Dormir….


       Voilà,encore une journée de passée,sans grand chose à raconter  à part des banalités……….La chaleur a été moins oppressante,et il a plu un peu,ce qui fait que je me sens mieux.Je vais donc m’allonger quelques heures et continuer mon petit bonhomme de chemin.Bises à celles et ceux qui sont passés sur mon blogs………L’absence pour cause de vacances de celle que j’aime est ainsi plus supportable
       A tout à l’heure lol

Les jeux olympiques en théorie


Texte de présentation sur les jeux olympiques de l’antiquité à l’époque moderne…

La légende raconte que pour arrêter les guerres qui déchiraient les cités grecques

antiques, le roi d’Élide, Iphitos, consulta un oracle. Celui-ci lui conseilla d’organiser

des jeux à la gloire de Zeus. Les citoyens de toutes les cités grecques pourraient y

participer. Iphitos choisit le site d’Olympie et les premiers jeux eurent lieu en 884

avant Jésus-Christ. D’abord limité à la course du stade (192,27m), le nombre

d’épreuves augmente peu à peu. De nouvelles disciplines apparaissent. A Olympie, on

édifie un stade et des bâtiments pour l’entraînement physique des athlètes. A

l’entrée du stade, on érige une statue d’or et d’ivoire représentant Zeus.

La Grèce devient une province de l’empire romain en 146 avant Jésus- Christ. Les

romains n’ont pas le même idéal sportif que les grecs. Ils préfèrent les jeux du

cirque. L’empereur Théodose 1er interdira les jeux en 392 après Jésus-Christ.

Le baron Pierre de Coubertin est un grand admirateur de la Grèce antique. Dirigeant

sportif influent, il mène, dès 1888, une campagne de presse pour que les Jeux

olympiques renaissent. Le 16 juin 1894, à la Sorbonne, il organise un congrès

international qui regroupe des personnalités de quinze nations. Le congrès à

l’unanimité vote la renaissance des Jeux olympiques. Les premiers auront lieu à

Athènes en 1896.

En 1913, Coubertin crée le drapeau olympique, qui sera adopté aux jeux d’Anvers en

1920. Les cinq anneaux de couleurs différentes représentent les cinq continents.

Coubertin souhaite que les jeux se déplacent de pays en pays. Ils suivent tout d’abord

les expositions universelles (Paris, Londres, Saint-Louis), mais, étalés sur plusieurs

mois, ils ont peu de succès. En 1912, à Stockholm, ils obtiennent enfin un

retentissement mondial. Ils réunissent 2 54 concurrents de 28 nations. À ce jour,

tous les continents, sauf l’Afrique, ont accueilli les Jeux.

À Olympie, une flamme brûlait pendant toute la durée des jeux. Elle marquait la trêve

olympique qui suspendait les combats entre les cités grecques. Le comité olympique

recrée la cérémonie de la flamme à partir de 1928. On allume la flamme à Olympie,

puis des hommes et des femmes se relaient pour la porter jusqu’au stade olympique.

Ces relais symbolisent l’union des peuples du monde.

J.O Pékin!!!!


Censure:Il est beau l’idéal Olympique! Et je ne note pas les commentaires et discours de Sarkozy!!!!(comment un pays "démocratique" comme la France peut il accepter de participer à ces jeux dans un pays tel que la Chine) Les belles idées concernant le Nepal sont passées au second rang!Je suppose que là encore,le "intêrets économiques "priment!!Fâché

  • Lors de l’allumage de la flamme olympique à Olympie en mars 2008, la télévision chinoise a censuré l’intervention de membres de l’ONG Reporters sans frontières ayant surgi de la foule[58],[59].
  • Aucune chaîne de télévision chinoise n’a retransmis en direct le passage chaotique[60] de la flamme olympique à Paris le 7 avril 2008. L’envoyé spécial de CCTV a évoqué l’accueil «chaleureux des habitants de Paris».[61] Kong Quan, l’ambassadeur chinois en France indique : "Le long de l’itinéraire du relais nous avons vu de nombreux Français enthousiastes par les jeux de Beijing. Leur amitié me touche." [62] Dans les jours qui ont suivi, certains plans d’actualité des incidents ont été abondamment diffusés à la télévision nationale chinoise, notamment la tentative, par un manifestant portant des symboles tibétains très visibles, de renverser le fauteuil roulant de l’athlète chinoise handicapée Jin Jing qui portait la flamme.
  • Le 18 juillet 2008, le réalisateur finlandais Arto Halonen, s’est vu refuser un visa pour la Chine pendant les Jeux olympiques de Pékin. Sa demande a été rejetée par Pékin en raison d’un documentaire sur le 17e Karmapa où était dénonçée la situation des droits de l’Homme en Chine. Le film "Karmapa – Two Ways of Divinity", avait été primé par l’Union européenne en 1998. Dans un autre documentaire, Halonen décrivait le tournage du film et les demandes de censures par les autorités chinoises.
  • A l’approche des JO, chaque jour, 20 000 et 30 000 cyberpoliciers surveillent, bloquent et censurent l’Internet en Chine. Toujours pour les JO, à Pékin, 300 000 miliciens bénévoles sont mobilisés dans un objectif de surveillance et de délation.
  • Le 30 juillet 2008, les autorités chinoises sont revenues sur leurs promesses de liberté accordée à la presse étrangère dont le président du CIO Jacques Rogge s’était félicité.Ces promesses avaient été faites lorsque le « Grand Firewall » a été développé, lors des troubles au Tibet en mars 2008.De nombreux sites, dont ceux du mouvement Falun Gong, interdit en Chine, et d’autres sites non précisés seront bloqués. L’AFP a révélé le blocage des sites pro-tibétains ou ceux d’ONG de défense des droits de l’homme, comme Amnesty International et Reporters sans frontières. Des journalistes ont aussi constaté la censure de sites d’informations comme la version chinoise de la BBC, la Deutsche Welle, et des quotidiens de Hong-Kong.