fatigue,phlèbite,èpileptie!………;;ras le bol

Rien à dire sur ma journée,je suis fatigué,dègouté par les injustices qui s’intallent en France.A par les coups de fils de ma "puce d’Amour",cette journée  a été des plus morne et banale………..Cette fatigue est surement due aussi eu dèbut de malaise  epileptique de ce jour  et à ma phlèbite qui me fait à nouveau souffrir……………Ras le bol!Dèsolé de vous imposer à vous qui avez la gentillesse de passer ici ces idées noires et "dèfini-
-tions mèdicales sans intêret!

La phlébite ou thrombose veineuse correspond à la présence d’un caillot sanguin dans une veine. Lorsque ce caillot ou “thrombus” se développe dans une veine superficielle, à partir ou non de varices, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. L’inflammation, la douleur qui en résultent seront le plus souvent soulagées après administration d’un simple traitement anti-inflammatoire et le caillot un peu dur que vous pouvez parfois visualiser et palper sous la peau disparaîtra peu à peu.

En revanche, lorsque le caillot se forme dans une veine profonde des jambes, le problème est plus sérieux. Car le caillot peut alors se fragmenter, se détacher de la paroi veineuse, se déplacer dans le torrent circulatoire et atteindre au bout du compte le coeur droit puis les branches des artères pulmonaires. S’il se bloque dans ces derniers vaisseaux (embolie pulmonaire), il pourra alors déterminer de graves complications respiratoires et générales.

Une maladie difficile à reconnaître et qui peut récidiver

Une douleur spontanée, une sensibilité à la palpation du mollet, une rougeur, une sensation locale de chaleur, un petit gonflement de la jambe voire une fièvre peuvent évoquer le diagnostic de phlébite profonde. Mais les signes de la maladie sont en général peu nombreux et peuvent même être totalement absents. Même encore aujourd’hui, il n’est donc pas rare qu’une phlébite ne soit décelée qu’au stade d’embolie pulmonaire.

En fait, ce sont l’échographie-Doppler, ou plus rarement la phlébographie (une sorte de radiographie des veines exigeant l’injection de produit de contraste opaque aux rayons X), qui permettent d’affirmer la présence d’un caillot sanguin dans une veine profonde des jambes.

Mis à part le risque d’embolie pulmonaire, la phlébite a d’autres inconvénients lorsqu’elle est négligée ou identifiée trop tardivement. En premier lieu, elle peut récidiver. Or, avec la répétition des phlébites, il arrive que la veine concernée demeure en partie obstruée, d’où l’apparition d’un oedème plus ou moins chronique de la jambe, qui peut s’associer à des troubles cutanés et à des ulcères (maladie post-phlébitique).

L’épilepsie est une maladie neurologique. Elle est l’expression d’un fonctionnement anormal, aigu et transitoire de l’activité électrique du cerveau, se traduisant par des crises épileptiques appelées aussi crises comitiales. Elle se définit par la répétition des crises pendant un certain temps de la vie d’un individu. Le médecin spécialiste de l’épilepsie est un neurologue ou un neuropédiatre.

Compte tenu des multiples formes d’expression des crises et de leur évolution, il n’y a pas une mais des épilepsies.(

40% des épilepsies sont associées à une lésion cérébrale (malformation congénitale, encéphalite, séquelles d’une souffrance à la naissance, traumatisme crânien, accident vasculaire cérébral, tumeur … ). De 5 à 10% d’entre elles sont d’origine génétique. Ainsi les causes de l’épilepsie ne sont retrouvées qu’une fois sur deux.

En France, 450 000 personnes environ souffrent d’épilepsie. Chaque année, 100 personnes par jour présentent une première crise. Une fois sur deux, cette crise peut inaugurer une maladie épileptique.

Deux grands types de crises doivent être retenus :

Les crises généralisées, parmi lesquelles

  • Les crises tonico-cloniques : ce sont les plus connues, les plus impressionnantes mais non les plus fréquentes. Elles se manifestent par une perte de connaissance avec chute, mouvements convulsifs, morsure de la langue, … . Ces crises sont appelées crises «Grand Mal».
  • Les absences : elles se manifestent par une brève rupture de contact (quelques secondes), se traduisant par une fixité du regard ; elles sont parfois accompagnées de mâchonnements, ou de gestes involontaires et inadaptés appelés automatismes. Les absences se répètent d’une manière fréquente au cours de la journée. Elles répondaient autrefois à la définition du «Petit Mal».

Les crises partielles : elles n’affectent que certaines parties du corps. Elles peuvent se traduire par des troubles moteurs, des troubles sensoriels et sensitifs, des troubles de la mémoire ou de la conscience. Certaines de ces crises partielles peuvent évoluer vers une crise généralisée tonico-clonique.

