censure


à l’absente;important:
Aigle de la nuit me demande de t’avertir qu’ils on bloquer son blog(trop violent)pfffffffffff!dèbile
et qu’il va en creer un nouveau
j’ai essayé de te le faire savoir sur "isalabsente.spaces.live .com/ " mais je ny suis pas arrivé!
J’espère que tu passeras ici pour le lire!
Amitiés,bisoux
Si tu me lis:Fais le moi savoir S.T.P merci

Le commencement(ma vie)?.suite………..


Comme c’est noté au dèbut de ce blog :Je suis né en janvier 1955,le 31(je suis arrivé avec la paie de mon père,enfin ce qu’il en restait)
Mon père,Mario est né dans la Marne,il est arrivé dans les Ardennes pendant la guerre (l’exode?) et a abouti à « la gruerie »,tout petit hameau à la frontière Belge,avec sa mère et ses 2 frères +sa soeur.Ils ont habité la maison mitoyenne de celle de mes grand parents maternels.Pour arriver à ces maisons,il fallait marcher 2km dans un petit chemin,innaccessible aux autos.
Pendant la guerre,ma mère a perdu une soeur tuée par une balle »perdue ».La frontière etait l’objet de trafics et aussi de qques « foyers de rèsistants » (pas très nerveux!).On n’a jamais su si la balle venait d’un Allemand ou d’un Français.
Donc mon père = 2frères:Auguste et Pierrot,ma mère=2frères (Alfred et Emile) et 3soeurs:Roberte(celle qui a été tuée),Alberte et Bernadette.
Evidemment ,etant voisins,mon père et ma mère ont vite fait connaissance……Ma mère avait environ 17ans et le père18.
La guerre finie,mon père et sa famille sont restés là.Apres avoir profité de la fin de la guerre pour sortir,aller au bal etc…..
Ils se sont mariés (je ne sais pas excatement en quelle année) et on continué à vivre là.Mon père etait bucheron (il vivait toute la journée ,parfois plusieurs jours dans la forèt ou ils avaient bati une « hutte » et profitaient bien de la vie.Ma mère ,elle rigolait moins:Elle ètait « bonne à tout faire « chez des bourgeois.
Le problème à cette èpoque ;la vie en communauté à la hutte aidant,c’ètait le vin!Mais d’après maman,ils etaient bien quand meme……..
Je suis donc né le 1er  alors qu’ils avaient une 20aine d’année,puis Alain un an après moi(les 2 autres viendront plus tard en 59 et62 alors que les conditions de vie de nos parents avaient changées).
Ma grand mère maternelle que (comme je l’ai dèjà ècrit qque part dans ce fouillis),j’adorais,gèrait plus ou moins tout ça.
Il parait d’après ce qu’elle m’a raconté qu’ils y avait qques « tensions » entre elle et mon père.(à cause de l’alcool et de la rèpercution sur son attitude à l’ègard de ma mère.)
Ensuite(je ne sais pas en quelle année,mes parents ont dèmènagé pour un petit très petit hameau : »Le Four Gèrard »,juste au bord d’un ruisseau,entre la frontière et Signy-le Petit (ou nous arriverons plus tard.Ils avaient acheté une voiture,une Citroen C4,les 1er modèle)
A cette èpoque ,le père etait toujours bucheron;ça devait etre en 56 car Alain est né là.
Je ne crois pas que ma mère travaillait à cette pèriode.
Après qques temps:Dèmènagement à Signy-le -Petit car mon père avait changé de boulot et travaillait en fonderie.C’ètait mieux payé,mais il ètait crevé(c’est ma mère qui le lavait le soir debout dans une « bassine » tellement il ètait sale et fatigué.Là encore la « chopine » ètait son dopant.Nous habitions dans un « taudis »,Alain et moi dormions dans le meme lit,il n’y avait pas de sanitaire bien sur,ni salle de bain ni toilettes (elles ètait à l’extèrieur et je vous passe les dètails pour ce qui ètait de « l’evacuation »).En plus de ça ;Alain ètait « ènurèsique » (c’est à dire qu’il « faisait pipi au lit »)En plus du fait que pour moi,ce n’ètait pas très agrèable,ça lui valait èvidemment des  « raclées » supplèmentaires…
Par contre ,nous les enfants allions à l’ecole et nous avons fait connaissance avec les gamins du quartier.Quartier qui s’appelait « les marais »(installé sur une zone de marais assèchée).Tous les habitants ètaient du meme « accabit » que nous,mais il règnait une bonne entente entre tous.Les femmes se retrouvaient règulièrement au lavoir(pas de machine à l’èpoque),et passaient boire le café chez l’une ou l’autre ensuite.Nous,après l’ècole,on retrouvait la « bande » et on jouait ensemble comme tous les gosses à cette èpoque (pas besoin de jeu electronique)On jouait aux cow-boy et indiens,construisait des cabanes dans la forèt ,au foot etc….Je me souviens encore de la bande!Laurent dit »yaya,Dominique dit « mouton » à cause de ses cheveux frisés,Règine leur cousine(seule fille de l’èquipe).Nous formion un « clan » ou il etait difficile de s’intègrer!Et nous affrontions parfois les « bandes rivales » qui voulaient envahir notre territoire.On ètait bien,je commençais à me plaire à l’ècole ou je travaillais bien d’après les instits,j’etais fier de ça ,meme si à la maison on s’en moquait,le problème etait pour trouver du calme et du temps pour faire les devoirs entre les corvées :rentrer du bois ,fermer les poules ,ramasser de l’herbe pour les lapins etc…
Bientot;nouveau dèmènagement,tjrs dans le meme village,mais une maison en meilleur ètat(mais tjrs pas de « sanitaire »).
C’est à cette èpoque que ma grand mère maternelle est venue aussi habiter à Signy-le-Petit;une petite maison pas loin de nous qu’elle avait achetée (je ne sais pas avec quel argent) et Bernadette habitait avec elle.
Après qques tps ,mon père a trouvé un nouveau boulot moins dur:ouvrier dans une boite qui vendait et rèparait du matèriel agricole,c’ètait à une 20aine de kms de Signy,mais il avait eu une formation de mècano et ètait apprècié et mieux payé.
Par contre il trompait ma mère avec une fille du patelin ou il travaillait(on ne peut pas tout avoir!).Ma mère ,trouva un emploi de « femme de mènage  » dans l’hospice de vieillard du village.Les 2 salaires permirent d’acheter la maison,avec un emprunt.Plus tard,mon père retapera cette maison,(avec tout le sanitaire et de plus en plus de confort)mais plus tard..
