La neige


Nuit de neige

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.
L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,
Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.

Maupassant

qtl { position: absolute; border: 1px solid #cccccc; -moz-border-radius: 5px; opacity: 0.2; line-height: 100%; z-index: 999; direction: ltr; } qtl:hover,qtl.open { opacity: 1; } qtl,qtlbar { height: 22px; } qtlbar { display: block; width: 100%; background-color: #cccccc; cursor: move; } qtlbar img { border: 0; padding: 3px; height: 16px; width: 16px; cursor: pointer; } qtlbar img:hover { background-color: #aaaaff; } qtl>iframe { border: 0; height: 0; width: 0; } qtl.open { height: auto; } qtl.open>iframe { height: 200px; width: 300px; }

Exploration


Voilà,j’ai pris le temps de visiter quelques blogs inconnus de moi,certains m’ont plu,d’autres moins,mais cela me permet de me familiariser avec Word Press …

A ce propos,je ne sais toujours pas  très bien mettre mes billets dans une catégorie,mais…….j’y arriverais (comme dit dans la parabole de l’âne dans le puits)

Allez au lit là!

Parabole réconfortante


Un jour, l’âne d’un fermier tomba dans un puits. La pauvre bête gémit pitoyablement des heures durant,et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il décida que l’âne était vieux et le puits ne lui servait plus ,et que  récupérer l’âne serait trop onéreux.

Aidé de quelques voisins,il commença à combler le puits de terre et de sable

Alors,l’âne se mit à braire  de frayeur……Puis,soudain à la surprise de tous,il se tut…

Quelques temps plus tard, le fermier regarda  dans le fond du puits et fut alors étonné de ce qu’il vit:Avec chaque pelleté de terre qui tombait sur lui, l’âne faisait quelque chose d’étonnant:Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait dessus.

Pendant que les fermiers continuaient à pelleter sur l’animal, celui-ci se secouait et montait sur les gravats. Bientôt, à la stupéfaction de chacun, l’âne fut hors du puits et se mit à trotter !

Conclusion :

La vie va essayer de vous engloutir de toutes sortes d’ordures. Pour se sortir du trou,la solution est de se secouer pour avancer. Chacun de nos ennuis est une pierre qui permet de progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus profonds en n’arrêtant jamais. Ne jamais abandonner ! Se secouer et foncer  ! Il y a quelques règles simples pour être heureux :

Exclure la haine de notre coeur

Vivre simplement

Donner plus

Attendre moins

Essayer de ne pas encombrer son esprit d’inquiétudes  stériles…