L’Anarchie

 Cette nuit,je rame sérieux,il est presque 4heures et je parviens seulement à me connecter!!!!Ne suis passé sur aucun blog,ni sur le forumFâché
   Dés que la connexion a eu l’air de se rétablir,m’est venue en tête le mot "Anarchie" car je crois que c’est parceque je ne suis pas "organisé" que ce genre de problème (plus ceux de l’administration) m’arrivent.Bref,je suis donc allé fouiller un peu pour voir ce qui se disait de l’anarchie et…..En toute objectivité,j’ai recueilli les "pour" et les "contre":
Je sais que ce billet va vous paraitre rébarbatif,car long;mais je l’écris d’abord pour moi……… et pour ceux que çà interesse…..
 
 Article détaillé : Étymologie du terme anarchie.
Anarchisme
« L’anarchie c’est l’ordre sans le pouvoir »
Courants

AgoristeAutonome
CapitalisteChrétien
Collectiviste
CommunisteFéministe
ÉcologiqueIndividualiste
InsurrectionnelMutualiste
PhilosophiquePrimitiviste
SocialisteSyndicaliste

 

Histoire

Précurseurs de l’anarchisme
Histoire de l’anarchisme
Chronologie de l’anarchisme
Presse anarchiste
1ere internationale
Congrès de Saint-Imier
Fédération jurassienne
Commune de ParisChristiania
Makhnovtchina
Bande à Bonnot
Affaire Sacco et Vanzetti
Mai 68
Premier maiMouvement punk
Révolution mexicaine
Révolte de Kronstadt
Révolution espagnole
Révolte du Chiapas


 


 

« À mauvais salaire; mauvais travail ! »
v · d · m

Le terme anarchie est un dérivé du grec « ἀναρχία » (« anarkhia  »). Composé du préfixe a- privatif an– (en grec αν, « sans », « privé de ») et du mot arkhê, (en grec αρχn, « origine », « principe », « pouvoir » ou « commandement »). L’étymologie du terme désigne donc, d’une manière générale, ce qui est dénué de principe directeur et d’origine. Cela se traduit par « absence de principe»(çà,çà peut se discuter), « absence de règle », « absence de chef », « absence d’autorité» ou « absence de gouvernement».

Dans un sens négatif, l’anarchie évoque le chaos et le désordre. Et dans un sens positif, un système où les individus sont dégagés de toute autorité. Ce dernier sens apparaît en 1840 sous la plume du théoricien socialiste Pierre Joseph Proudhon (1809-1865). Dans Qu’est-ce que la propriété ?, l’auteur se déclare anarchiste et précise ce qu’il entend par anarchie : « une forme de gouvernement sans maître ni souverain ».

 Précurseurs de l’anarchisme:Diogène!

Pour de nombreux théoriciens de l’anarchisme, l’esprit libertaire remonte aux origines de l’humanité. À l’image des Inuits, des Pygmées, des Santals, des Tivs, des Piaroa ou des Merina, des sociétés fonctionnent, parfois depuis des millénaires, sans autorité politique (État ou police)ou suivant des pratiques revendiquées par l’anarchisme comme l’autonomie, l’association volontaire, l’auto-organisation, l’aide mutuelle ou la démocratie directe

Les premières expressions d’une philosophie libertaire peuvent être trouvées dans le taoïsme et le bouddhisme. Au taoïsme l’anarchisme emprunte le principe de non-interférence avec les flux des choses et de la nature, un idéal collectiviste et une critique de l’État ; Au bouddhisme, l’individualisme libertaire, la recherche de l’accomplissement personnel et le rejet de la propriété privée

Un courant individualiste et libertaire peut également être trouvé dans la philosophie de la Grèce antique, dans les écrits épicuriens, et stoïciens.

Certains éléments libertaires du christianisme! ont influencés le développement de l’anarchisme, en particulier de l’anarchisme chrétien. À partir du Moyen Âge, certaines hérésies et révoltes paysannes attendent l’avènement sur terre d’un nouvel âge de liberté. Des mouvements religieux, à l’exemple des hussites ou des anabaptistes s’inspirèrent souvent de principes libertaires

Plusieurs idées et tendances libertaires émergent dans les utopies françaises et anglaises de la Renaissance et du siècle des Lumières[18]. Pendant la Révolution française, le mouvement des Enragés s’oppose au principe jacobin du pouvoir de l’État et propose une forme de communisme. En France, en Allemagne, en Angleterre ou aux États-Unis, les idées anarchistes se diffusent par la défense de la liberté individuelle, les attaques contre l’État et la religion, les critiques du libéralisme et du socialisme. Certains penseurs libertaires américains comme Henry David Thoreau, Ralph Waldo Emerson et Walt Whitman, préfigurent l’anarchisme contemporain de la contre-culture, de l’écologie, ou de la désobéissance civile

Principes généraux:

L’anarchisme est une philosophie politique qui présente une vision d’une société humaine sans hiérarchie, et qui propose des stratégies pour y arriver, en renversant le système social actuel.

L’objectif principal de l’anarchisme est d’établir un ordre social sans dirigeant. Un ordre basé sur la coopération volontaire des hommes et des femmes libres et conscients qui ont pour but de favoriser un double épanouissement : celui de la société et celui de l’individu qui participe au premier.

À la source de toute philosophie anarchiste, on retrouve une volonté d’émancipation individuelle et/ou collective. L’amour de la liberté, profondément ancré chez les anarchistes, les conduit à lutter pour l’avènement d’une société plus juste, dans laquelle les libertés individuelles pourraient se développer harmonieusement et formeraient la base de l’organisation sociale et des relations économiques et politiques.