Alain ,lui dècida de ne pas continuer ses ètudes et s’engagea dans une ècole militaire,(en partie pour echapper à l’ambiance de la maison je crois)Aujourd’hui il ne le regrette pas!
Je crois que c’est à cette èpoque que nous ètions le plus heureux,malgré tout car le père s’ètait « assagi »et les moyens financiers ètaient tout de meme meilleurs(ce qui n’empèchait pas les courses « à crèdit »:On nous envoyait,Alain ou moi avec une liste chez l’èpicier en nous disant: »tu feras marqué »)Ce n’etait pas tjrs drole de suporter le regard des autres clients et leurs commentaires.C’est là qu’est né Gèrard le 3eme garçon qui deviendra la « chouchou » du père.Il lui racontait tout,dènonçait nos petites bètises,ce qui nous valait des raclées.
Alain et moi dormions tjrs dans le meme lit;lui avait un problème:il faisait « pipi » au lit!Alors evidemment ça provoquait des « raclées »comme si c’ètait de sa faute!…De mon côté,j’avais aussi un problème:Avant de dormir,sans explication valable,je faisait aller ma tête d’un côté à l’autre « il se berce disaient mes parents » sans plus s’inquièter du problème.
voilà j’arrète là pour ce soir,la suite au prochain No!
Suite:
En 1962 est née Anita;la seule fille,j’avais donc 7ans!Comme ma mère travaillait ,je m’occupais d’elle.Je l’adorai!Je lui donnais le biberon,la changeais,la baignais etc……….Et la protègeais quand c’ètait le « bordel « à la maison!D’ailleurs,dès qu’elle a marché,elle ètait tjrs derrière moi!Elle participait à tous nos jeux de garçons,un vrai « gamin manqué  » disait ma grand mère.Quand j’allais chez ma grand mère pour faire mes devoirs tranquille,elle pleurait pour que je l’emmène!Mais souvent je ne pouvais pas car le père n’aurait pas apprècié!(dètail ètrange:Elle se « berçait » aussi?).
Puis ma maladie s’est dèclarée:epileptie.La première crise a au lieu en jouant au foot avec les copains;je suis tombé dans les « pommes » et convulsions etc…..Après:Ma vie n’a plus jamais été comme celle des autres:plus de jeux fatiguants…;des drogues à prendre règulièrement,des examens de toute sorte dont certains douloureux.Je me sentait »diffèrent » des autres gars de mon age et c’ètait dur pour moi.Je me rèfugiais dans la lecture.c’est alors que j’ai pris gout aux livres,aux mots,à ècrire.Comme ma mère travaillait,je me suis mis aussi ,en rentrant de l’ècole ,à essayer de l’aider de plus en plus:J’ai commencé à cuisiner,faire la vaisselle etc….(tout des trucs de fille),et ça m’a bien servit dans l’avenir!!!Je travaillais tout de meme bien à l’ècole et les instits poussaient mes parents à me faire pousuivre mes ètudes.Comme financièrement,ce n’ètait pas la joie,j’ai obtenu des bourses.Et après le conseil d’orientation,je suis parti àCharleville au lycée Chanzy,interne
pour faire le « secondaire »(français,3langues,puis philo.)Mais ça c’est une autre prtie de ma vie ………la suite plus tard.
Suite:
En arrivant au lycée;Je dècouvris un monde nouveau qui n’avait rien avoir avec le petit C.E.G du village.D’abord j’allais à Charleville tous les lundi en bus(dèpart très tot )En arrivant le 1er jour;j’ètais perdu:toute cette « hièrarchie » du censeur aux « pions » en passant par le proviseur……….Je n’y comprenais rien!Heureusement je n’ètais pas le seul,je commençai par repèrer ceux qui avaient l’air d’ètre dans mon cas et me rapprochais d’eux avec tout mon « barda »On nous prèsenta le bahut:La partie salles de cours,la partie salle d’ètude,le dortoir (grande pièce longue avec une rangée de lits de chaques cotés et une allée au milieu);puis la « guèrite » des pions d’internat où ceux ci (de ètudiants qui arrondissaient ainsi leurs fins de mois) dormaient.Chacun d’entre nous avait une armoire où ranger ses affaires et vètements.Après avoir choisi un lit au hasard,on nous montra le refectoire (plusieurs salles selon les classes;là encore des rangées de tables de 8 places de chaques cotés de l’allée centrale.Dès le dèbut,j’avais repèré un ou deux gars aussi perdus que moi et instinctivement,nous avions pris des lits cote à cote.Les anciens(redoublants) ètaient plus à l’aise èvidemment et eux aussi c’ètaient regroupés.Après l’installation du dortoir ;on nous fit descendre au rèf.pour le repas du soir;ce n’ètait pas un self comme il y en a aujourd’hui!Pas de menu au choix;on nous servait le menu sans qu’on puisse refuser,c’ètait  assez »rus-
-tique » mais mangeable.Après ,salle d’ètude ou on ferait nos devoirs,mais le 1er jour:Quartier libre;on pouvait lire,ècrire
en attendant le coucher.
La montée au dortoir en rang sous la surveillance du pion,toilette du soir (pas de douche,aux lavabos les uns à coté des autres.ça commençait bien :Je n’avais pas emmené de serviette de toilette!!!Le pion l’a vu et m’en a filer une à lui.Après,
une heure de liberté:On pouvait lire,bavarder avant « l’extinction des feux »puis au lit(les couverture et l’oreiller ètaient fournis mais pas les draps,nous fimes nos lits,et les lumières eteintes,j’essayai de dormir.J’avais le trac pour le lendemain
et la gorge serrée(je me souviens avoir pleurer avant de m’endormir ,en plus je m’apperçu que j’avais oublier de prendre mes comprimés « anti epileptique » du soir je ne savais pas comment faire alors je les pris discrètement dans mon sac et les avalais sans eau!En me disant: »demain il faut que je me renseigne à ce sujet »
J’eu du mal à m’endormir,j’apprehendais le lendemain.Le rèveil se fit « en fanfare »(une sonnerie)vers 6h30;re toilette au lavabo,moi qui dormais toujours nu ,j’avais du mettre un pyjama !Après:re descente en ordre au refectoire pour le petit dèjeuner:Pain à volonté,beurre ,confiture et au choix cafè ou chocolat,ouf !j’avais peur qu’il n’y ai que du cacao,moi qui ne prenais que du café depuis tjrs!