Une réflexion sur “fatigue,phlèbite,èpileptie!………;;ras le bol

  1. La vie est injuste, et surtout face à la maladie nous le sommes encore plus….
    Je ne trouve pas que celà soit ininterressant que de nous informer une peu sur ces deux maladies….J\’ai eu moi-même une phlébite qui s\’est déclarée suite à une entorse du genou, il y a 5 ou 6 ans environ…car ayant une attelle et ne devant pas poser le pied par terre…et sans que le médecin se soit préoccupé de savoir si je prenais un moyen contraceptif et si je fumais…il n \’a pas jugé nécessaire de me prescrire des injection de produits qui permettent de fluidifier le sang…
    Je connais donc bien le problème …le mollet chaud, dur et violacé…il est dangereux de laisser trainer…et si tu t\’en occupes rapidement (bien que tu m\’en parles depuis quelques semaines…) le médecin peut te prescrire un traitement (qui malheureusement  il est possible, qu\’il y ai certain médicaments qui soient déremboursés…le Daflon, en l\’occurence), à base de fluidifiant sanguins, des bas de contention adaptés…des crèmes (veinotoniques)… dans le cas où tu attend trop…il est possible que le caillot sanguin se développe et que la veine s\’obstrue, dans ce cas, tu auras surement des injections sous cutanées souvent dans le ventre (non douloureux), et un traitement adapté (préviscan) d\’anti coagulant…afin d\’aider à  dissoudre le caillot ….dans tous les cas, tu dois aller consulter rapidement ton médecin…et il jugera (même un généraliste de ton village), s\’il y a lieu de faire un doppler (radio) et de te faire consulter par un phlébologue…mais d\’une manière ou d\’une autre, il aura déjà la possibilité de te prescrire un traitement qui te soulagera…(freiner un peu la clope aussi…clin d\’oeil)
    Je te conseille de ne pas laisser trainer…même si je sais que ce n\’est pas ce que tu préfères que de consulter un médecin..on est nombreux dans ce cas…tu dois le faire…et si tu ne le fais pour toi, fais le pour ton fils, et ta puce d\’Amour…courage ce n\’est qu\’une question de décision, ensuite une fois la machine en marche…et s\’il y a lieu de s\’inquiéter, le médecin te donnera la marche à suivre …(et "la marche" c\’est bon pour la circulation sanguine…lol…je sais une vraie sale bête moi..mais envie de te faire sourire un peu….)
     
    Pour ce qui est de l\’épilepsie…peut-être mais je n\’en suis pas sure…le fait d\’une mauvaise ciruclation sanguine..et le fait aussi que ça t\’angoisses, plus tes problèmes administratifs…doivent surement augmenter ton stress…et donc faire que les débuts de malaises se répetent…tu peux aussi en parler au généraliste lors de ta consultation pour ta jambe….
     
    J\’ai eu deux crises d\’épilepsie étant gamine…mais qui n\’ont pas été jusqu\’aux convulsions, seulement la langue les doigts, et les yeux qui ne voient plus, mais en effet, le pire c\’est l\’angoisse…il faut arriver à se détendre, pas facile quand on a aussi mal……et comme tu me le fesais remarqué dernièrement, mon problème aux yeux (vision verticale nette sur la moitié et floue sur l\’autre…), est peut etre un reste ? jene sais pas…en tout cas le mal de tête qui suit est assez important, mais si je prend de l\’aspirine, c\’est gérable…
    Tu as beaucoup de force et de mérite pour continuer à être ce que tu es…avec une telle maladie qui est devenue ta compagne bien malgré toi depuis l\’enfance….tu cataloguerais tes crises de Grands mals ou de petits mal (avec le traitement) ?
     
    Il ne doit pas etre facile de vivre avec des malaises à répétition comme celà t\’arrive, heureusement que ton traitement te permet de les limiter…malheureusement il agit contre ta mémoire..et aussi contre peut etre ta concentration…mais que faire, il n\’y a pas le choix…heureusement qu\’un tel traitement existe…tu imagines il y a quelques années, les gens épileptiques, n\’avaient aucun moyen de pallier à la crise…
     
    Je voudrai pouvoir t\’aider plus…malheureusement….face aux maladies, on est bien peu de chose…par contre tu dois aller voir ton médecin, dès la semaine qui vient!!
    FAIS-LE!!!!!
     
    je t\’embrasse très fort….mon poète…
    prend soin de toi..pour toi et ceux qui t\’aiment!
    Bisous du coeur
    am-
    m.
     

    J'aime

Les commentaires sont fermés.