreille

 Toujours à des plaintes pareilles

Donnent leurs larmes pour de l’eau

Le peintre assis devant sa toile

 A-t-il jamais peint ce qu’il voit

Ce qu’il voit son histoire voile

Et ses ténèbres sont étoiles

Comme chanter change la voix

Ses secrets partout qu’il expose

Ce sont des oiseaux déguisés

Son regard embellit les choses

 Et les gens prennent pour des roses

 La douleur dont il est brisé

Ma vie au loin mon étrangère

 Ce que je fus je l’ai quitté

 Et les teintes d’aimer changèrent

 Comme roussit dans les fougères

 Le songe d’une nuit d’été

 Automne automne long automne

 Comme le cri du vitrier

 De rue en rue et je chantonne

 Un air dont lentement s’étonne

 Celui qui ne sait plus prier

5 réflexions sur “Les oiseaux déguisés (Louis Aragon)

  1. Très bel écrit. C’est vrai ce qu’il veut dire. ça me fait aussi penser aux clowns qui font rire les gens bien qu’en fait ils soient tristes au fond d’eux…

    C’est ton anniversaire ???
    Je te fais alors tous mes voeux !

    Bonne nuit !

  2. Heu je sais pas comment ça se fait que je suis tombée sur ce poème de Aragon, l’article date de janvier…??? enfin bref, toujours est-il que je le connaissais pas, et que je suis sans voix comme d’hab. C’est très beau et très émouvant!!!
    Merci de m’avoir permis de découvrir cet écrit.
    tendresse sur ton coeur et des gros bisous aussi!!!

Les commentaires sont fermés.