Le petit dèj.fini;on nous rèunit dans une salle d’ètude pour nous mettre au courant des « règles » du bahut.On nous expliqua qu’ils y avait 3catègories d’èlèves:Nous les internes à la semaine;puis les demi-pensionnaires qui mangeaient là le midi,
mais rentraient chez eux le soir(ils habitaient les patelins proches)et enfin les externes qui etaient »normaux »,ils venaient pour les cours et sortaient le midi et le soir.J’oubliais de dire que les cours ètaient mixtes(garçons et filles).Certaines filles ètaient internes,mis evidemment dans une autre aile du lycée.
La suite au prochain No!
suite:
Nous avions une sortie autorisée par semaine (le jeudi après midi),mais il fallait un correspondant adulte qui sois prèsent au moment de sortir du bahut et ètait sensé nous accompagner !Dèjà,il à fallu trouver qqu’un pour jouer ce role;heureusement,un homme de Signy que mes parents connaissaient,travaillait à Charleville,il a bien voulu jouer ce role.
Mais,il ne me suivait pas ni ne m’emmenait avec lui,nous faisions semblant et je restait seul.Evidemment ,sans un rond dans Charleville que je ne connaissais pas,j’ètais là encore perdu,je trainais en ville essayant de me repèrer(ne pas me perdre)En fait ces quelques heures me semblaient longues!Je regardais les vitrines des librairies,en enviant ceux qui pouvaient s’acheter des livres!A l’heure dite nous rentrions au bahut,avec le billet de sortie signé par le correspondant à prèsenter au concierge.Les anciens avaient un tas de choses à se raconter,bientot je me dis qu’il fallait que je trouve un « copain » pour ces sorties afin que ce soit moins ennuyeux.Mais ,timidecomme j’ètais ,j’avais du mal à faire confiance.
En fin de semaine,sortie le samedi à midi pour prendre le bus et rentrer! ouf……..Là encore ,ça parait simple;mais il fallait courir pour ne pas rater le bus;sinon :Panique!
Tant bien que mal,je rèussis tout de meme à m’organiser et après quelques mois (un trimestre),j’ètais « au point ».
J’avais fais mieux connaissance avec les autres internes et trié ceux qui me plaisaient,ce qui fait que nous sortions ensemble et que c’ètait plus gai de trainer en ville à 3,en plus j’avais réussi à convaincre ma mère qu’il me fallait un peu d’argent,alors avec les autres,on pouvait au moins s’acheter une patisserie et meme parfois, boire un café ou autre chose lors de nos sorties « hebdomadaires ».Certains des « anciens »internes avaient aussi pris l’habitude d’amener de la nourriture
en douce car c’etait interdit.Alors le soir,si le pion n’ètait pas trop sèvère,on « cassait une petite croute » au dortoir après l’extinction des feux(ça allait du chocolat au saucisson)
Puis ,un samedi;je ratais le bus!!!!!!Re panique!,il n’y en avait qu’un !Je tournais en rond en me demandant ce que j’allais faire.Puis après ques mn,je partie vers la sortie de Charleville sans savoir quoi faire,presque instinctivement,comme si le principal ètait dèjà de quitter la ville.Je me souviens encore de la panique qui m’envahissait alors que je marchais sur le trottoir vers la « banlieue ».C’est alors que,miracle!une voiture s’arrète et  une fille en sort et vient vers moi!
C’ètait une fille de Signy (Bèatrice) que sa mère venait chercher en auto.Après m’avoir demandé si j’attendais quelqu’un,et que j’eu bafouillé que non je n’avais personne pour me prendre,elle m’attira vers la voiture et parla à sa mère,celle ci me dit: »monte de toute façon ,on retourne directement alors on te remmène »(Bèatrice ètait dans ma classe à Signy alors ses parents me connaissaient).J’ètais soulagé!Elle me dèposa sur la place du village et je rentrais à la maison ou on ne me demanda meme pas comment ça se faisait que je rentrais plutot que d’habitude!
Ainsi,tous les samedi qui suivirent,ces gens très gentils me rècupèraient et me ramenaient,et en plus ,j’èconomisais l’argent du bus!(sans le dire aux parents)
Il est toutde meme arrivé aussi qu’elles ne soient pas là;alors je prenais evidemment le bus.Jusqu’au jour ou je le ratais à nouveau et là;pas d’amis pour me remmener!Un de mes copains d’internat m’avait dit que lui il rentrait en stop;en y rèflèchissant ,je dècidais d’essayer.Je me souviens que la 1ère fois,il pleuvait.J’ètais trempé et je crois bien qu’au fond ça a joué en ma aveur car je faisais pitié!Et ainsi ,en moins de temps qu’en bus,je rentrais.Seul la dernière partie du trajet qui ètait plus « en campagne » manquait de voiture.Je du donc avouer la vèrité aux parents,ma mère eu tout de meme la rèaction de me dire de ne pas monter avec n’importe qui,et elle me donna tout de meme l’argent pour le bus chaque semaine.Ce qui me laissait un peu d’argent de poche car je ne payais donc souvent que « l’aller »
Le samedi après midi je faisais mes devoirs si il y en avait pour le lundi,puisj’allais chez ma grand mère pour la partie de dames rituelle.Je n’ètais pas trop mal car je ne voyais plus ce qui se passait à la maison en semaine ,et Anita ètant plus agée,savait se dèbrouiller seule quand le père ètait dans une « mauvaise passe ».Alain ètait parti à cette èpoque pour l’ècole militaire d’Issoire,il en bavait d’après ce qu’il m’ècrivait,mais etait content aussi d’etre loin de la maison.
 Cette pèriode :c’est là que je commençais à exister vraiement,mon père se vantait bien de ma « rèussite » evidemment!!!
Mais petit à petit ma personnalité s’affirmait et ,je m’en rend compte aujourd’hui,c’est là que les idées qui sont les miennes commencèrent à germer dans mon esprit.Je prenais conscience que j’etais quelqu’un,que je pouvais etre comme les autres
et ça allait se dèvelopper!!!!
Voilà la suite plus tard.
