Beaudelaire semble décrire ici……….

Ce poême de Beaudelaire décrit presque parfaitement l’etat où je suis quand le temps est orageux,mais que l’orage "n’éclate" pas comme aujourd’hui..
 
Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle
Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,
Et que de l’horizon embrassant tout le cercle
Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,
Où l’Espérance, comme une chauve-souris,
S’en va battant les murs de son aile timide
Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées
D’une vaste prison imite les barreaux,
Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées
Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie
Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,
Ainsi que des esprits errants et sans patrie
Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,
Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,
Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,
Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal

4 réflexions sur “Beaudelaire semble décrire ici……….

  1. c\’est le spleenc\’est la douceur du malheurc\’est une façon aussi d\’exister, la souffrance prouve qu\’on est en vieapres c\’est un choix, une prise de conscience de l\’étatla vision des choses a un impact psychologique sur notre etatse poser les bonnes questions,souvent on croit qu\’on est mal pour une raison et s\’en est une autresavoir méditer ds les moments de spleenfaire le vide, et laisser vagabonder sa pensée, et tu atteindra la véritéenfin je sais pas quoi te dire, je sais quand on est pas bien c\’est chiant le gens qui te remontent le moral en te disant courage et patati et patata, mais bon on voudrait aiderallez bis

    J'aime

  2. tendresse à toi;..j\’espère que le temps est moins lourd aujourd\’hui……………….;je t\’embrasse….les fleurs du mal, je commente plus hein??? tu sais que je suis là si………..;

    J'aime

  3. comme tu avais apprécié celui de Ronsard….j\’ose…!!!quelques extraits…rien à voir avec celui que tu as inséré, mais bon!! et cela me va de mettre (juste qq vers) un poême condammé en 1857!!!Lesbos, où les baisers sont comme les cascadesQui se jettent sans peur dans les gouffres sans fonds,Et courent, sanglotant et gloussant par saccades,Orageux et secrets, fourmillants et profondsLesbos, où les baisers sont comme les cascades !Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureusesQui font qu\’à leurs miroirs, stérile volupté !Les filles aux yeux creux, de leurs corps amoureuses,Caressent les fruits mûrs de leur nubilité ;Lesbos, terre des nuits chaudes et langoureuses,Et c\’est depuis ce temps que Lesbos se lamenteEt, malgré les honneurs que lui rend l\’univers,S\’enivre chaque nuit du cri de la tourmenteQue poussent vers les cieux ses rivages déserts !Et c\’est depuis ce temps que Lesbos se lamente !bonne journee…….Baudelaire: les Fleurs du mal (1861)poème condamné en 1857

    J'aime

Les commentaires sont fermés.