autre poemes


 L’Optimisme

Mettre du reve dans la tete

Des pauvres gens déshérités

Voilà le bonheur du poete

Qui traque les difficulté.

Il faut pour garder l’espèrance

Del’optimisme et de l’entrain

Et débordant d’exubèrance,

Chantonner l’air et le refrain.

 

Si tu veux trouver la fortune,

Evite toi d’aller chercher

Près de celui qui t’importune,

Tu risquerais de te facher.

 

Pour bien profiter de la vie

Ne t’en va pas perdre ton temps,

Sitot qu’arrive le printemps,

Prends tout ce qui te fait envie.

 

               R.Cerisier

bof…(facile à dire dans la socièté ou nous vivons)

 

 

 

Je connais des bateaux


 
                    Je connais des bateaux!
 
Je connais des bateaux qui restent dans le port
de peur que les courants les entrainent trop fort,
Je connais des bateaux qui rouillent dans le port,
à ne jamais risquer une voile au dehors.
 
Je connais des bateaux qui oublient de partir
ils ont peur de la mer à force de vieillir,
et la vague jamais ne les ont séparés,*
leur voyage est fini avant de commencer
 
Je connais des bateaux  tellement enchainés
qu’ils en ont désappris comment se regarder,
Je connais des bateaux qui restent à clapoter,
pour etre vraiement surs de ne pas se quitter!
 
Je connais des bateaux qui s’en vont deux par deux,
affronter le gros temps quand l’orage est sur eux,
Je connais des bateaux qui s’égratignent un peu,*
sur les routes océanes ou les mènent leurs jeux.
 
Je connais des bateaux qui n’ont jamais fini
de s’épouser encore chaque jour de leur vie,
et qui craignent ,parfois,de s’éloigner,
l’un de l’autre un moment,pour mieux se retrouver.
 
Je connais des bateaux qui reviennent au port,
labourés de partout mais plus graves et plus forts,
Je connais des bateaux ètrangement pareils,
quand ils ont partagé des années de soleil.
 
Je connais des bateaux qui reviennent d’amour,
quand ils ont navigué jusqu’à leur dernier jour,
sans jamais replierleurs ailes de géants,
parce qu’ils ont le coeur à taille d’océan.
 
                                           Marie-Annick
 
Celui là m’ plu car il essaie de montrer la force de l’Amour,qui triomphe toujours.