Après avoir fini l’année de « seconde »,le conseil de classe ,au vue de mes rèsultat m’admit en classe de 1ère.C’est à ce moment là qu’ils me proposèrent de faire une 3ème langue.J’acceptais et pris Italien (evidemment ètant données les origines lointaines de mon père).Ce qui fait que j’avais 3langues,+français,maths,histoire-géo et physique-chimie.
Les langues,la littèrature,l’histoire me plaisaient bien;je m’interessais aussi à la géomètrie et l’algèbre (les èquations!);mais la physique -chimie berkkk.
Cette année là,je fis une crise èpileptique importante en cours de gymm;=>hospitalisation plusieurs semaines à Reims ou l’hopital ètait plus important qu’à Charleville ou j’avais ètè les 1ères fois.Pour etre honnete,j’y passais de bon moments!Après ma sortie,j’ai longtemps correspondu avec une infirmière(Martine qui ètait très timide mais gentille.En plus,comme j’ètais dans un service ou il y avait des plus jeunes que moi,j’aimais les aider,m’en occuper.J’y suis resté plusieurs mois,ce qui fait que pour la 1ère partie du bac (Français),j’eu le privilège d’voir un programme rèduit à reviser.Cependant je l’ai eu avec une moyenne convenable(12 ou 13 )et fut admis en terminale A5(philo).C’etait en 72,73 et après les èvenements de 68;leschoses avaient bien changées:L’internat ètait moins dur,meme les grilles avaient été en partie supprimées!
Les cours aussi devinrent plus « relax »,les profs(en majorité,car il restait tt de meme des « cons »)eux aussi changèrent,nous pouvions plus « communiquer »,poser des questions en cours,faire des exposés etc…Je me souviens de certains cours ou nous mettions les tables en demi cercle,chose incroyable qques tps plus tot!
A cette èpoque ,je me souviens d’une « bande » d’externes plutot « voyous »,je me rappelle encore de leurs nom:Nieddu(ils ètaient 3 et Newrath(1),ils ètaient tjrs ensemble et essayaient de « racketter » les plus faibles.Je n’ai jamais compris pourquoi,mais moi ,ils me laissaient tranquile!Par contre,j’avais un copain tres timide et reservé qui lui ètait leur « souffre douleur »et que j’essayais de protèger de mon mieux.
Le prof d’italien(Il se nommait Sègalini) en particulier ètait très bien,il nous faisait « voter » pour dècider quel auteur parmi ceux proposés nous allions ètudier!
La philo j’adorais,decouvrir tous ces penseurs,Pascal,Descartes,Nietsche,Kafka,Rabelais, etc…..Et analyser leurs idées,disserter sur leurs opinions et pensées,pouvoir donner mon avis,mes critique,dèbattre!!!!Quelle dècouverte pour moi!Bien sur il y avait tjrs ceux qui prenaient les cours au sèrieux et les autres;mais ça je suppose que ça n’a jamais changé depuis!Mème en dehors des cours,nous avions entre nous des discussions,chacun donnant ses arguments;je dècouvrais la liberté d’expression:!
 Enfin ;l’epreuve :Le BAC!Quel trac!Surtout l’oral me faisait peur;mais je m’en tirais tout de meme (sans grande gloire,mais je l’obtins).
Alors:fini le lycée!Et pas question de continuer mes ètudes;mes parents avaient dècidé que ça suffisait,que ça couterait trop cher alors :basta!Il fallait entrer dans la vie »active »!!!!!
Je retrouvais donc le « foyer » parental!Et trouver un travail sans avoir le permis et dans un petit patelin = la galère!
Mon père réussit à me faire embaucher au foyer de vieillards ou il travaillait ,là encore ce fut une bonne expèrience car j’appris pas mal de choses:La peinture,l’electricité,l’entretien du jardin etc….Ce qui me fut bien utile plus tard;et encore aujourd’hui!Mais le salaire lui ètait insignifiant.Puis ce foyer qui ètait tenu par des « bonnes soeurs » devint ¨laïc.La nvelle directrice dècida que j’ètais inutile(ce qui ètait un peu vrai).je me souvient que mon père me disait: »ne finis pas le boulot trop vite,sinon elle va dire que je pourrais le faire seul »,ce qui arriva effectivement!
Une petite boite s’ètant installée dans les locaux de l’ancienne gare(le propriètaire etait Belge),je me prèsentais car les Ets P.V.L(Pierre Van Landaneghem) embauchaient.Je fus pris,c’etait une entreprise qui « traitaient les oeufs » pour les vendre aux patisseries.Ils y avaient 3 ou 4 femmes et moi.Les femmes cassaient les oeufs,les passaient dans une machine qui sèparait les blancs des jaunes et ensuite les oeufs ètaient stockés dans de grandes cuves en plastique .J’ètaient chargé de nettoyer ces cuves;ce n’etait pas agrèable car je devais descendre à l’intèrieur et c’ètait assez effrayant de se retrouver dans cet espace rèduit et clos avec seulement une petite trappe de sortie.Mais bon c’ètait un travail et dans mon patelin donc je ne me plaignais pas.Puis le directeur me chargea de « diriger « la boite pendant ses absences:Je devais repartir le travail,gèrer les stocks,les commandes et rèdiger les fiches de paie en plus du nettoyage des cuves qui m’incombait tjrs.
Je dois avouer que j’ètais asez fier de moi:Responsable de la boite!!!!
Mais celà n’a duré que 2 ou 3 ans car P.V.L a ait « faillite » et nous fûmes licenciés.Alors :rebelote;chômage et recherche d’un emploi (meme avec le niveau bac,ça ne courait pas les rues) et toujours le père qui poussait derrière!
Etape suivante plus tard.!
 Comme je n’avais plus de boulot;la vie à la maison devint impossible:Le père ralait sans arret,je n’en pouvais plus,et maman ne faisait rien pour arranger les choses:Elle etait trop faible,c’est elle qui me fit comprendre que je ne pouvais pas rester!Alors je partis………Et où?Chez ma grand mère èvidemment!Nous nous organisames tous les deux pour dormir par exemple;il n’y avait qu’une chambre,alors je dormais sur un matelas posé au sol,le matin on le glissait sous son lit.
