Le 1er mai (là où j’ai vécu longtemps)


1er mai 1891 : Fusillade de Fourmies, première célébration française et internationale de la journée d’action du 1er mai. À Fourmies (Nord) la troupe tire sur les grévistes pacifiques : neuf morts, dont 8 manifestants de moins de 21 ans, parmi lesquels une jeune ouvrière qui restera comme un symbole, Marie Blondeau, et 35 blessés.

La fusillade du 1er mai à Fourmies provoque une vive émotion dans la France entière. Elle est considérée aujourd’hui comme l’un des événements fondateurs du mouvement ouvrier. Jean Jaurès se rendra même peu après à Fourmies pour y prononcer un discours tandis que Georges Clemenceau déclarera devant les députés que « c’est le Quatrième état qui s’est levé>>

Une réflexion sur “Le 1er mai (là où j’ai vécu longtemps)

Les commentaires sont fermés.