Rien de particulier

Ce fut une journée agréable  surtout grace au beau temps inhabituel pour septembre,sinon,rien de particulier à narrer pour cette journée……
Toute à l’heure,ici ou sur mon autre blog (ermite-athee@live.fr) ,je mettrais un billet sur les maisons de correction après avoir vu un film assez poignant sur ce sujet aujourd’hui…

3 réflexions sur “Rien de particulier

  1. Je pense avoir vu la fin de ce film….J\’espère que de nos jours ça n\’existe plus, je crois que c\’est toi qui m\’a dit que ce genre d\’établissement tenus par des soeurs n\’éxistaient plus depuis seulement une petite poignée de disaine d\’années… hallucinant…. un film très poignant, c\’est vrai…bisous

    J'aime

  2. j\’ai mon amie qui a vécu cette situation,abandonnée le jour de sa naissance,le 26 décembre 1951, a été placée au bon pasteur,elle a fait trois établissements.nous en parlons souvent,et l film passé hier;les diablesses,est en dessous de la réalité.(dans son établissement,elles étaient 300)par contre les cachots,les sévices,le travail obligatoire,tout est vrai.à 21 ans,elle s\’est retrouvée dehors presque sans argent et vétements,avec simplement un savoir faire dans le repassage.Sans aucune expérience,conseil ou suivi.je cherche une façon d\’expliquer ce scandale,mais je ne sais pas encore faire.pour ailleurs,les centres de redressements du bon pasteur ont étés supprimés en 1977.une nouvelle association du bon pasteur s\’est créé vers 1986 afin de faire oublier les crimes de l\’ancien bon pasteur.j\’aimerais que giséle puisse en parler dans un dictaphone,mais je ne veux et ne peux pas l\’obliger.je lui ai toujours dit,tu as de quoi écrire un livre,car sorti du bon pasteur,la vies est encore plus difficile.mon pére était à l\’assistance publique et il n\’en a jamais parlé.

    J'aime

  3. Et oui,ma grand mère m\’en a souvent parlé de ce genre d\’établissement,comme moi,elle etait outrée surtout par le fait que ces "maisons de correction" etaient gérées par des "bonnes" soeurs…….Elle savait de quoi elle parlait ,car etant petite propriètaire agricole,ces établissements leurs proposaient ces enfants,ados,comme main d\’oeuvre saisonnière pour un petit prix (versé bien sur aux "gérantes" de ce genre de maisons).En effet ,Patonze,il est dommage que ton amie ne publie pas un livre,ne raconte pas cette expèrience,mais souvent,les personnes qui ont vécu ces "choses" les mettent au plus profond d\’elles pour tenter de les oublier et de vivre "normalement"….

    J'aime

Les commentaires sont fermés.