A cette èpoque:Bernadette ètait mariée et habitait Hirson(une petite ville de l’aisne proche),elle avait 2enfants:Christophe et Myriam,son mari ètait chauffeur,livreur dans une boite qui vendait des boissons.Et ,chaque dimanche ,ils venaient tous les 4 manger à Signy chez ma grand mère.Moi je cherchais tjrs un travail,j’envoyais des courriers à toutes les boites des environs et èpluchais les petites annonces;j’ètais prèt à n’importe quel emploi et ne me faisais pas d’illusion quant à mon niveau d’études.J’avais rèdigé un C.V un peu « trafiqués » en disant que j’ètais apte à gèrer un petit nombre d’employés,ètablir des factures,rèdiger des fiches de paie etc..(tu parles!!!).Un jours:Un courrier arrive à mon nom: »En rèponse à votre courrier de demande d’emploi,veuillez vous prèsenter au Ets Courtois,avenue du prèsident Kennedy 59610
Fourmies »??Fourmies?Je cherchais dèjà ou c’ètait,je vis que c’ètait une ville dans le Nord!Comment y aller?Le dimanche,
j’en parle à Bernadette qui me dit que ce n’est pas très loin d’Hirson, »si tu veux tu rentres à Hirson avec nous et de là tu prendras un bus ».O.K ,Je fis comme prèvu ,le lundi je pris un bus pour Fourmies.Encore une fois:L’angoisse…..Le bus se gara devant la gare de S.N.C.F;je me renseignais pour trouver l’avenue Kennedy et y allais à pied.Comme par hasard:Il pleuvait(après ça on se demande pourquoi j’aime la pluie!).Et je dècouvris que l’adresse indiquée ètait celle d’un garage automobile très grand de marque »Peugeot »(c’ètait une concession,mais à cette èpoque,je ne savais pas ce que ça voulait dire).Je pris mon courage « à deux mains »et entrais dans le grand hall ou ètaient exposées des voitures neuves,je me demandais en meme tps si j’avais bien fait d’entrer par là,si il n’y avait pas une entrée plus « discrète ».
  Une jeune femme ètait là derrière son bureau et m’accueillit très aimablement.Elle me demanda de patienter quelques mn
puis disparut dans une autre pièce.J’ètais gèné car trempé par la pluie,j’avais peur de salir le siège ,donc je restais debout.
Quelques instants plus tard elle me fit entrer dans un bureau très « chic »;j’ètais devant le patron!(Carlos Courtois)!
  Après quelques mots et questions sur moi et mes »capacités »;il m’annonça que l’emploi proposé ètait « aide magasinier »
Aucune idées moi de ce qu’etait un « aide magasinier »!!Mais sans que je ne lui demande rien ;il m’expliqua: »Le travail consiste à aider les magasiniers;c’est à dire les gens qui s’occupent des pièces dètachées,est ce que vous avez des notions à ce sujet? »…. »Ben ,heu pas vraiement » baffouilais- je! « Suivez moi ;je vais vous faire voir l’etablissement et le magasin »
  Il m’expliqua que là ou nous ètions,c’etait l’endroit ou on accueillait les acheteurs potentiels d’un véhicule neuf et que bien sur il vendait aussi des occasions.Ensuite,après son bureau,on arrivait au bureau des comptables puis au bout d’un couloir(tout etait en vitres),nous passames devant un comptoir et enfin l’atelier qu’il me fit voir en me prècisant qu’il y avait 2 parties:mécanique et carosserie +un « coin » vidange graissage.Evidemment ,il y avait aussi devant le garage une station service carburant.
  Nous repassames devant le fameux comptoir;il s’arrèta et appela un petit homme « Mr Guillemant,le responsable magasin »
me dit il.Encore une porte vitrée et deux bureaux:celui de la caissière(une dame agée:Mme Delattre assez « exentrique »du point de vue vètement pour son age),puis celui du responsable magasin puis le magasin ……..un très grand local avec des rayonnages partout remplis de pièces automobile.Voilà,j’y ètais!En qques mots lui et le chef magasinier m’expliquèrent le fonctionnement me demandèrent si je croyais pouvoir assumer l’emploi qui en fait n’ètait que celui d’un « larbin » sans responsabilité:Déballer les cartons de pièces dètachées,apprendre à les ranger à leurs places après qu’un magasinier les ait controlées et rèfèrencées…….passionnant!!!!Mais enfin,c’etait un travail!
 Le patron me « ramena » dans son bureau et me demanda si j’etais disponible immèdiatement.Oui ? » bien alors venez Lundi à 7h30 et nous etablirons votre contrat de travail pour un essai de 3mois renouvelable si vous etes considèré comme apte,vous serez payé au SMIC pour commencer ».J’etais très heureux!enfin,j’allais etre payé pour un travail!!!Mais aussitot sorti du garage:Question: »comment je vais faire pour venir tous les jours de Signy à Fourmies????? »A nouveau l’angoisse!
  Je raconte l’entretien à Bernadette et le problème que ça pose, »et bien tu n’as qu’à venir habiter à Hirson chez nous et tu prendras le bus pour aller travailler tous les jours! »
   » Tu nous donneras un petit peu d’argent » pour la nourriture n’oublie-t-elle pas d’ajouter.Son mari lui n’avait pas la parole,mais je sentais bien qu’il n’ètait pas « enchanté ».Mais j’acceptais,et hop re demenagement de mon petit barda de chez ma grand mère le dimanche ,direction Hirson.Ma grand mère adorée avait les larmes aux yeux en me voyant partir!Je lui dis que nous pourrions tjrs faire « une partie le dimanche »,Mais c’est pas ça qui l’ennuyait au fond;elle sentait bien que ça n’allait pas etre drôle pour moi….
     Voilà encore une « ètape » de passée la suite ……..
Je commençais donc le travail le lundi;on m’avait fourni une blouse d’employé avec l’ècusson « Peugeot » sur la poche ,j’appris très vite le boulot ,d’autant que les magasiniers ètaient sympas(ils ètaient deux:Daniel Legrand,un peu bourru,et Robert Doublemart plus jeune et plus ouvert).Je m’adaptais bien à ces 2 caractères diffèrents et au bout de qques semaines,j’ètais « rodé ».J’apprenais les rèfèrences et la catègorie des pièces pour les ranger à leurs places dans les rayons à la reception des contenaires (2fois par semaine).En meme temps,j’apprenais à connaitre les mécanos et carrossiers et appris à les « servir » de mon mieux.Par contre,au dèbut je n’avais pas accès au service du comptoir clients extèrieurs car c’ètait trop dèlicat et compliqué pour moi:Il y avait les clients « classiques » et les »agents Peugeot+les autres garagistes.Les tarifs ètaient diffèrents pour chaque catègorie.Pour l’atelier,après avoir donné la pièce au gars,on la notait sur un « bon » qui servirait à ètablir la facture que rèdigerait Mme Delattre.Et si on voyait en servant que le stock de la pièce diminuait,on le notait pour la prochaine commande:Rien de bien compliqué!Pour trouver la pièce si elle ètait particulière à un véhicule,on se servait d’un lecteur microfiche(une fiche par type de véhicule avec les dètails selon l’année de sortie par ex.)J’assumais ce travail pendant quelque années.
