RE…Nationalité


Désolé si je vous "rase",mais ce sujet m’interpelle (je me sens concerné quelque part :Un grand père paternel Italien et du côté maternelle,un grand père Belge ,tous deux devenu français bien sur!Alors……La question se pose:
 

On l’a tous entendu, Nicolas Sarkozy, veut que la nationalité française puisse «être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte» à la vie d’un policier, d’un gendarme, ou de tout autre «dépositaire de l’autorité publique».

Se pose alors la question : qu’est ce qu’une personne d’origine étrangère ? Et la réponse n’est pas si simple. Il y a les personnes qui ont été naturalisées. Mais il y a aussi les personnes dont la famille est étrangère. Et puis il y a ceux d’origine étrangère depuis deux ou trois générations.

Patrick Weil, directeur de recherches au CNRS explique sur le site de TF1 que "20 à 25% des Français ont une origine étrangère, au niveau des grands-parents par exemple." Ce qui commence à faire pas mal de monde.

On pourrait se dire que Sarkozy n’a voulu parler que des personnes ayant acquis la nationalité française. Sauf qu’il ne l’a pas fait. Et pour cause, Comme le souligne Patrick Weil, s’il avait évoqué ce cas précis :"Alors il n’y a pas de changement par rapport au droit actuel".

En effet, on peut déjà être déchu de sa nationalité. C’est prévu dans le code civil. L’article 25 précise : "L’individu qui a acquis la qualité de Français peut, par décret pris après avis conforme du Conseil d’Etat, être déchu de la nationalité française, sauf si la déchéance a pour résultat de le rendre apatride." Les cas pour lesquels cela s’applique concernent notamment le terrorisme. Il n’y aurait qu’à ajouter le meurtre d’un représentant des forces de l’ordre et le tour est joué.

Mais du coup, l’annonce présidentielle aurait eu moins de portée. Elle sentirait davantage le réchauffé que le moisi. Pas de quoi en faire tout un plat.

Alors que là, en pointant du doigt toutes les personnes d’origine étrangère, Sarkozy laisse planer une sourde menace sur tous ceux qui ne sont pas vraiment Français ou un peu moins Français que d’autres, voire de vrais-faux Français. Ce qui, selon lui, doit être de nature à faire plaisir aux vrais de vrais, les ceusses qui se reconnaissent spontanément entre eux.

Mais bon pour l’intendance, il laisse le loisir aux députés UMP de séparer le bon grain français de l’ivraie étrangère. Et quand on voit et que l’on entend Dominique Paillé, porte-parole adjoint de l’UMP, on se dit que cela ne soulève pas un immense enthousiasme.

Il bredouille et on le sent très mal à l’aise. Il faut dire aussi que le malheureux doit marcher sur des oeufs. Le Président lui-même a un père hongrois et sa femme est franco-italienne. S’agirait pas de commettre un impair. Non, parce qu’il y a origine étrangère et origine étrangère. Et dire qu’on pensait en avoir fini de la soupe à la grimace de l’identité nationale

Et vous, comment avez vous compris la phrase de Nicolas Sarkozy ?