Le « A » inscrit dans un « O », un des symboles de l’anarchisme de l’origine maçonnique

L’anarchisme est opposé à l’idée que le pouvoir coercitif et la domination soient nécessaires à la société et se bat pour une forme d’organisation sociale et économique libertaire, c’est-à-dire fondée sur la collaboration ou la coopération plutôt que la coercition.

L’ennemi commun de tous les anarchistes est l’autorité sous quelque forme qu’elle soit. L’État est le principal ennemi des anarchistes : l’institution qui s’attribue le monopole de la violence légale (guerres, violences policières), le droit de voler (impôt) et de s’approprier l’individu (conscription, service militaire). Les visions qu’ont les différentes tendances anarchistes de ce que serait ou devrait être une société sans État sont en revanche d’une grande diversité. Opposé à tout credo, l’anarchiste prône l’autonomie de la conscience morale par-delà le bien et le mal défini par une orthodoxie majoritaire, un pouvoir à la pensée dominante. L’anarchiste se veut libre de penser par lui-même et d’exprimer librement sa pensée.

Certains Anarchistes dits « spontanéistes » pensent qu’une fois la société libérée des entraves artificielles que lui imposait l’État, l’ordre naturel précédemment contrarié se rétablirait spontanément, ce que symbolise le « A » inscrit dans un « O » (« L’anarchie, c’est l’ordre sans le pouvoir », Proudhon). Ceux-là se situent, conformément à l’héritage de Proudhon, dans une éthique du droit naturel (elle-même affiliée à Rousseau). D’autres pensent que le concept d’ordre n’est pas moins « artificiel » que celui d’État. Ces derniers pensent que la seule manière de se passer des pouvoirs hiérarchiques est de ne pas laisser d’ordre coercitif s’installer. À ces fins, ils préconisent l’auto-organisation des individus par fédéralisme comme moyen permettant la remise en cause permanente des fonctionnements sociaux autoritaires et de leurs justifications médiatiques. En outre, ces derniers ne reconnaissent que les mandats impératifs (votés en assemblée générale), révocables (donc contrôlés) et limités à un mandat précis et circonscrit dans le temps. Enfin, ils pensent que le mandatement ne doit intervenir qu’en cas d’absolue nécessité.

Le rejet du centralisme, pour le fédéralisme, aboutit donc à un projet d’organisation sociale fondée sur la gestion directe de sa propre vie et la décentralisation, où chacun est en mesure de participer à la vie commune, tout en conservant son autonomie individuelle, selon les conceptions parfois diamétralement opposées que s’en font les différents courants anarchistes.

En résumé, une société hiérarchisée n’était possible que sur la base de la pauvreté et de l’ignorance.

3 réflexions sur “L’Anarchie

  1. Oui pour Toi…et ceux -celles pourmoi-sourire!! j\’ai tout lu parce que interessant et appris surtout!!"La révolution n\’est pas la révolution lorsqu\’elle agit en despote et lorsque, au lieu de provoquer la liberté dans les masses, elle provoque la réaction en leur sein."Mikhaïl Bakounine – 1814-1876 – La Liberté"En nous déclarant anarchistes, nous proclamons d\’avance que nous renonçons à traiter les autres comme nous ne voudrions pas être traités par eux ; que nous ne tolérons plus l\’inégalité qui permettrait à quelques-uns d\’entre nous d\’exercer leur force, ou leur ruse ou leur habileté, d\’une façon qui nous déplairait à nous-mêmes. Mais l\’égalité en tout, synonyme d\’équité, c\’est l\’anarchie même."Piotr Kropotkine – 1842-1921 – La morale anarchiste – "Voici la lutte universelle : Dans l\’air plane la Liberté ! A la bataille nous appelle La clameur du déshérité !… … L\’aurore a chassé l\’ombre épaisse, Et le Monde nouveau se dresse A l\’horizon ensanglanté !"Louise Michel – 1830-1905 – Le chant des captifs….je ne pouvais QUE fini en beauté!! avec une femme!!tu es d\’accord? ou pas?KISO

    J'aime

  2. Merci à vous,de réagir à mon billet……PATONZE:J\’espère bien te revoir et à l\’occasion,te voir "relancer" le débat….Couleur Café: J\’admets tout à fait que mon billet montre bien l\’Utopie qu\’est le rêve du société anarchiste,surtout à notre époque avec la mentalité de l\’homme "social" dans une socièté gérée par le profit et l\’exploitation de l\’homme par l\’homme…..Cependant,bcp d\’Utopie sont devenues réalité…….Et comme l\’homme est en, train de se détruire lui même ainsi que son environnement………Une société nouvelle renaitra paut-être de ses cendres avec d\’autres valeurs et les leçons tirées de la vie actuelle…. Cependant,je rejoins Eva quand elle semble adhèrer à la pensée de L.Michel,j\’ai bien peur que la violence soit inéductable ("horizon ensanglanté) pour réaliser ce "rêve"En résumé,je rêve,j\’en suis conscient,mais en même temps je pense qu\’un monde diffèrent est possible,plus juste,égalitaire et çà,c\’est à nous de l\’apprendre à nos enfants!F.

    J'aime

  3. Peux pas m\’empècher de songer de suite à la chanson de Léo !Merci de cette doc , comme Marie , suis un peu ds le pâté aujourd\’hui ,la flemme , je l\’avais lu hier déjà mais comme il est bien cet article je repasserai le faire qd + dispo ! le mets ss le coude (sourires) ! Bisouss !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.