Pendant ce temps ;ma vie « privée » et « sentimentale » èvoluait aussi:Bernadette avait une voisine ,Paulette qui vivait avec sa mère et avait accueillit sa nièce :Marie-Claude que sa mère avait « abandonnée » à Paulette.Evidemment,comme Bernadette parlait avec Paulette,je fis connaissance de Marie-Claude qui passa de plus en plus souvent rendre visite chez nous;partageait nos soirées etc….Nous fimes donc connaissance;elle faisait des ètudes de compta.Elle vint bientot avec nous à Signy le dimanche chez ma grand mère,nous allions nous promener tous les 2 et je lui montrais les beaux coins du patelin…….Puis de « fil en aiguille »……Nos relations devinrent plus intimes (si on peut dire car nous ètions tous deux bien « inexpèrimentés » lol !)Lors de nos promenades du dimanche ,nous avons dècouvert un jour une grange abandonnée ou il y avait du foin !!!!Comment c’est arrivé????mais nous nous sommes retrouvés bientot nus dans cette butte de foin!!!!!!Quelle
dècouverte,la théorie en matière de relations « physiques »,c’est bien ..mais la pratique????D’autant plus qu’ètant vierge ,evidemment elle avait peur et moi  !Alors,baisers,caresses etc…(je passe les dètails).
  Là encore :Ma grand mère fut perspicace!Bientot elle nous fit entendre : »les brins de paille?Je suppose que vous avez decouvert un coin douillet et secret »Ben……..c’est à dire……..Tenez ,entre nous je vous mets un sac avec une couverture dedans au pied du mur sous la fenètre ,comme ça vous n’aurez qu’à le prendre discrètement;mais faites tt de meme attention,prenez des prècautions » Elle ètait GENIALE!C’est ainsi que je connu ma première vraie expèrience « physique » et Marie Claude de meme!Nous apprimes à dècouvrir nos corps,la façon de donner du plaisir àl’autre (j’appris qu’elle etait clitoridienne  par ex. et elle me montra comment faire) Bon peut etre assez de dètails sur ce sujets.Nous correspondions règulièrement par courrier,elle m’ècrivait au bahut et moi lui rèpondais.Ce qui fait que j’ècrivais à Martine (l’infirmière) et à Marie Claude ! J’ètais dèjà « dèbordé » lol.Celà dura jusqu’en 1976;et la question du mariage se pointa!!En effet nous avions tous deux un travail (elle avait trouvé facilementun poste d’aide comptable).Et notre « relation « etait devenue èvidente et en plein jour;alors tout le monde avait l’air de penser que nous ètions prets pour l’union « officielle ».Il faut avouer que personellement,je n’ètaispas très chaud.Mais ça = une autre histoire!
Donc le mariage eu lieu en « grande pompe »en aout 1976(j’ètais mal dans ma peau dans ce costume « guindé »,j’avais l’air con …….il y a une photo ici ça vaut le coup d’oeuil).Comme je travaillais à Fourmies(Nord),nous dècidames de chercher un logement là;bientot,nous habitames dans un apprt H.L.M (12,Tour plein ciel),marrant que je me souvienne encore de l’adres
-se!Et Marie-Claude trouva un emploi en compta (je ne me souviens plus ou?).Du coup,avec les 2salaires,on acheta une voiture(Opel City) jaune!J’aimais bien cette voiture,avec son « look »(2portes),biensur,le patron du garage ou je trvaillais ne la vit pas d’un bon oeuil,ce n’ètait pas une Peugeot,mais je lui dis que c’ètait une neuve bien sur mais que c’ètait Paulette
qui nous l’avait donné!Vers les années 78,79,Marie -claude fut embauchée par une chaine de magasin comme responsable de caisses et accessoirement aide comptable,elle travaillait aussi à Fourmies(super marché « Nova »).
Au bout de quelques temps,nous dècidames d’avoir un enfant,Emmanuel est donc né le 14/06/80.C’ètait l’èpoque des « fiestas » hebdomadaires:Bizarrement,celà ce passait uniquement avec ses collègues de travail(je n’y ai repensé qu’après)
En particuliers ,nous etions amis avec un couple dont le mari ,Didier Seling ,travaillait avec elle.Nous etions tjrs les uns chez les autres le samedi soir.Puis,un samedi,la soirée se prolongea chez nous et meme la nuit!La boisson aidant,ça se termina
« bizarrement »:Le couple d’invités commença à s’èchauffer,s’embrasser,se caresser……et ce fut la « partouze » à 4!!!!!
Le lendemain,nous etions tt de meme un peu gènés,et fimes comme si rien n’ètait!Dominique(l’èpouse de Didier) et moi etions plus gènés que les 2 autres apparemment.C’est vrai que Dominique etait plus timide je crois que ma femme.
Un jour,je m’apperçus qu’en fait Marie-Claude et Didier n’en ètaient pas resté là et qu’elle me trompait avec lui!!!Après une dispute assez violente;elle dèclara vouloir divorcer.O.K dis je mais Emmanuel?(j’avais un doute sur ma paternité du coup,mais j’adorais mon bébé et occultai la question)Alors je lui dis vouloir le garder ou sinon,pas de divorce!
L’autre couple lui,je ne sais meme pas comment ils ont fini!
Donc,j’obtins la garde de Manu malgré les rèticence des juges ,avocats et assistantes sociales qui trouvaient ça incroyable
et demandèrent plusieurs fois à la mère si elle etait sure d’etre O.K.
    Là:Un èvènement, pourtant important ,ce passa:Je me suis remarié,(et oui 3mariages!!!).Mariage donc, avec Laurette,
une jeune fille simple et gentille (elle avait du mèrite,car elle ètait issue d’un milieu vraiement…….. »rustique »)qui travail-
-lait au garage comme aide comptable.j’ècris « pourtant important » car,je ne me souviens même pas de l’année (ça devait
être en 1981/82),elle etait très gentille,s’occupait bien de Manu (mais lui ne l’aimait pas?) et du mènage,la cuisine ..etc.
