Le Samouraï

http://choc.ifrance.com/illustrations.htmIls formaient une caste de combattants sans précédent. Ils ont influencé l’organisation de la société nippone moderne et transmis leurs codes au monde entier. On les appelait samouraïs.
Une figure mystique entre romantisme et autodestruction (un,très bon livre,en deux volumes,sous forme de roman dècrit bien la "philosophie,l’art du combat et l’art de vivre des samouraïs: "La Pierre et le sabre " et "La parfaite lumière" de  Eiji Yoshikawa)Je ne me lasse pas de la lecture de ces deux romans!
  Le Samouraï qui n’etait pas au service d’un seigneur,etait l’èquivalant de "nos" chevaliers errant,et ce nommait "Ronin"

Considérée comme l’équivalent de la chevalerie européenne, la caste des samouraïs, dont les membres se distinguaient par le port du daïsho , se situait en haut de l’échelle sociale. En plus d’une fascination d’ordre esthétique (maniement du sabre et des arts martiaux, armure aux allures futuristes), ces puissants guerriers suscitent l’admiration des Occidentaux par leur force spirituelle et leur rapport quasi rituel à la mort. Plus connu sous le terme inexact de hara-kiri, le seppuku est une tradition controversée. Une cérémonie destinée à laver l’honneur : le samouraï met volontairement fin à ses jours par éventration. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les pilotes kamikazes s’inspirent de leurs ancêtres : la mort plutôt que la reddition ou la défaite. Cette violence contraste avec la dimension poétique accordée aux samouraïs, réputés grands compositeurs de vers. Une pratique analysée comme une forme d’exutoire pour ces hommes qui s’interdisaient toutes manifestations émotionnelles. Cette dimension artistique a pris le pas sur le combat en période de paix (à partir de 1603). Miyamoto Musashi, l’un des plus grands experts en sabre de toute l’histoire du Japon, est ainsi devenu un calligraphe et peintre reconnu. Toute la personnalité du samouraï, où la fureur du guerrier croise le raffinement du poète, pourrait se résumer dans sa comparaison autoproclamée à la beauté éphémère de la fleur de cerisier (sakura). Au summum de sa splendeur, celle-ci se décroche subitement de l’arbre, sans passer par le stade de la fanaison. Elle représente l’idéal, le but le plus noble pour ce combattant : la mort sur le champ de bataille à la fleur de l’âge.

Une réflexion sur “Le Samouraï

  1. merci pour ces précisions….
    j\’en reste sans voix….
    devant leur idéal…mourir sur le champ de bataille à la fleur de l\’âge ….
    un combat pour une noble cause surement à leurs yeux, mais celà valait il la peine de mourir pour ce combat ?
    On ne peut comprendre l\’esprit des ronins, en tout cas…jepeux comprendre simplement, qu\’ils étaient des âmes de poètes avec un romantisme particulier, l\’honneur étant leur bannière.. et le courage aussi…
    il faudrait qu\’on en discute un jour ensemble…je sais que tu es pointu sur le sujet..et c\’est un sujet qui m\’intéresse…
    merci pour ce billet sur ces samourai sans maitre…
    leur cause était elle toujours la défense des plus faibles ?
    bisouxxxxxxx
    am-
    m.
     
     

    J'aime

Les commentaires sont fermés.