    Ma mère en parle encore souvent aujourd’hui,car elle l’apprèciait bcp (à mon avis parcequ’elle lui ressemblait).Laurette
ètait jeune,mais loin d’etre……..novice!!!!!!Elle avait dèjà eu de nombreuses « expèriences physiques » (Clin d'oeilJe crois bien que
sans entrer dans les dètails,ce fut la plus « ardente » de mes èpouses!Sexuellement insatiable!Le mariage ne dura cependant pas longtemps;car justement ,je ne devais pas la « satisfaire » et je fus vite à nouveau  « cocu »!!!(je dois être predestiné),et,
quoiqu’en dise ma chère maman,nous avons vite divorcé,prèfèrant retrouver ma vie solitaire avec mon bébé!
La cerise surle gateau c’est qu’après qques mois,le garage ou je travaillais fut vendu,panique!Mais en fait ;le nouveau patron etait jeune et avait des idées assez interessantes;il remania toutes l’organisation; »epura le personnel »(Laurette fut licenciée).Il me convoca et me proposa la place de reception d’atelier,plus responsable d’atelier,et aussi,facturation atelier et magasin sur informatique cette fois,sans compter les relations avec les experts d’assurances!Je ne me dèglonflais pas et acceptais!
Donc;mon rôle:Accueillir le client,remplir la fiche de travail avec ce qui n’allait pas sur le véhicule et les desirs du client,puis rèpartir le boulot entre les mècanos et carossiers,ensuite,à partir de cette fiche,le travail fini,ètablir la « préfacture » et ensuite la facture sur informatique en n’oubliant aucun èlèments,en fin de journée ou le lendemain matin,à partir des fiches de pointage des gars,faire le bilan des heures passées afin que les comptables puissent controler si le temps passé etait bien ,comme il le fallait ,infèrieur au temps facturé(bènèfice oblige)
J’ètais crevé!Mais j’assumais.Cependant,au bout de qques mois,le patron dècida qu’on pouvait allègé mon travail en me mettant quelqu’un pour m’aider:Il dècida que Rosemarie,l’aide comptable pouvait passer dans mon bureau et ètablir les factures à partir des fiches de prèfacturation et tenir la caisse (que je tenais ausi),tout en continuant à faire quelques travaux comptables .
En plus de mon boulot,j’avais toujours mon fils à rècupèrer le soir chez la nourrice,faire le repas,m’occuper de lui,le baigner,le faire manger,le coucher etc……plus ttes les corvées  de cuisine,lessive,repassage etc……..Dur,dur,mais je crois que c’est aussi là que j’ai vècu les meilleurs moment de ma vie.J’avais un nouveau couple d’amis que j’avais connu parceque Marie-Noelle ètait la soeur de Gèrard mon ami carossier que j’aimaisbcp (il est mort d’un cancer vers 30ans)
Donc ce couple d’amis(Jaquies et M.Noelle)prirent l’habitude de venir manger le mardi soir et moi j’allais chez eux le samedi soir;ils avaient une fille:Gaelle,un an plus agée que Manu(elle est née le 9/9/81=>8+1=9 donc je disais souvent qu’elle aurait bcp à attendre de ce chiffre.)Jaquies est d’ailleurs le parrain « civil » de Manu (Anita ma soeur est sa marraine)Evidemment,vues mes idées religieuses,je n’ai pas voulu qu’il soit baptisé à l’èglise,disant qu’il dèciderait lui même.Au boulot,Rosemarie,se « rapprochait » de plus en plus de moi,je la dèposais chez elle en partant car sa maison etait sur mon chemin,elle me donnait règulièrement de lègumes de son jardin etc…..(J’aurais du me mèfier).Clin d'oeil
Son mari travaillait dans une boite de Fourmies,elle le trompait règulièrement et se confiait à moi pour essayer de se justifier!Ils avaient une fille ;Isabelle plus agée que Manu(elle née en 73).Evidemment;ce qui devait arriver arriva!
    Un samedi,en dèbut d’après midi,on sonne à l’appart. »Bonjour Francis,je vous amène quelques lègumes,j’ai oublié de vous les donner au travail »!Et la voilà parti à me fèliciter sur le propreté de l’appartement, »c’est grand en plus » »ça doit vous doner bcp de travail » et gna gna et gnagna!! Je lui propose un café;qu’elle bu en s’arrangeant bien pour que je puisse apprècier son dècolleté!!!et en s’asseyant bien pres de moi!Je dois avouer qu’elle ètait jolie,de beaux yeux et un corps pas mal!!!!La visite dura bien 2heures elle me parla à nouveau de son mari  qui n’etait pas drole et « rustique » comme elle disait
alors qu’il ètait intelligent et assez interessant d’après ce que j’avais pu en juger lors de nos qques rencontres.Comme je lui en faisais la remarque,elle me fit comprendre « que dans certains domaines,il n’etais pas trés dèlicat ni expert »!!!!
    « Et vous;seul avec un enfant,une femme ne vous manque pas »?Moi: »Ben ..heu non ,je me dèbrouille comme vous voyez;je gère tout ça du mieux que je peux »
    « Oui ,bien sur mais tout de mème,une femme à votre age?Vous n’avez personne,pas de relation? » Là je commençais à voir ou elle voulait en venir.Je trouvais un « èchappatoire »: »Excusez moi ;mais là je dois aller faire des courses pour Manu qui part chez sa mère et je suis pressé » pffff je ne savais pas comment faire (j’etais à la fois tenté et mèfiant)!
    Finalement elle partit ,à la porte elle me dit « au revoir;on se fait la bise  » Alors la bise et ouf elle partit!
La suite (je m’y remets seulemnt aujourd’hui:(3/03/07!)
    Le lundi suivant en arrivant au garage,je me demandais comment celà allait se passer avec Rosemarie après sa visite et ses « avances »!Je pris les devants en la remerciant encore et lui disant que ses lègumes etaient très bons,m’avaient fait une bonne jardinière de primeures mais que manger seul n’etait pas toujours drôle.En effet,j’avais dècidé de laisser les
choses èvoluer dans le sens ou elle semblait le dèsirer (après y voir pensé tout le W.E).Après tout:j’avais bien été « cocufié » alors pourquoi ne pas rendre un autre cocu!Sans compter que la solitude a ses charmes,mais le corps a aussi ses raisons que la raison ne connait pas.Alors ,l’air de rien je lui parlai de son dimanche :comment ça c’etait passé,ce qu’elle et son mari avaient fait etc….en disant que moi ça avait été assez morne vu que j’ètais seul (Manu ètait chez sa mère comme prèvu:2dimanches  par mois et la moitié des vacances scolaires à la convenance de sa mère et moi)
Aussitot,elle sauta sur l’occasion: »Moi aussi ,Jean (son mari) etait absent toute la journée et Isabelle(sa fille) chez sa marraine. »C’est bète  » dit elle « nous aurions pu nous voir et vous m’auriez fait ècouter le fameux Ferré dont vous parlez souvent »Je sautais sur l’occasion: »la prochaine fois que vous etes seule,tèlèphonez moi et si je suis là,passez boire le café »!Voilà,c’ètait dit!Après quelques temps et des « rapprochements » de plus en plus frèquents et « subtiles  » au travail;elle m’appela un samedi en dèbut d’après midi: »Francis ,vous etes là cet ap. car je suis seule et passerais bien vous dire bonjour »! Moi: »oui ,je dèpose Manu chez sa mère et serais là à 15h alors,si vous voulez passer…. »
Elle arriva des 15h15 toute « pimpante » vètue d’une jolie robe lègère je fis le café et le servis dans le salon.Elle s’assit à coté de moi sur la canapé pour le boire ,je l’entends encore me complimenter pour la saveur du café et le confort du canapé!!!!En plus,j’avais tapissé tout un mur du salon avec un immense poster reprèsentant une allée en forèt avec un couple qui avançait dans ce sentier. »ça doit etre agrèable de se promener à 2 en forèt comme ça »,moi: »Oui je l’ai dèjà vècu et c’est très bien la nature »etc…….Elle parcourut ma bibliothèque avec admiration « vous avez lu tout ça? » pfffff »c’est incroyable  » Elle pris « Emmanuelle » comme par hasard (le livre tiré du film à »scandale de l’èpoque »)et revints’assoir près de moi ,(tout près) en le feuilletant.Bref……….Ce qui devait arriver, arriva!Nos lèvres se rencontrèrent et la suite devint inèductable!Après les « prèliminaires » elle chuchota que nous serions mieux dans ma chambre et nous nous retrouvames evidemment dans mon lit qu’elle trouva gènial et confortable (c’etait un lit avec les chevets attenants)assez moderne pour l’èpoque.Là il faut que j’aborde le coté plus « intime »:Je ne savait pas bien comment m’y prendre,et me posais un tas de
questions:Etais elle vaginale,clitoridienne,aimait elle les longs « prèliminaires » etc………Après les caresses habituelles (les seins dont la poite durcissait,les baisers,ma main descendit vers son sexe humide,provocant ses soupirs et gèmissements
alors que ses mains parcouraient aussi mon corps qui n’etait pas insensible surtout en un certain endroit.Soudain elle se
retourna et me « chevaucha » en m’embrassant,elle prit mon sexe à pleine main et l’introduisit dans sa fente chaude et humide!Je jouis presque aussitot et m’en excusais car, lui dis je , »c’est ègoiste,vous n’avez pas eu le temps de ressentir du plaisir »
« Rien n’est perdu », me sussura t elle, »de toute façon il faut me connaitre,je suis spèciale ».Sur le coup je ne compris pas puis:Bien sur elle est clitoridienne!Je fis donc preuve de mon expèrience en la matière et l’amenais doucement au plaisir.
Ce 1er jour ,nous fimes l’amour deux fois et j’eu l’illusion qu’un sentiment renaissait en moi :l’amour et nonseulement phy-
-sique mais aussi le sentiment car elle semblait vraiement heureuse et avait perdu son coté « vamp ».Quand elle partit,ça me laissa tout bizarre et je ressentis un vide.J’essayai bien de me dire « Non tu ne vas pas encore te faire avoir! »Mais le fait etait là!Je me sentais bien et heureux.Nos rencontres « clandestines « continuèrent  un long moment,de son coté,elle pous-
-sait « insidieusement  » son mari vers une autre femme qu’ils avaient rencontrée dans une de leurs fameuses réunions sur
l’alimentation « bio » ,finalement,elle parvint à son but,et c’est lui qui demanda le divorce!Leur divorce eu pour consèquence
la vente de leur maison mais aussi (le bon coté),la garde d’Isabelle leur fille fut attribuée à Rosemarie.
Voilà la suite bientot!(EN remontant au 22/12/2006)
J’essaie de continuer ce soir (15/09/07):
 Donc 3ème mariage!Embarrassé.Là encore,une cèrèmonie « dans l’intimité » à la mairie avec 2 amis du garage comme tèmoins et en
prèsence de Manu et Isa,si je me souviens bien,nous avons tout de même pris une table au restaurant….
    Et bien,je voulais continuer aujourd’hui,mais je ne me souviens plus très bien de la suite;ConfusAlors,je vais « rassembler »mes souvenirs et verrais ça plus tard….(en plus;c’est ch… de devoir remonter dans le temps sur le blog pour
reprendre à chaque fois!)

Depuis 2007 ; j’ai vieilli lol ! J’ai rompu les ponts avec Quéquette (la fille de mon ex.),cette dernière vit avec un nouveau gars dans notre ancienne maison…….Manu est heureux avec son amie:Ils vont faire construire une maison pas loin d’ici et ont un bon travail tous les deux……De mon côté,peu de choses ont changé:Je vis toujours plus la nuit que le jour, financièrement,je fais avec ce que j’ai et aussi avec ce que font mon fils et mon amie de coeur pour m’aider financièrement…Du point de vue santé,il y a peu d’évolution,le traitement est assez lourd avec des effets secondaires,mais les « vraies » crises sont rares..Tout le monde dans mon entourage est sympa avec moi…Mon père vieilli =>il essaie d’être moins con!!!Ma mère ,elle, a pris un peu plus confiance en elle…Mes frères et ma soeur me donnent peu de nouvelles et cest réciproque…Ma chatte Moumoun a disparu il y a plusieurs jours (je ne pense pas la revoir) .
Pour conclure:Marie et moi avons mis les choses au point :Comme elle ne vit pas seule et que nous ne voulons faire souffrir personne,nous avons décidé de rester amis ,amis très proches,amis « de coeur »,mais plus « de corps » ……Et c’est bien comme cela.